tiers livre est un extra-terrestre, 2

avec Dominiq Jenvrey, tout sur les OVNIS, et quelques révélations sur la littérature


Parce que les fictions de Maurice Blanchot sont entièrement tournées vers l’autre, il aurait dû écrire une fiction à propos d’une rencontre extraterrestre. Parce que les textes théoriques de Maurice Blanchot sont entièrement tournés vers l’autre, la curiosité de ce que dit l’autre, il aurait dû critiquer, c’est-à-dire parler, de cette littérature déviante, de cette forme de littérature que la littérature s’est refusée, cette littérature naïve et dérangeante qui croit à ses fictions : la littérature ufologique.

Et j’ai beau consulter les textes critiques de Maurice Blanchot, jamais je n’ai lu de recension de J’ai voyagé en soucoupe volante de George Van Tussel, publié en 1952, ni de Flying saucers have landed de George Adamski, publié en 1955, ni les livres de Jimmy Guieu, ni les livres d’Aimé Michel, pourtant tous deux français. C’est dommage.

Son ami Georges Bataille, pourtant expert en bizarreries, aurait dû, lui aussi, parler de ces ouvrages. Et j’ai beau relire inlassablement Au moment voulu, une fiction de Maurice Blanchot qui, en insistant, aurait pu sonner comme une rencontre extraterrestre, jamais je n’y lis ce genre de fantaisie. Décidément la littérature reste terrienne centrée.

Voici, pourtant, comment cela aurait pu débuter

Dominiq Jenvrey

Jour J + 24h, le livre est en librairie, et les réponses aux questions se promènent sur chaque site associé : donc, pour tiers livre, 2 liens – trouvez les autres !

- L’extraterrestre est-il une personne ?

- La littérature deviendra-t-elle utile si elle prévoit des rencontres extraterrestres ?

Autant dire que suis très fier de tous les blogs qui se sont associés à l’enquête Jenvrey et sa bousculade jeu de piste !

- Photo : Dominiq Jenvrey, par Olivier Roller.

LES MOTS-CLÉS :


Messages

  • Etonnant de lire ceci ce matin, alors que j’ai rendu il y a quelques mois à un éditeur jeunesse une fiction pour ados, sous forme de blog qui raconte le massacre d’une bande de gamins par des extra-terrestres. Ce n’est pas très clair ? C’est l’histoire d’une bande d’ados qui, un soir, dans les bois, assistent à la descente de soucoupe de trois extra-terrestres, pas ravis d’avoir des témoins pour leur D-Day. Ils vont donc les liquider un par un.
    Ça s’appelle "Trois lézards pour six" et ça sort en janvier 2009 chez Averbode dans la collection Récits-Express.
    D’accord, on est loin de Blanchot et de Bataille, cela confirme donc le post du jour ;-)

    Voir en ligne : Trois Lézards pour six sur Post-it littéraire

  • Bonjour, j’interviens à rebours, car je viens juste de feuilleter la théorie du fictionnaire au salon du livre 2012, et j’avoue avoir été étonné de voir que la lecture de Blanchot sur la SF n’était pas prise en compte, alors qu’il l’a évoqué dans au moins 2 textes assez connus. Ce n’est pas tant pour épiloguer, que pour préciser la critique blanchotienne qui me tient à coeur depuis longtemps, cette pensée inquiète de la littérature. La SF d’ailleurs, Barthes, Blanchot, Deleuze et d’autres l’ont pensé, réfléchi à l’époque de son surgissement massif, même s’ils n’ont pas "commenté" les ouvrages critiques qui paraissaient dans une production foisonnante et de qualité inégale.