auteurs POL en couleur

les vidéos de Jean-Paul Hirsch sur YouTube, et quelques questions associées


Jean-Paul Hirsch, dans le « métier », tout le monde connaît : c’est un des piliers de l’équipe POL. Jean-Paul filme : je l’ai appris lorsqu’il m’a transmis, après l’incendie du Hilton, sa propre vidéo de la nuit blanche avec Atiq Rahimi comme acteur principal.

En novembre, à Montréal, c’est Martin Winckler, Pennac et moi qu’il attrapait avec son petit oeil virtuel. Pourquoi ce n’est pas sur le site POL, récemment enrichi d’un atelier(et flux rss) ouvert aux auteurs ? [1]

En tout cas, allez vous ballader sur sa page YouTube : vous y trouverez Valère Novarina l’immense, mais il y a aussi Pennequin, mais deux vidéos de Bernard Noël (« Dans mon dos il y a tout ce qui m’inquiète... »), et d’autres (Brice Matthieussent, Marie Darrieussecq, Frédéric Boyer, Suzanne Doppelt, Charles Juliet, Jean-Benoît Puech et d’autres...).

Alors quelques questions :
- pourquoi ces vidéos faites avec technique de proximité (un minuscule APN, voir image ci-dessus !), mais confiance réciproque filmeur/filmé (et que c’est cela l’important), nous donnent 1000 fois plus l’impression d’approcher radicalement celui qui parle – est-ce que ce n’est pas une indication de comment user d’Internet, mettre en avant cette proximité même, et qu’un site d’éditeur – quelle que soit la taille de l’éditeur –, ce n’est pas une question de dizaines de milliers d’euros mais l’implication personnelle de tel ou tel de l’équipe ?
- merci Jean-Paul pour cette page, parce que ça devient un site littéraire à soi seul, et d’excellence : 35 vidéos... mais du coup, on se dit que sur tes disques durs il doit bien y en avoir 350 : alors, on y va pour en faire un vrai labyrinthe, une mer ? (Suis sûr qu’il doit y avoir Jean Rolin, et même peut-être archives de Christophe Tarkos, et d’autres ?)...

Et si même on allait plus loin ? dans une matière ainsi rassemblée, qu’est-ce qui se joue de littérature – de la littérature elle-même, par le fait qu’on l’exerce, en lecture, corps et parole... alors – et je vois d’ici le petit sourire en coin du Hirsch, qui ne sera pas d’accord – et si même la question du livre numérique devenait ainsi relative : quand nous parlons du site comme livre, cela veut dire que POL pourrait diffuser, de même façon que ce sont des contenus édités (JPH insère musique, générique, bancs-titres, métadonnées de repérage), c’était non pas ces vidéos comme médiation des livres des auteurs concernés, mais ces contenus eux-mêmes ? Rassemblés tels quels en dossiers sur le site, rien n’empêche de leur attribuer un ISSN, et de les insérer dans EDEN-Livres puis qu’ePagine permette aux libraires (ainsi Doucet au Mans) de les diffuser auprès de leurs clients, particuliers ou collectivités... Avec les vidéos de Jean-Paul, insérées au coeur même du travail éditorial de POL, on a une des clés pour visualiser les enjeux de ce qui s’annonce notamment via tablettes iPad...

En tout cas, respect : et pour le catalogue, et pour le travail. Probablement que la confiance des parleurs, c’est tout ce partage de voyages, de trains, de terrain. Allez, j’en vole une pour la route : Charles Juliet en taxi [2]... Et croyez-le, faire parler Charles aussi facilement, utiliser ainsi le tu avec l’auteur de Lambeaux, il faut avoir solidement progressé dans son amitié (j’en bénéficie aussi, et combien ça aide, oh oui ça aide...).

 

[1A noter aussi que @editionsPOL vient de nous rejoindre sur Twitter...

[2Comment comprendre que cette vidéo ne soit pas intégrée à la page de Ténèbres en terre froide sur le site POL ?


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 mars 2010
merci aux 3841 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page