pour le Salon du Livre, passez à la Table !

extraordinaire livre de Claude Ponti insolent, lubrique, critique, secoueur de mots, casseur de certitude – une des plus belles réalisations publie.papier...


C’est tout simple : vous êtes tous entrés, à New York, Tours ou Bagnolet, dans un IKEA tout bleu et pris le chemin de vie tout tracé qui vous fait passer par chambres, salons, cuisines avant de passer (tout simplement) à la caisse... Chemin de vie : parce qu’on ne peut pas faire marche arrière. Et la vie, ici, elle est selon les modèles fournis, cochez juste la case...

Attention, ce n’est pas si simple : Claude Ponti n’aimerait pas qu’on fasse de son texte une application de telle marque de magasin ou de tel autre, aucun n’y est nommé.

Mais c’est le principe : on vient pour acheter une table, et en un instant dans la tête tout bascule, on revit tous ses âges, de l’enfance sous la table à la vieillesse quand on est là de chaque côté, sur sa chaise, ou la table prise dans toutes les secousses du boulot, du couple, du rêve.

C’est insolent, critique, moqueur. C’est du grand Ponti. La seule chose qui demeure, pour les amoureux de ses vingt ans d’album : cette capacité de poésie sous le plus concret.

Théâtre : même pas. Sinon celui qu’on se fait à soi-même. Mais ce texte commence déjà son chemin de scène, et il devrait être joué partout, dans tous les ateliers, propulsé sur toutes les scènes. Mieux, on devrait chacun en binôme en apprendre des scènes par coeur et aller direct les jouer... chez IKEA ou leurs copains des zones périphériques.

Maintenant, confidence : La Table, éditée par publie.papier, elle est déjà sur table chez plein de libraires. Passez sur notre page, ici, vous aurez des suggestions pour la commander... Ou demandez le livre simplement à votre propre libraire. Sinon, cliquer ci-dessous, c’est chez vous en 3 jours.

Mais à nouveau, pour nous développer, pour renforcer, pour accueillir d’autres projets, on le dit naïvement et franchement : on a besoin de vous. Offrez La Table (en plus, avec toute une suite de dessins de Claude...). Et dites-vous aussi que dans la grisaille qui nous entoure, y a pas tant d’écritures que ça pour se faire du bien. Celle-ci, oui. De l’Aristophane d’aujourd’hui, la tendresse Ponti en plus.

Allez, pas convaincus : un clic sur le lien ci-dessous, et voilà notre service de presse numérique, tout le début du livre. Sinon, la scène 9...

lire ou télécharger le début du livre

1000 de vendus, pour un titre de Ponti, ce serait rien du tout... Pour nous ce serait tout. Mais imaginez que ce paquet d’acide sulfurique poétique il parte à 300 000, hein ?

Bibliothèques, CDI : longtemps que Claude Ponti est à l’honneur chez vous – proposez aussi celui-là, c’est salutaire, et rassurez-vous, rien à craindre de la police des moeurs... Faites-nous cette grâce, une commande ?

Et quel sera le premier journal grand public ou supplément littéraire à venir défendre et propulser un tel livre ? On n’envoie pas nos services de presse en piles, mais faites-nous signe ?

FB

 

Claude Ponti | La table, scène 9


Soudain des bruits de télévision, de radio. Annonces en rafales de courtes séquences d’ infos… En fond sonore et très lointain, la musique de : « The river with no return ». Cette musique s’ amplifiera tout au long de la scène, de plus en plus lyrique exagérée.
L’ accessoiriste les fait descendre tous deux de leurs chaises, et retourne la table avec leur aide pendant qu’ ils continuent à parler. Ils posent le plateau de la table sur le plateau de la scène, pieds en l’ air, le petit côté du rectangle presque face au public.
Puis l’ Accessoiriste accompagne pendant quelques secondes les informations,
débitées par Son de média, comme une hôtesse de l’ air mimant les gestes à faire en cas d’ accident. Son de média :
… Dont la note a été baissée une troisième fois par les agences de notation.
Confirmation par les marchés extrêmement nerveux…

ELLE

Potiron, rhubarbe, goyave, lépiote élevée, cassonade, merde ! Qu’ est-ce qui se passe ?

Son de média
… Pour la deuxième semaine consécutive, le marché est en forte baisse, net recul des banques françaises et européennes, après les banques anglo-saxonnes la tourmente gagne l’ Europe… Certains experts spécialistes parlent d’ ouragan…

LUI

La Bourse ! Les banques…

Son de média
Moins dix-sept pour cent en cumulé brut corrigé des variations des données saisonnières, Banque de crédit et d’ investissement Lourdaise, moins vingt-sept pour cent, Aveyronnaise de crédit…

ELLE

La banque, qu’ est-ce qu’ on a à la banque ?

