dictionnaire | ennui


un autre article au hasard

 

ennui


1 _ 2 _ 3 _ 4 _ 5

1

Peut-on raisonnablement miser, au cours de l’écriture d’un livre, depuis son premier jet jusqu’à la finalisation en un objet partageable, sur une absence d’ennui d’un bout à l’autre du processus ? Faut-il considérer que l’ennui est incontournable dans l’écriture ? Mais de quoi parle-t-on, au fait ?

D’un sentiment de vacuité peu propice, voire contraire à la mise au travail, à l’entrée dans l’écriture ?

D’un moment de vide, d’une suspension nécessaire du désir, finalement délectable, parce qu’elle offre une ressource pour l’invention ?

Et les dictionnaires de dédoubler encore les pistes, avec l’ennui comme « lassitude morale éprouvée par qui ne trouve d’intérêt à rien, ne sait quoi faire » et l’ennui comme « difficulté qui cause du souci ».

Nous voilà bien ennuyés… Reprenons, à partir de nos expériences d’écriture :
Qu’on pense à ce moment où on se dit qu’il faut écrire, puisqu’on s’est fixé tel objectif ou telle routine d’écriture. L’ennui a ici à voir avec la contrainte (celle qu’on exerce sur soi-même, celle que d’autres –- un éditeur par exemple –- exercent sur nous) et avec le projet (en tant que programmation ou planification de l’écriture) qui peuvent tous deux assécher l’excitation d’une écriture plus libre.

On a dit incontournable. Mais de là à dire que l’ennui est une nécessité de l’écriture du livre, il y a un dangereux précipice à franchir. D’où vient le danger ? De ce que l’ennui, s’il se prend de manière répétée dans des moments d’écriture, est peut-être le signe d’un problème de méthode.

Réfléchissons à l’ennui à partir de la question suivante : préférons-nous écrire un tas de pages sous l’effet d’une grisante liberté, tenir l’ennui à l’écart par une grande bourrasque d’écriture qui renverse sur son passage toute tentative d’échafaudage, et risquer ensuite d’endurer une forme d’ennui (difficulté qui cause du souci) lorsqu’il faudra retravailler pied à pied à structurer un amas textuel pour produire un récit qui tienne à la lecture, ou bien user de la griserie du début pour construire un projet, une organisation, espèce d’échafaudage solide, planifier et faire venir les textes dans cet échafaudage ?

Avec la deuxième option, on réduit le risque et l’ennui lié à la difficulté de structurer dans l’après-coup un ensemble fragmentaire, mais on ouvre la voie à des temps d’écriture plus contraints, organisés, prévus, qui peuvent s’accompagner de cette « lassitude morale éprouvée par qui ne trouve d’intérêt ». A moins que ce choix nous oblige paradoxalement, à ouvrir des espaces de liberté dans la petite fenêtre de l’échafaudage, à inventer des territoires inexplorés dans la phrase, à libérer l’écriture elle-même.

Alors ? L’ennui après ou l’ennui pendant ? On pourrait conclure temporairement que, s’il faut s’ennuyer pour rêver, s’offrir de la vacuité pour éprouver cette suspension du désir, pour que (re)vienne la rêverie qui ouvre sur la création, il faut aussi s’ennuyer, c’est-à-dire se mettre d’une façon ou d’une autre dans les ennuis, autrement dit se casser le trognon pour être pleinement libre dans son écriture.

entrée proposée par Juliette Cortese

2

L’ennui comme censeur ? Ce texte qui se voulait roman ou récit ou les deux à la fois. Soixante quinze pages en tout (pas avancé plus) en deux parties. Quarante pour cette deuxième partie qui a fait le bon dans la mauvaise direction. Y revenir. Sans cesse. Enfoncer le clou. Reprendre, accumuler les heures. Deux ans que ça dure. Croire qu’il y a quelque chose à sauver de ce naufrage. Reprendre encore. L’ennui ce n’est pas d’avoir à reprendre, car retravailler, préciser, évider, éclaircir, réinjecter est source d’une grande joie. C’est l’ennui éprouvé en relisant qui est « l’ennui » c’est lui qui désigne l’impasse : « Ce que je lis est d’un ennui mortel. C’est à jeter, crie l’ennui. Mais, si tu veux continues, tu ne risques pas de blesser grand monde… Fausse route : Quand tu sais que c’est fichu, que tu y vas quand même. Que tu insiste et ré-insiste au mauvais endroit. Que tu accumules les heures que tu travailles pour comprendre que c’est totalement planté. Que ce n’était pas le bon chemin. Égarement : dans les marches quotidiennes en forêt il y a le choix délibéré de l’égarement. Lâcher le connu. Prendre ce chemin de traverse, faire volontairement fausse route. Au risque de l’épuisement de ne pas se sortir d’une boucle sans fin. Au risque magnifique de tomber sur cette clairière ou sur cet arbre qui surpasse les autres, cette biche… au risque de trouver une phrase d’où renaitra le texte.

entrée proposée par Nathalie Holt

3

L’ennui avec l’ennui, c’est quand il se met au pluriel. Là, les ennuis commencent. Au singulier, et contrairement à la doxa qui le classe, avec l’oisiveté et la paresse, dans les sources de tous les vices, l’ennui peut avoir la force de déplacer une montagne pour nous faire accoucher d’une souris. Quand, par exemple, il génère cette sorte d’indifférence au reste du monde dont l’écriture a besoin, l’ennui est une pièce essentielle du puzzle. Perdrions-nous tout ce temps précieux de la vie à rassembler des pièces sans cet abattement ou cette lassitude ? Accoucher d’un livre que même les souris n’attaquerons pas, mérite qu’au moins nous nous posions la question, y compris au risque d’ennuyer le lecteur.

entrée proposée par Ugo Pandolfi


page proposée par François Bon, pour Tiers Livre
Tiers Livre Éditeur, le «Salon» – mentions légales.
droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait
1ère mise en ligne et dernière modification le 15 avril 2021.
Cette page a reçu 34 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document