13.11.09 | quelques milliards de planètes habitables

le dénombrement progressait à pas de géant – source : Science & Avenir


série science remix : le sommaire, ou au hasard :
13.09.18 | échappée vers la rivière perdue

1 _ COMPRESSION

Donc reprenons : 200 à 300 milliards d’étoiles dans la Voie lactée, même pas besoin de sortir de la galaxie. On divise par cinq, et on obtient la proportion raisonnable de celles qui comportent des planètes de taille similaire à notre petite Terre tranquille. Redivisons par cinq, dix ou cent, et on obtient celles qui se trouvent dans un contexte proche d nôtre pour la chaleur (c’est bon, la chaleur) et l’eau liquide (l’homme est une soif). On a observé tout ça et décompté grâce au télescope Kepler, il en reste bien potentiellement quelques milliards. Je reviens de Berkeley ; on m’a tout expliqué.

 

2 _ RENVERSE

On engouffrait les données dans les ordinateurs. Tout avançait très vite. Se loger, se nourrir, survivre, tout était tellement plus facile quand vous étiez seul. Et vous y expédier, aussi. Après, les ordis, les communications modernes, les échanges, les échantillons d’ADN cristallisés pour la reproduction, on maîtrisait en gros l’ensemble. On s’était dit ça : un problème d’équation – faire en sorte que le décompte des exoplanètes habitables rejoigne et dépasse la progression désormais non enrayable des effectifs de l’humanité. Mais, sur l’ordinateur, on voyait bien les deux courbes se rejoindre. Ce jour-là ça y était : chacun disposerait dans la Voie lactée de sa propre planète. On déposerait chacun sur la sienne, ça c’était prêt, facile, organisé. Et peu importe la durée du voyage, quand on sait ce qui vous attend, une planète à vous seul. Et quelle chance pour l’humanité : la pensée humaine présente et diffuse sur l’ensemble de la galaxie. Et quant à l’humanité elle-même, finies les scènes, fini le cirque, et l’égoïsme, et les guerres, ou les petites crises du pouvoir d’un sur les autres. Chacun dans son coin, chacun sur sa boule. Préparez-vous (l’attribution à chacun de sa planète se faisait selon un algorithme arbitraire). Il ne restait en somme plus qu’un détail : sur la Terre, la vieille Terre, laisserait-on un individu, ou pas un seul ? Et s’il n’en restait qu’un, lequel on choisirait ?

 

3 _ SOURCE


- SCIENCES & AVENIR.

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 novembre 2013
merci aux 367 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page