LUI

On a tout à la banque ! Toutes nos économies…

Son de média
… moins cinq pour cent, Banque centrale de réinvestissements, léger rebond à la clôture malgré les averses localisées… violentes chutes de neige à partir de trois cent vingt mètres d’ altitude du CAC 40…

ELLE

Nos comptes épargne ?

LUI

Nos comptes épargne !

ELLE

Les deux ? Le tien et le mien ?

LUI

Les deux ! Le tien et le mien !

Son de média
Dix-sept départements en alerte orange. Trois cent soixante banques prises dans des congères d’ indices de seize mètres de haut…

Ils sont maintenant tous les deux installés dans la table retournée comme sur un radeau.

ELLE

Le plan épargne en actions ! Les fonds communs de placement ! Les obligations du trésor américain ! C’ est la crise !

LUI

Il faut vendre, tout vendre, sinon on va tout perdre !

ELLE

C’ est de pire en pire, ils ont ouvert des aires de stockage des poids lourds en amont et et les stock-options dévissent en aval… On bouge pas, on reste sur nos positions, il est trop tard pour vendre !

LUI

Non ! On vend, on vend tout, on a déjà trop perdu ! Mieux vaut perdre la moitié que tout perdre ! On est dans la tourmente, on navigue à vue dans le brouillard opaque !

Son de média
Le verglas a fait son apparition dans la plupart des places boursières, les dérapages se multiplient… Tokyo, Berlin, Vienne, et Moscou ont suspendu les cotations… Le yuan flotte, le dollar barbote…

ELLE

T’ es malade de trouille ! C’ est justement pour ça qu’ il ne faut pas vendre. On devrait même acheter, tu le disais toi-même avant : « acheter au son du canon, vendre au son des trompettes. » Quand tu jouais au petit malin…

Son de média
La dépression s’ étend sur toute la planète, les trois quarts des places boursières sont fermées pour trois jours, le verglas s’ est ajouté à la panique des ventes de chutes de neige catastrophiques, les transports en commun sont dans l’ impossibilité de circuler, les écoles fermées, en France vingt-quatre départements sont sans électricité…

LUI

Tu le fais exprès ! Tu ne vois pas ce qui se passe ! Si on t’ écoute, dans huit jours on n’ a plus rien !

ELLE

On n’ a déjà plus rien ! Si tu vends maintenant, tu n’ as plus rien de rien, et en plus t’ es nul, la Bourse baisse et toi la nullité, tu es en forte hausse !

Lui et Elle sont sur la table-radeau, agités et emportés sur des rapides violents et grondants.
Lui et Elle s’ accrochent au gouvernail et aux perches qui leur servent à piloter la table-radeau.

LUI

Oh ça va, si tu paniques, tu n’ es pas obligée de t’ en prendre à moi, tu…

Voix du magasin
Nous rappelons à notre aimable clientèle que le magasin reste ouvert en nocturne ad vitam aeternam dans la limite des places disponibles…

ELLE

Moi, je panique ! Mais c’ est le monde à l’ envers, regarde-toi, tu es vert ! Vert dollar dévalué !

Son de média
Deux tornades indicielles à fort taux de faillite arrivent par le nord, les autorités recommandent de ne pas sortir de chez soi, ni du bois, sauf nécessité absolue… Barofi en net recul de 17.8 pour cent, Arova-Blounte est en cessation de paiement… quand à la jauge isonuméraire, elle est en pré-discussion secrète dans les antichambres du G20…

LUI

Regarde autour de toi, un peu, si ça baisse c’ est que les gens vendent ! Ils ont raison, il faut vendre avant que ça ne vaille plus rien !

ELLE

Ah ! Le bel argument, la prophétie autoréalisatrice ! Si tout le monde vend bien sûr que ça baisse à mort et que ça ne vaut plus rien, mais justement, tu ne bouges pas, tu attends et quand c’ est bas tu achètes ! Tout le contraire !

Son de média
Tyrol-Petroleum en baisse de 12 pour cent, Génie Général, moins 14 pour cent, Heukeubère de valorisation, moins 46.3 pour cent, Mordexo, moins 67 pour cent, trois cent quarante personnes ont passé 72 heures dans un Train Ultra Vite bloqué par la chute des cours de la Bourse de Lausanne… Glissement de terrain dans le Vercheron, douze morts… Deux cent quarante disparus sans dividendes…

LUI

Tu ne vas pas m’ emmerder, avec tes trucs de Bac plus sept, la réalité, c’ est comme je dis, je dis ce que je vois…

ELLE

Eh bien tu ferais mieux de regarder autour de toi…

LUI

Quoi ?

