secrets de la création littéraire

Micro-Fictions, sur France Inter, lundi 6 juillet, 20h-21h


L’émission s’intitule Secrets de la création littéraire, et c’est à Mohamed Aïssaoui, critique au Figaro littéraire, que je dois d’y être invité. Participent aussi Jérôme Garcin et Régis Jauffret, ça s’écoutera ici : micro fictions, d’Ali Rebeihi. Première émission où on explorera le making-of laissé tel quel dans la structure de mon Incendie du Hilton, ça trouillera sec. Quant à savoir si j’ai un ou des secrets, c’est autre chose : travail, certainement – et s’apprendre à se balancer où on n’a pas trop envie d’aller, oui, ça doit compter aussi (peut-être que c’est ça ça que ça aide, Internet).


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 juillet 2009
merci aux 1655 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • ça va passer bien. suis sûr pour toi.

    Voir en ligne : fgriot.net

  • y aura plein d’oreilles, en direct et encore plus en différé ;-)

  • Pont Erzebet, une nouvelle fois traversé (...) Dehors le bastion des pêcheurs joue les prolongations néo-gothiques. On recueille encore entre les colonnettes blanches les visages du fleuve.Perché sur le déambulatoire un homme un peu à l’ouest lance des bouts de chansons françaises dites populaires. Effet palinka. Je poursuis mon chemin entre les maisons colorées , quelques venelles, y deviner au plus près les cachettes des juifs traqués en ce temps-là. Je reviens sur mes pas : au dos de l’église Saint Mathias qui abrite les drapeaux poussiéreux des empires se pavane l’énorme hôtel Hilton : excroissance monument moderne une bosse horizontale dispense ses vues imprenables sur le fleuve à ceux qui ont les moyens.Adossement : le mot me fait penser à ce qui pèse sur l’association gérant la maison d’enfants, les autorités de tutelle suggérant l’adossement. En mon for intérieur, c’est non. Le Hilton prend appui sur l’histoire immobilisée.Tout contre. Coup de vent, le Danube perd ses miroitements.
    Passer son chemin, redescendre à pied. L’air est vif, ceux qui montent vers la coupole s’emmitouflent.Un à un les ponts sont saisis par le couchant. (...)