publie.net, lifting & politique

Jacques Ancet, Michaël Glück, Frank Smith : des textes pour parler autrement le monde – en forme de manifeste


Les bouleversements continuent : pour qui s’est essayé à la réactivité d’écran du nouvel iPad d’Apple, et la façon dont le web devient objet de la sphère privée, avec la navigation à volonté, les musiques et les vidéos, pas d’échappatoire à la lecture que d’aller là, et d’y garder ses fonctions : l’écart, la réflexion, l’imaginaire – au terrain même d’une nouvelle invention.

C’est à cela qu’on travaille. Les PDF téléchargés sont importables et lisibles sur l’iPad, mais cela nous incite à aller plus loin : ce sont des sites ou fragments de site, "le site comme un livre" que nous apprenons à réinterpréter, éléments images et éléments textes et recomposer dans la surface de la tablette pour une autre expérience de lecture.

Et que tout cela se jouera sur les contenus : ce n’est pas l’évasion ni le loisir qu’on demande à Internet, c’est d’être en prise avec le monde, et si un nuage de centres encombre le ciel, on ira chercher aussi bien les renseignements utiles sur les complications de transport, qu’une vidéo amateur réalisée depuis un avion météo, que d’étonnantes et très belles photos de l’éruption elle-même, et ainsi de suite.

Mais que cela ne change rien à la littérature : parce que toujours telle a été la tâche de ses hurleurs, défricheurs, chuchoteurs – pourquoi aime-t-on autant les auteurs grecs et romains ?

Les phrases qui s’écrivent aujourd’hui se lovent de même façon dans les fractions et fissures du monde. Elles y inventent nos résistances, y ancrent nos rêves, y amplifient nos cris. Nous sommes question : le langage est l’arme et la façon de ces questions.

Je n’aurais jamais eu l’idée de cette coopérative publie.net, ni l’opiniâtreté de ces déjà 3 ans de marche préliminaire, si je n’avais pu m’appuyer sur des textes qui le prouvent. C’est parce que, via la confiance de Laure Adler et Bernard Comment en 2008 pour lancer au Seuil une collection d’écrits contemporains, Déplacements, j’avais entre les mains cette preuve de textes vifs, auxquels il fallait créer accès – ce que n’offre plus la lourdeur commerciale du système industriel –, que j’ai lancé cette expérience.

Notre responsabilité : que l’ergonomie complexe et savante du livre, on sache la reconstituer sur l’écran, avec en plus les outils numériques, la recherche plein texte, les annotations, le partage réseau. Nos mises en page évoluent, nous apprenons à muscler intérieurement les textes pour leur portage en epub (et pas n’importe quoi sous prétexte d’epub : maîtriser les css, les zooms, avoir en amont un vrai travail d’édition). Alors pas question de laisser en arrière les textes déjà publiés, si nous vérifions au présent leur pertinence.

Je vous invite donc à découvrir 3 textes que je considère exemplaires de cette tension directe de la littérature et du monde, de la rage poétique et du questionnement propre à la littérature : Le silence des chiens de Jacques Ancet, Proférations de la viande de Michaël Glück, et Guantanamo de Frank Smith.

Guantanamo est le 11ème texte en 20 mois, d’abord diffusé sur publie.net (mise en ligne janvier 2009), à paraître aujourd’hui en livre traditionnel, dans la collection Fiction & Cie au Seuil [1]. C’est aussi une des dimensions de l’expérience publie.net : la possibilité d’un large champ de mises en ligne, repérage, chemin avec l’auteur vers forme éditée. Notre contrat est entièrement basé sur la non-exclusivité : Monoprix d’Emmanuel Darley a disparu de notre base lors de sa reprise par Actes Sud (c’est instantané). Mais pour Dominique Dussidour, Bernard Noël (dont Le Mal de l’espèce, un de nos premiers titres, a été repris dans Les plumes d’Éros chez POL), nous maintenons en ligne la version numérique : le pari, ou le défi, que cela ne puisse être que bénéfique à la diffusion du livre, et que les approches sont complémentaires.

Avec l’assentiment des éditions du Seuil, nous maintenons donc la présence en ligne de Guantanamo, tout simplement parce que ce texte est nécessaire, important. Mieux : pour les semaines à venir, envoyez-nous par mail votre preuve d’achat du livre chez un libraire (ticket de caisse, photo avec le livre), et nous vous enverrons par retour un code d’accès pour la version numérique, epub compris.

Sur Guantanamo le livre, lire aussi Guénaël Boutouillet dans remue.net, et Blandine Sorbe dans nonfiction.fr.

Cette articulation du numérique et de l’édition livre est un enjeu pour nous tous, comme repérage, comme aventure, comme chance donnée à des textes dans un contexte de plus en plus difficile (1,6% des titres égale 50,4% des ventes, temps moyen de présence en librairie 5 semaines, etc). Cette fonction de recherche et d’ouverture qu’exerçaient autrefois les revues littéraires, le web en est désormais l’héritier. A nous de privilégier d’autres moyens de lecture (pour notre part, en proposant l’abonnement pour accès à la totalité du site, et via principe coopératif d’une redistribution de 50% des recettes aux auteurs).

Mais c’est pour cela que nous avons vitalement besoin de votre soutien : merci au premier et large noyau de bibliothèques qui se sont abonnées à notre plateforme, et avec lesquelles nous travaillons l’accès à distance, le catalogage, la médiation. Nous proposons aussi un abonnement monoposte pour les Centres régionaux du livre, centres de documentation, écoles d’art, labos d’université : à vous d’en profiter.

Appel aux si nombreux lecteurs de Tiers Livre : aidez-nous en téléchargeant nos textes, nous n’avons pas d’autre aide ni soutien. Appel aux auteurs : le numérique n’est pas une concurrence à l’univers des livres, il en est au contraire un poumon, une ouverture – voyez ce que nous proposons sur publie.net d’Olivier Rolin. Textes publiés en revue ou publications collectives, les droits vous appartiennent ; textes diffusés par des éditeurs mais épuisés ou dont vous avez repris les droits ; entretiens, expérimentations que vous avez gardé pour vous etc, permettez un large accès (rémunéré, en plus) à ce qui fait le sens et l’engagement de notre travail...

[1Pas de cause à effet directe, il vaut mieux le dire, de même pour les autres textes : mais auteur/manuscrits/édition c’est un écosystème comme les autres, du moins à appréhender comme tel, et c’est cet écosystème qui se déplace en intégrant ce nouvel espace complexe, blogosphère notamment. La version livre publiée par Frank Smith au Seuil est d’ailleurs différente de la version numérique d’il y a un an : encore une des richesses spécifiques au numérique, que cette possibilité de complémenter le livre, approcher plus près l’itinéraire de l’auteur, l’écriture comme travail.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 17 avril 2010
merci aux 1961 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page