funérailles de William Brown

Lucien Suel et son ami


Je ne connaissais pas William Brown, et la langue et le vieux pays gallois (c’était à Llangynwyd) m’impressionnent. Mais je sais ce que c’est que perdre un ami, et aussi de parler en funérailles, main sur le bois. Alors je lis Lucien Suel, parlant d’entre-langue et poésie sous toute la langue : retour des funérailles de William Brown, et m’associe.

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 juillet 2008
merci aux 588 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page