publie week-end : 5 titres à 0,99, notre plaisir


ce serait si dommage de rester à côté de ce qui bouge


Par rapport à il y a 6 mois ou bien 1 an, j’aime bien ce moment, plus long, plus complexe, où on voit progressivement naître les versions numériques de nos textes. On sait que c’est sur la durée, que c’est à plus grande échelle, donc nécessité de mieux étarquer en amont. On en a toujours comme ça une bouffée en préparation, à différents stades, et des projets auteur qui avancent eux aussi à leur rythme. La semaine prochaine, j’espère, Bozier, Damestoy...

Mais demande tout aussi résolue à l’équipe d’avancer sur le projet publie.papier en priorité. Une fois les titres papier lancés, tout cet été, on fera des mises à jour progressives des epubs.

Engagement moral aussi : rehausser le catalogue en même temps qu’on accueille de nouveaux titres (ou reprise d’indisponibles, comme les fabuleux Digraphe de Jean-Paul Goux et Philippe de la Genardière...). Que les auteurs qui nous ont fait confiance dès le début du projet ne restent pas à l’arrière.

En attendant, de vendredi 18 mai au matin à lundi 21 mai au soir, un choix de 5 titres à découvrir pour 0,99, rien que pour le plaisir de partager, d’élargir, d’inciter au risque – iPad, Galaxy, Kindle Touch, Kobo ou ce que vous voulez, plus possible de passer à côté de ce qui est ici en train de naître.

Et j’en mets même un à moi, non par esprit de lucre (ça va dans la cagnotte globale), mais parce que mardi c’est mon dernier anniversaire avant carte vermeil, et que ce dans ce texte je suis juste le présentateur, c’est les 2 personnages principaux, bien réels, qui sont devant.

- Jean-Jacques Birgé, La corde à linge : puisque figurez-vous que Jean-Jacques Birgé a conçu ce livre comme il conçoit ses films, concerts, productions, en artiste qui conçoit ses projets globalement, mais convoque aux manettes ceux qui savent les pousser à l’extrême. Là, bon, c’est Gwen qui joue de l’epub. Mais Jean-Jacques a invité des musiciens à jouer pour le livre, et fierté d’y retrouver Vincent Segal rien moins, parmi d’autres. Donc une de nos premières expériences (avec Alain François, François Bonneau, Louise Imagine) que nous avons nommée Hors collection. C’est sur l’iPad que La corde à linge prendra toute sa dimension, audio, images... Mais c’est d’abord un récit et une réflexion. Nous comptons bien continuer ces expériences. Je vous incite donc vraiment de vraiment à tenter l’aventure, manière aussi d’annoncer le 2ème projet avec Jean-Jacques, à l’approche... Et bien sûr, un des blogs les plus étonnants, opiniâtres, anciens : drame.org au quotidien.
- Lilian Bathelot, Zinedine, pour la générosité de ce récit avec ados, rollers et grande ville, pour l’implication de son auteur (que vous retrouverez aussi en collection publie.noir). Et parce que grande question pour nous que celle de la fiction jeunesse : loin des apps qui flashent, brillent et vite se fanent, l’importance d’avoir sur vos appareils des textes à ouvrir quand, à la maison, lors d’un voyage en voiture ou en train, vous prêtez la liseuse ou l’iPad à l’ado curieux... Nous avons intitulé cette collection FICTION17, j’y ai mis 2 de mes propres textes, mais, ô souvenir de la collection Pages blanches autrefois dirigée chez Gallimard par Claude Gutmann (au fait, auteurs de cette collec, c’est vous qui avez les droits numériques, n’hésitez pas à prendre contact...), on est preneur pour développer une vraie et large proposition de textes de fiction (déjà quelques projets en attente)...
- Michèle Kahn, Cacao, là bien sûr je ne devrais pas : 0,99 pour un livre aussi costaud, roman historique, épopée coloniale, fragment de l’histoire juive, ça ne se fait pas. Reparution numérique d’un livre épuisé, l’occasion d’un travail de révision et recomposition par l’auteur. Mais... la présence amicale de Michèle Kahn ( voir son site) auprès de l’équipe du site, la force aussi de ses autres titres dans notre catalogue, KKK (antisémitisme et Klu Klux Klan, ou le Shnorrer de la rue des Rosiers, regard imprévu sur la Déportation... Plus, dans les prochains jours, une réédition numérique du Juif errant d’Albert Londres avec postface de Michèle... la grande épopée historique de Cacao, création epub Roxane Lecomte, pour vous éclaircir le wek-end.
- Eric Dubois, Mais qui lira le dernier poème ? : une poésie rigoureuse, parfois âpre, toujours dans une économie maximum pour aller au plus près du concret, perception, sens et mouvement, Eric Dubois est présent sur publie.net depuis les début de l’aventure, avec successivement C’est encore l’hiver et Radiographie, proposés à prix militant de 1,99. Mais qui lira le dernier poème interroge son rapport même à l’écriture, sur un fondement autobiographique qui force le respect. Eric mène aussi une revue en ligne particulièrement active, Le capital des mots (et texte inédit dès ce jeudi sur Tiers Livre, pour accompagner).
- François Bon, Un mariage de Marcel Duchamp, pour rendre hommage au personnage et aux écrits de Lydie Levassor, brièvement épouse Duchamp, portrait d’époque avec art... Mais c’est pas une promo, juste un focus, puisqu’on en a une trentaine en permanence, de prix à 0,99... manière de le rappeler !

 

Photo : Paris, quai de métro, vendredi dernier...





retour haut de page

écrit ou proposé par : _ François Bon
Licence Creative Commons site sous licence Creative Commons BY-NC-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 16 mai 2012.
Merci aux 1403 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page.