en solo à Place de la Toile

le web c’est toute une histoire, et c’est l’histoire de chacun


Place de la Toile c’est un rendez-vous auquel on s’est habitué : sur France-Culture, radio publique, mettre en interrogation et débat le numérique comme tel, avec ceux qui le font.

Dans un monde où c’est plutôt l’écrasement et la bureaucratie qui font loi (Hadopi, loi Prisunic), c’est un vrai bol d’air – pareil que des sites comme Internet’Actu.

Mais là, cadeau de grand luxe : l’inauguration par Xavier de la Porte, après avoir accueilli Tristan Nitot ou André Gunthert, d’une série d’autobiographies numériques.

Evidemment, l’autobiographie, en 55’, on a dû aller à peu près jusqu’au premier ordinateur. Trop de choses qui s’en vont dans tant de directions, et dans nos têtes c’est comme ça.

Me suis donc laissé aller complètement aux questions de Xavier et de Thibault Henneton. On aurait pu faire une heure sur Rabelais, et une heure pour revenir à la Correspondance de Marcel Proust, ses paperolles et ses pneus, ou son usage du téléphone et des voyages, pour examiner si nos pratiques réseaux sont si incompatibles que ça avec la tradition de l’art d’écrire.

C’est dans ces affinités qu’on va le plus loin, me suis senti bien, et bien plus décidé que jamais à refuser tables rondes et autres machins bla bla genre y a-t-il besoin d’éditeur au temps du numérique ? etc.

En tout cas, cet après-midi j’étais à suivre le fil twitter #pdlt et ça aussi c’est une dimension très nouvelle, d’ailleurs on a clos l’émission sur cet outil que je considère comme une véritable petite radio du texte...

Encore merci à mes hôtes (photo ci-dessus). On continuera d’être discrètement au rendez-vous du dimanche.

Et pendant 500 jours ça s’écoute ici : Place de la Toile, autobiographie numérique.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 5 juin 2011
merci aux 1120 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page