catalogue in progress

publie.net dans Fabula et La Feuille, et le récit par Jean-Jacques Birgé de l’aventure de "La corde à linge"


« ... le pari d’un catalogue large, qui réussit à tenir l’équilibre entre les « classiques » et l’ultra‑contemporain. Le noyau est impressionnant et ne peut que se développer maintenant. »


merci à Anne Reverseau et Fabula de cet accueil fait à notre catalogue, au titre carrément ambitieux de tentative d’épuisement d’un catalogue in progress.

 

« La description des interfaces et rituelles avec lesquels François, Arnaud ou Karl (ou moi-même) écrivons, nos manières de gérer connexions et déconnexions pour écrire (se réfugier dans un café pour Karl tout en emmenant ses signets pour écrire, se déconnecter pour Arnaud pour se ramasser sur l’écriture dans une spirale close où l’oeuvre se répond à elle-même, ouvrir Pages pour François ou Wordpad pour moi) fait écho aux multiples manières de lire le numérique que nous avons tenté d’exprimer. »


Hubert Guillaud fait écho dans La Feuille, sous le titre Le lire et l’écrire : clôture, glissement et déconnexion, à notre beau moment d’échange vendredi soir, à l’invitation de remue.net – et lire ici la présentation de Sébastien Rongier (spécial merci)

 

« Puisqu’il est numérique l’ajout de 80 minutes de son et de musique est une idée formidable, exploitant les capacités inédites de ce nouvel objet virtuel. »


Billet en préparation, mais la collaboration cet été avec Gwen Catala nous a menés à un ensemble de créations epub radicalement innovante, prenant appui sur les sous-couches de iBooks pour une navigation graphique dans l’ouvrage, inaugurée au printemps avec le web-objet d’Alain François. A suivi la reprise du écrire au quotidien de Philippe Diaz/Pierre Ménard. Vont suivre deux textes très beaux et très forts, Mort d’un père de Martine Rousseau (la fondatrice du bien connu Langue sauce piquante, et la joie d’accueillir un inédit décapant et pirandellien de Claude Ponti. Voici déjà La corde à linge de Jean-Jacques Birgé, autre haut lieu du blog artistique, et comment lui-même en explicite la démarche... Une dimension fondamentale pour nous que ce lieu de recherche qu’on tente d’avancer contre vents et marées, mais qui désormais a enfin visage.

Photo : Hubert Guillaud (à g) et Karl Dubost (à dr) vendredi soir au Café des Reflets.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 17 octobre 2011
merci aux 931 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page