#été2024 #18 | Hervé Guibert, un éclatement de la photographie

le cycle été 2024 de Tiers Livre



 sommaire général et présentation du cycle été 2024 (plus inscriptions) ;

 la page unique Patreon avec récap des consignes écrites et téléchargements fiches d’appui (ou via lettre mail dédiée pour les participant·e·s non abonné·e·s) ;

 l’ensemble des participant·e·s à ce cycle reçoit directement par lettre mail dédiée les nouvelles propositions, le journal de bord, et les fiches d’appui ;

 problème d’accès WordPress ou réception lettre mail : nous écrire !

 

#18 | Hervé Guibert, un éclatement de la photographie


Au départ, une presque simultanéité : Roland Barthes, au moment de l’accident qui met fin prématurément à sa vie, met la dernière main aux épreuves de La chambre claire, qui paraîtra en 1980. Une révolution dans l’approche : 48 chapitres distinguent 48 modes d’existence, ou de lecture, ou de protocoles, de la photographie prise en général. Pour chacun de ces 48 chapitres, il exhume une image prise à l’histoire générale de la photographie et de ceux qui l’ont faite, qui serait comme l’acte de naissance de ce mode précis qu’il cherche à définir.

En 1981, un auteur qui est à la fois photographe, est saisi par un événement pour lui considérable : préparant avec sa mère malade ce qui sera un portrait d’adieu, il découvre, plusieurs mois après le décès, qu’il avait oublié, seule fois de sa vie, de placer dans l’appareil une pellicule. Il ouvre alors une enquête, décrypte 64 modes d’existence matérielle de la photographie, explorant la planche-contact, la radiographie, le portrait d’identité, le photomaton, la photo ratée, la photo de voyage etc.

Nous avons souvent travaillé, dans nos différents cycles, sur la photographie. Nous avons consacré un cycle tout entier à ces rapports de la littérature et de la photographie.

Dans cette micro-série à l’intérieur de ce nouveau cycle, on va avancer par étapes.

On va partir tout simplement de la table des matières de L’image fantôme. Noups sommes quarante ans après la publication du livre, la mutation numérique a tout bouleversé. De la pellicule à la carte SD, va encore, mais de nouveaux appareils proposent directement des publications de photographie en streaming sans écriture numérique archivée. Le fonctionnement de l’oeil myope du téléphone, superposant des couches mi-floues de dix images avant et dix images après l’appui sur la touche, et l’interprétant via ses algorithmes internes pour produire du visible, ressort-il encore de la photographie ?

Où sont partis, dans le monde numérique, les albums, les planche-contacts, les cartons à photo, les retouches à l’agrandisseur ? Et ce qu’a apporté la photographie de rue, l’appareil mobile au bout du bras. Ou les images techniques : vous-même en silhouette quand vous apercevez au passage dans un parking les écrans de surveillance, en mauvaise résolution noir et blanc. Les problématiques de reconnaissance faciale. La révolution de l’imagerie numérique en médecine, et les rituels sociaux qui surgissent en détachant l’échographie pré-natale de sa seule utilité technique.

Et les caméras 360, ce qu’elles induisent dans le sport, aussi bien que les visites virtuelles pour les agents immobiliers (ou voir le site de la maison de Claude Simon à Salses), et la miniaturisation engendrant à elle seule des usages neufs ? (Antonin Artaud avait en 1926 déjà posé cette problématique.)

Alors oui, juste une étape. Je garde le mot enquête, que probablement aurait refusé, pour son livre, Hervé Guibert.

Et si nous-mêmes on produisait notre propre table des matières ? Barthes identifie 48 usages de la photographie, Guibert en propose 64, si chacun d’entre nous en répertorie 8, qui le surprennent ou l’interrogent, et qu’on les ajoute, à quelle diffraction infinie parviendrons-nous ?

Une simple liste ? Tentons-la.

Développer quand même chaque fois en deux lignes ce qu’on désigne, ce qui nous heurte, ce qui nous fait rêver, ou le rapport qu’on a à ce point précis ?

Juste une étape, je vous dis, rien qu’une étape.

 


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 8 juillet 2024
merci aux 160 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page