#été2024 #07 | Kafka, avant d’allumer la lampe

le cycle été 2024 de Tiers Livre



 sommaire général et présentation du cycle été 2024 (plus inscriptions) ;

 la page unique Patreon avec récap des consignes écrites et téléchargements fiches d’appui (ou via lettre mail dédiée pour les participant·e·s non abonné·e·s) ;

 l’ensemble des participant·e·s à ce cycle reçoit directement par lettre mail dédiée les nouvelles propositions, le journal de bord, et les fiches d’appui ;

 problème d’accès WordPress ou réception lettre mail : nous écrire !

 

#07 | Kafka, avant d’allumer la lampe


Le Journal de Franz Kafka, à date du 4 octobre 1911. Parmi les différentes traductions accessibles, je m’en tiens à celle de Marthe Robert (Grasset, 1954).

On la contextualise par une note de la veille, le 3 octobre, et par une note du lendemain, le 5 octobre. Toutes deux portent sur l’inquiétude, la façon dont on s’accroche à l’écriture, et le rapport de cette écriture au permanent affrontement des sensations intérieures et extérieures.

Une écriture séparable de la fiction ? La traduction de Robert Kahn (NOUS, 2020) prouve que les deux nappes s’entremêlent en permanence. Ce serait même le projet pour notre proposition #08, demain : explorer cette frontière, cette si discrète bascule.

Alors, l’enjeu pour cette proposition #07, ce serait d’abord de la rendre possible. Un lieu, une durée. Et le presque rien de ce qui se passe : le soir, l’obscurité avant d’allumer la lampe et se mettre à la table à écrire (l’inquiétude des deux notations de la veille et du lendemain). Allongé sur le canapé, le jeu des lumières sur le verre translucide de la porte dépolie qui sert de séparation, selon qu’on allume la cuisine ou le couloir. Et puis, de la « fenêtre sur rue », l’allumage des lampes à arc de l’éclairage urbain : alors la lumière émise par le tramway découpe un à un les détails de la pièce où vit, canapé, table à écrire, fenêtre sur rue, Franz Kafka, et comme par hasard, merveilleuse mise en abîme, la mappemonde au-dessus de son bureau.

C’est tout ? Oui, mais c’est ce dépli. Aucune notation auditive dans ce texte. Tout est silence. Un tramway sous la fenêtre, aucun bruit ? Parce que la concentration du narrateur est dans les lumières.

Et surtout, savoir que c’est sur soi-même qu’on travaille, s’ouvrir au plus concret, pour une durée indéfinie, longue ou brève, de cette présence concrète du monde. Et que c’est cela qui nous ouvrira une des portes de la fiction, aujourd’hui qu’on ne se sert que de la mémoire, lointaine ou quotidienne.

 


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 25 juin 2024
merci aux 257 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page