43 | déjeuner avec Karl à Yokohama

tags : Japon, Yokohama, Karl Dubost, 2016

un lieu au hasard

Ce texte est un fragment d’un travail en cours, amorcé le 20 décembre 2020 et devenu assez massif, mais non destiné à publication hors site (pour l’instant).

Le principe est d’aller par une phrase par lieu précis de remémoration, et d’établir la dominante sur la description même, si lacunaire qu’elle soit, du lieu — donc public, puisque bar, bistrot, resto — de la remémoration.

La rédaction ni la publication ne sont chronologiques, restent principalement textuelles, et la proposition de lecture s’appuie principalement sur la navigation par mots-clés depuis la page des index lieux, noms, dates.

Point régulier sur l’avancée de ce chantier dans le journal #Patreon.

 

 et le site de Karl : la grange

43 | déjeuner avec Karl à Yokohama


De cette journée à Yokohama avec Karl de quoi se souvenir : que de Tokyo à Yokohama l’urbanisation est continue, récente, et le soleil du matin venant de l’est, les frontons vitrés des immeubles étaient un ciel permanent, en translation rapide et que tu avais filmé sans arrêt — puis là-bas Karl attendait à la gare, la grande silhouette de parole rare : je suivais son blog depuis si longtemps et je continue toujours, qu’est-ce qu’on connaît d’un être qui se livre au quotidien à ce type d’expression pas seulement langagier mais des images, des liens qui deviennent à leur tour contexte mouvant, interagissant avec la brève note : souvent, justement, lui dans un bistrot du matin avec son cafe latte et posant un livre près de son carnet à écrire, à Montréal on avait fait connaissance pour de vrai, son appareil photo toujours en bandoulière sur la poitrine et puis il avait déménagé ici, un village un peu plus bas sur la côte, tout contre la plage et le mont Fuji à l’arrière mais le blog continuait, un type qui avait commencé par des études d’astrophysique et tôt basculé dans ces mécanismes qui à l’échelle internationale régissaient l’Internet quelle importance à le faire depuis une plage avec le Fuji derrière sa fenêtre, j’aurais pris comme une impolitesse de venir à Yokohama sans le prévenir mais ça n’interférait pas avec savoir que bien sûr il revenait régulièrement en Normandie via Paris mais nous ses différents copains on n’irait pas l’assaillir, l’instance de la conversation était ailleurs et c’est pour cela que je lui ménage une place ici : on était allé déjeuner, comme il parle évidemment japonais je l’avais laissé m’emmener, et je revois son buste penché, moi qui ne me souviens pas des visages je me souviens très précisément du sien alors qu’ensuite dans la balade c’est plutôt la démarche et la silhouette que je revois, il me semble que derrière le buste et le visage il y a un mur d’une tonalité jaune avec la forte réverbération par les vitres de cette surluminosité des villes côtières et il me semble revoir un escalier qui grimpe à une mezzanine à l’étage mais c’est peut-être totalement imaginé, le besoin d’une perspective, ensuite on avait fait cette marcher dans le vieux Yokohama, je le voyais photographier des détails, des imbrications, des lumières et c’était finalement assez de partage, il avait repris le train dans le milieu d’après-midi et moi j’avais cette rencontre à l’Alliance française (bel accueil aussi, et le train repris pour Tokyo à la nuit, c’est peut-être à l’arrivée dans un de ces étroits restos près de l’Institut français que mon accompagnatrice m’avait emmené, j’ai souvenir qu’on m’ait fait essayer des beignets d’huîtres mais sans savoir si c’était ce soir-là : donc, à ce souvenir de Yokohama avec Karl, le fait que le temps précis de l’échange bistrot (on avait pris du temps pourtant, on avait des choses à se dire assez) se dissout mais englobe le chemin vers la ville et la balade dans son labyrinthe de planches et bois derrière le port).

 

NAVIGUER PAR MOTS-CLÉS

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 janvier 2022
merci aux 103 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page