André Markowicz | Les gens de cendre

approche de Mandelstam et autres extrêmes sur publie.net


Très fier d’accueillir sur publie.net, dans la collection L’inadvertance, poésie, par François Rannou et Mathieu Brosseau, ce texte vibrant d’André Markowicz. Vibration de ténèbres – ce qu’on reçoit, et ce qui vous met en écriture, lorsqu’on va vers l’extrême de langue, du côté de Paul Celan et principalement de Mandelstam. C’est dans les creux de langue, les aperçus monde, de ses lectures de Guennadi Aïgui ou Boris Pasternak, ou Lermontov, qu’André Markowicz trouve son propre atelier. Mandelstam ? Il a froid au milieu
des os qu’il sait ouverts / au rire, / aux yeux qui le retournent dans sa tombe.
Pas possible de dire autrement que merci – Les gens de cendre, n° 181 du catalogue publie.net.

LES MOTS-CLÉS :

François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 1er novembre 2008
merci aux 709 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page