roman-photo | les mains

résidence Paris en Toutes Lettres, 1 semaine à la Défense


Sur la paroi de verre, la nacelle descend très lentement. On ne voit pas l’homme. Mais il tourne le dos à la paroi de verre. Sur la paroi de verre, les reflets de la ville. Le portillon qui lui permettra de quitter la nacelle est grillagé. Il tourne le dos à la paroi, et ses mains sont accrochées au portillon grillagé. Alors moi c’est tout ce que je vois, deux mains – qui lentement descendent.


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 mai 2011
merci aux 327 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page