dictionnaire | histoire


un autre article au hasard

 

histoire


1 _ 2 _ 3 _ 4 _ 5

1 — l’écriture d’une histoire

Au commencement d’un roman, on a une histoire courte qui tient en quelques lignes, une ébauche de scénario. On a un sujet, une époque, un décor, des personnages, quelques scènes fortes. Cette version de l’histoire on peut la raconter à des amis autour d’un verre. On les observe, on guette leur réaction, on attend une validation.

Le jour arrive où l’on commence à écrire. On se lance en s’appuyant sur les éléments précédemment cités. On espère aller au bout. Mais les choses ne se passent pas comme prévu. Les personnages résistent, on découvre des incohérences, des manques d’informations, ce n’est pas grave, l’histoire s’adapte, nous aussi.

On arrive à la fin du premier jet un peu ivre de mots, on écrit le mot fin. L’histoire a plus ou moins changé, mais elle est close, on a réussi. On laisse reposer, on réfléchit plus tard aux grands axes, on relit, on réécrit, alors surgit une deuxième version de l’histoire, et peut-être une troisième, etc.

Le texte est fini, prêt à être lu par les autres. L’auteur, à ce moment, perçoit l’histoire, comme un trajet, un voyage, il se souvient des étapes, des secousses, des accidents, des pannes. L’histoire n’est plus un vecteur d’énergie, prête à animer des personnages. L’histoire devient plus obscure pour l’auteur, il sent en lui que ce qu’il a écrit, il ne le comprend pas totalement, qu’entre les lignes, il s’est immiscé des éléments inconnus. Bien sûr, il peut raconter son récit, mais face à certaines questions il sera en difficulté, comme si c’était un autre qui avait produit ce texte.

entrée proposée par Laurent Stratos

2 — la lecture d’une histoire

Lire une histoire c’est être imprégné par des mots. Il faut qu’ils infusent en nous. C’est le temps de la lecture qui agit. C’est cette durée qui nous fait aimer ou détester tel ou tel personnage. C’est ce temps qui nous immerge dans un décor. Les bonnes histoires forment un monde clos, on peut s’y perdre.

On peut croire en regardant sa montre qu’on a lue vingt minutes, mais nous savons tous, nous lecteurs, que les montres mentent, que ce temps de lecture, cet éloignement n’a pu se produire en vingt minutes. Nous devenons buvards, les mots nous marquent de leurs encres.

Après la fin d’un bon livre, on le garde en main quelques minutes, on y pense, on se rappelle, on ne veut pas quitter la réalité de ce livre.

Quelques jours plus tard, on veut partager ce plaisir avec les autres, alors on raconte cette histoire aux amis autour d’un verre. Avec nos mots, c’est difficile, on passe des superlatifs (c’est génial !) aux impératifs (il faut que tu le lises !). On quémande, on espère que l’autre va nous croire. Il faudrait, pour convaincre, relire toute l’histoire avec les mots de l’auteur, mais ce n’est pas possible, cela prendrait beaucoup trop de temps et il faudrait boire des verre pour se réhydrater que notre propos y perdrait certainement en clarté.

Le temps passe, d’autres livres sont lus, et il reste au lecteur une image brève de l’histoire, constituée d’une ébauche de scénario, de quelques scènes fortes, quelques phrases, quelques mots et les souvenirs d’un voyage.

entrée proposée par Laurent Stratos

3

Ce dire de l’histoire, qu’elle soit de vécu ou qu’elle soit d’invention. Mais à chaque fois la même interrogation du temps à dire. Ce groupe entre dans une salle, tout le monde a la même histoire, tout le monde arrive en même temps, mais le temps de l’entrée du groupe est assez long pour que se puisse compter le temps de chacun pour entrer qui a donc chacun son histoire de l’entrée, avec un même temps qui n’est plus tout à fait le même. Le jeu d’écrire l’histoire ce serait cela : le choix du commun, de l’ensemble, de cette famille de temps du commun (les historiens appellent cela périodiser) ou de préciser tel ou tel parcours ou de rêver même les dire tous mais individués… Alors prendre le temps unique des temps différents.

entrée proposée par Jean-Louis Kerouanton


page proposée par François Bon, pour Tiers Livre
Tiers Livre Éditeur, le «Salon» – mentions légales.
droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait
1ère mise en ligne 12 avril 2021 et dernière modification le 19 avril 2021.
Cette page a reçu 24 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document