dictionnaire | touche Entrée


un autre article au hasard

 

touche Entrée


1 _ 2 _ 3 _ 4 _ 5

1

Ceci explique à l’écrivain, à l’écrivaine débutante comment utiliser la touche « entrée » du clavier d’ordinateur.

Vous observerez une légère suspension de votre flux d’écriture, pour reprendre aussitôt le pianotage des lettres pour noircir le paragraphe suivant. Au cours de cette suspension, peut-être un court regard sur ce que vous venez d’écrire, peut-être vous toucher le visage, vous grattant, ou peut-être regarder un détail insignifiant sur votre bureau.

Attention au terme « Entrée ». Vous pouvez imaginer entrer quelque part, et quitter un endroit. Cependant, méfiez-vous que, en littérature, cette entrée est invisible. Voici, pour preuve, un Framapad composé uniquement par des touches « entrée » ; nous voyons parfaitement qu’il n’y a rien, ou plutôt que le contenu est invisible. Comment, alors, n’écrire que par quelque chose d’invisible ? Nous allons l’expliquer tout à l’heure.

Cette touche en anglais est traduite par le terme « Return », qui veut dire « Retourner ». Pourquoi les anglais ont-ils traduit le terme français de « Entrée » par le terme qui signifie chez eux « Retourner », nous ne saurions l’expliquer. Une étrangeté de la culture anglo-américaine, très probablement. Toujours est-il que ceci est susceptible de perturber notre pratique d’écriture, puisque, là où nous « entrons », d’autres « retournent ».

Nous pouvons tenter des ateliers d’écriture, consistant tout à la fois à entrer, et simultanément à retourner. Cela revient d’ailleurs au geste de l’écriture manuelle où la main, à chaque fin de paragraphe, s’envole au dessus de la feuille, retourne sur l’autre bord, et se repose en début de ligne. C’était un geste silencieux, ou l’esprit restait encore, retournait à nouveau, dans le paragraphe venant d’être écrit, et abordait, entrait, dans le paragraphe suivant.
Dans les machines à écrire, ce geste silencieux devenait bruyant et brutal, faisant un clac pour relever la tête d’écriture (il n’y a plus une main d’écriture dans les machines, mais une tête), puis zzzz de glissement de retour, enfin un nouveau violent et abrutissant clac de butée sur la ligne.

Il y avait, pour la même fonction, dans les premières machines de tissage, un système similaire de retour, nommé le « bistanclaque » (voir sur Wikipédia) . C’est une analogie entre l’écriture et le tissage.

Il est sans doute conseillé, pour qui écrit, de coller sur la touche « entrée », le terme « bistanclaque », qui correspond mieux à ce que nous cherchons à faire.

entrée proposée par Hervé A.

2

Thierry Crouzet est sans doute le premier à avoir extrait de son apparente neutralité la fonction du Send. On presse la touche Entrée, le billet est publié, le livre uploadé, le lien propulsé. Dans tous les cas, indépendamment du contenu et de la nature de ce contenu, la fonction de publication s’exerce au sens fort : touche Entrée, le Send. C’est ensuite que naît la complication : l’interaction des publications partielles sur l’unité de la publication, la notion de série et l’oeuvre arborescente. Les répercussions intérieures de la publication partielle : le partage avec les pairs dès l’instance de rédaction, comme ici dans ce dictionnaire, la représentation intérieure qu’on doit s’habituer à construire entre publication partielle et forme générale de l’oeuvre, notion de mise à jour continue et les incréments de ces mises à jour successives, tout passe par la touche Entrée. Si on est dans l’espace clôt du traitement de texte, la coupe par paragraphes qui procède du même geste : est-ce qu’un paragraphe est publié, dans l’espace clôt du texte en cours, si on a requis la touche Entrée ? Dans les banques, les supermarchés, les guichets administratifs la touche Entrée est toujours accompagnée d’un hop lassant : on voudrait suggérer à ces personnes que se débarrasser de ce réflexe leur économiserait de la fatigue nerveuse. Mais, à rebours, cette fonction Send, la touche Entrée, pour l’envoi de l’e-mail, la publication du blog, l’upload du livre, est-ce que ce n’est pas nous-mêmes qui devrions l’accompagner d’un hop joyeux, la seule joyeuseté qui nous resterait ?

entrée proposée par FB

 



page proposée par François Bon, pour Tiers Livre
Tiers Livre Éditeur, le «Salon» – mentions légales.
droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait
1ère mise en ligne et dernière modification le 6 avril 2021.
Cette page a reçu 55 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).