pousser la langue #2 | un parpaing de phrases

cycle « pousser la langue », les propositions



- lire l’ensemble des contributions à la proposition 2
- rappel : dans les fiches de l’espace abonné, les divers extraits de Christophe Tarkos, et Bing de Samuel Beckett

• l’idée, en ce début d’atelier, de fragments de langue poussés à leur limite, sans se préoccuper de l’amont ni de l’aval, juste de comment ils fonctionnent ;

• c’est un bloc d’un seul paragraphe sans ponctuation, mais le défi pour vous sera de l’emmener jusqu’à l’épuisement, cueillir d’abord ce qui vient, mais ensuite aller à la force des bras chercher les éléments supplémentaires ;

• dans ce bloc, un mot est choisi pour revenir de façon obsessive : non pas un objet, comme le « savon » de Ponge (ou même ce parpaing de Tarkos), mais plutôt comme revient ce BING dans le texte de Beckett : et c’est lui, écrit en majuscule, qui va servir de ponctuation visuelle, même si cela ne correspond pas aux coupures syntaxiques ;

• à vous de choisir ce mot qui sera à la fois percussion, bifurcation, relance… j’ai cité le « oui » dans le beau Quelques-Uns de Camille Laurens, mais chez Tarkos il y a cet incroyable texte sur « l’argent », et moi, en lien avec les sols de la proposition 1 ? je vous proposerais bien (mais ce n’est pas obligé) le mot DEVANT, en laissant venir à la fois le visuel, la mémoire, les buts et obsessions, ou ce qui vous frappe à l’épaule et vous impose l’image au présent depuis là, juste derrière vous…


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 20 juin 2019
merci aux 47 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page