Valère Novarina | le langage ne communique pas, il danse

un extrait de "La quatrième personne du singulier", chez POL


Rituel bien établi pour les auteurs POL : s’asseoir devant Jean-Paul Hirsch et son appareil photo, avec les livres au mur du petit bureau du 33 rue St-André des Arts. Ce dépôt de vidéos est un des plus considérables trésors de la littérature contemporaine (avec publie.net, cela va sans dire).

Dans cette brève vidéo, ce qui me frappe c’est la retenue de Valère, pour qui le connaît lisant – pas d’adresse publique, rien que rester avec le texte.

Passons-lui « l’épidémie numérique », il ne se rend pas compte de la contradiction avec ce que Jean-Paul lui propose – numérique par essence. L’expérience langue de Valère a toujours été une expérience souffle, une expérience scène, mais c’est aussi ce que nous cherchons, nous, dans les outils vivants et les scènes-langue du web, contre la même banalisation du monde. Par exemple, l’intimité de cette lecture, par le rapport manifestement confiant entre Valère et Jean-Paul, est littéralement création de lecture, que nous recevons comme telle : l’art même du numérique où il souffle et honore la langue.

Pas sûr que Valère passe par ici (mais d’autres Novarina, oui ? – passez donc voir Virgile Novarina dormir, ou son récent – et important – film sur Jean Olivier Hucleux), pourtant, c’est chez Valère que j’ai aperçu en 1991/1992 le premier petit portable PowerBook 100 d’Apple... Lui qui a créé le premier son site avec nom de domaine Novarina.com, et cette question – entre l’épidémie et cette intimité, me paraît essentielle.

Chaque mot ici a poids, prolongement du fil depuis longtemps ouvert par Valère (Pendant la matière...).

On peut retrouver ici l’ensemble des vidéos de Jean-Paul Hirsch (et s’y abonner) – tiens, au fait, pas de vidéo avec Emmanuel Carrère qu’il accompagnait à Bruxelles jeudi et vendredi dernier, le Jean-Paul ?

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 mars 2012
merci aux 1562 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page