Fontevraud avec Claude Ponti, émaillages

retrouver les maisons après première cuisson...


Pause d’un mois à Fontevraud (l’expo des dessins de Claude est en place jusqu’à l’automne). Pendant ce temps, Armelle a supervisé une première cuisson.

Aujourd’hui, elle propose l’émaillage d’une partie des pièces : pas facile de comprendre comment ce lait blanchâtre va produire ces verts, ces argents, des rouges. Mais les échantillons sont là, on fait confiance.

Première surprise, dès le groupe des tout petits : chacun se souvient parfaitement de son travail, chacun est capable de reconstituer les parties même minimes et les détails de ce qui avait été fait. Preuve aussi avec Killian, qui cherche sa maison toute petite. Moi je m’en rappelle très bien, de cette maison grande comme un morceau de sucre, qui l’avait accaparé toute une séance. Je le rassure comme je peux, non, elle n’est pas perdue. Mais dans la masse du travail réalisé, je n’arrive pas trop à le convaincre. Pourtant, lorsque les deux dernières caisses nous parviennent, à 14h, la maison toute petite est bien là – sauf que je ne peux plus le dire à Killian.

Difficile, et pas si difficile à la fois, de retrouver nos habitudes et la confiance après un mois d’interruption. Parfois le prénom Claude devient générique – après tout, sait-on qui exactement écrit les livres signés Claude Ponti ? Des livres participant d’un tel imaginaire sont-ils conciliables avec l’homme en tablier qui passe de l’un à l’autre – donc, quand ils disent Claude on sait que cela s’adresse à l’un de nous trois, et puisqu’on est des gens connus normal qu’on nous appelle aussi, d’un seul mot encore, Claude François : – Claude François tu l’as amené l’iPad avec les jeux ?

Et Claude François recopie comme ça les mots qui passent. Laisse le silence se refaire autour.

Une autre partie des pièces sera cuite directement, le 23 juin, dans un four construit à même les jardins de Fontevraud.

 


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 25 mai 2012
merci aux 680 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page