dictionnaire | astreintes


un autre article au hasard

 

astreintes


1 _ 2 _ 3 _ 4 _ 5

1

La figure la plus connue de l’astreinte, Stevenson par exemple : se mettre à la machine à écrire, et ne pas s’arrêter avant d’avoir aligné tel compte précis de mots (dans le monde anglophone) ou de signes (dans le monde francophone). Peu importe qu’on y ait passé 1 heure, 3 ou 5. Il y a la version symétrique basée sur régularité du temps : Kafka s’installe à sa table après réveil de sa brève sieste suivant le retour du bureau ou de l’usine, et de 22h30 à 1h du mat, avec entre temps la part sociale de sa vie, lectures, théâtre, amis, visites, cinéma. Peu importe que dans cette station devant les cahiers il écrive une phrase (« Rien écrit. Un tremblement sur le front. » : on s’en souvient, pour nous c’est indissociable de l’oeuvre de Kafka, ou bien que le récit entamé l’emporte pour une nuit blanche, l’exemple le plus connu étant Le verdict, mais ça n’arrivera que cinq ou huit fois dans sa vie d’écriture. Je n’ai jamais pratiqué ce genre d’astreintes, j’ai compensé par un axiome : si tel matin tu as quelque chose à écrire, tu le fais et tu laisses tomber le reste.

entrée proposée par FB

 



page proposée par François Bon, pour Tiers Livre
Tiers Livre Éditeur, le «Salon» – mentions légales.
droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 avril 2021.
Cette page a reçu 65 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document