ELLE

Là ! Qui sont tous ces gens qui agitent des torches et qui hurlent au fond du jardin ?…

LUI

Où ça ? Ah ! Il y en a devant aussi ! Il y en a partout ! Ils nous encerclent… Des sans-abri ! Des Roms ! Des chômeurs longue durée ! Qu’ est-ce qu’ ils veulent ?

ELLE

À ton avis, crétin ?

LUI

Je ne sais pas… à manger ? Notre portefeuille d’ actions ?

Son de média
… la Synthèse de Crédit Revolving, moins 18.7 pour cent, des émeutes de gens désargentés et désemployés se produisent actuellement dans les banlieues résidentielles, les vigiles ont pris fait et cause pour les voyous hooliganiques, après avoir mis à sac les centres commerciaux, ils ont brûlé toutes les voitures de plus de 9 chevaux fiscaux… Le phénomène se développe à 9 Beaufort…

ELLE

Manger ! Ils veulent manger à notre table… Regarde-les ! Leurs visages furieux, leurs estomacs vides, leurs mains crochues ! De leurs bouches avides, ils nous hurlent des insultes !

Elle et Lui commencent à se démener contre des gens qui s’ accrochent à leur radeau, et essaient de monter. Elle et Lui frappent avec leurs perches pour faire lâcher les agresseurs…

LUI

… des misérables S.D.F., des fin de droits… des seniors du quatrième âge ! Halte ! Lâchez ça ! C’ est à nous ! On a trimé dur pour l’ avoir ! Reculez ! Noyez-vous !

ELLE

Notre argent ! Notre maison, nos enfants ! Voilà ce qu’ ils veulent, ils veulent tout ! Ils s’ accrochent, on va couler à cause d’ eux ! Frappe, cogne !

LUI

Tiens bon ! Je suis là ! Tiens prends ça salopard ! Tu les laisses s’ accrocher, et là, ils sont vulnérables, à bout de force, tu leur écrabouilles les mains… Cogne, nom d’ un cul carré, cogne !

Son de média
L’ ouragan mondial est déchaîné, le tsunami titan-boursesque fait le tour de la planète en moins de douze heures… La terre tremble sous la City… La racaille s’ accoquine à la canaille, Londres brûle…

ELLE

Barre-toi, connard, violeur de porte-monnaie ! Suceur de dividendes de la bouche de mes enfants ! Lâche ça, égoïste ! Crève plus loin…

LUI

Je vois une table, là-bas, à neuf heures, dans la débâcle…

ELLE

De la glace, de la grêle, de la neige, des fous furieux… je ne vois rien d’ autre ! Ah ! Là, une table… Nos voisins ! les Ambersonne et leurs chats…

LUI

Splendide ! Ils mangent ! Regarde-les bâfrer, ils n’ ont pas honte, les goujats, se goinfrer devant la misère du monde ! Du foie de veau à leurs chats ! Aucune pudeur !

Elle frappe encore plus vigoureusement les assaillants et montre la table des voisins.

ELLE

Une table de sauvetage, là, droit devant ! Ce sont les secours… Une table garnie bien chaude qui arrive…

LUI

Nous, on n’ a plus rien… Voilà les secours !

ELLE

Foncez ! Nagez ! Courez ! Volez ! Plongez ! Les sauveteurs sont là !
Bruits d’ orage et de tempête, coups de feux, hurlements du vent. Éclairs, cris de haine, cris de joie, cris d’ agonie.

Son de média
La police tire sur les émeutiers. Après les lâches flash-ball mous, enfin des courageux tirs à balles réelles. L’ anticyclone des Essores balaie les ciels de traîne, la tendance se renverse… La virulence des émeutiers s’ effondre… La Bourse remonte ! Saint Glotin plus 12 pour cent, Autoroutarnak, plus 23 pour cent… L’ Antipersonnelle de Mine, plus 44 pour cent…

Lui, frappant de plus belle.

LUI

Oui ! Accrochez-vous aux filins, là-bas !

Elle, frappant de plus belle.

ELLE

Barrez-vous ! Arrachez-vous, giclez ! Allez vous accrocher à l’ autre, là ! Ils ont à manger et des couvertures pour vous !

LUI

Saisissez les gaffes ! Grimpez ! Mangez ! C’ est gratuit ! Ce sont les secours…

Son de média
Banque de crédit et d’ investissement Lourdaise, en hausse significative, plus 37 pour cent, Aveyronnaise de crédit, plus 49 pour cent… Barofi plus 68.8 pour cent, Arova-Blounte, reprise des cours météo favorable, le CAC 40 est obèse… Banque de crédit et d’ investissement Lourdaise, plus 87 pour cent, Aveyronnaise de crédit entre dans le capital du Crédit maritime de l’ île de Groix… Retour à la normale à la SNCF, douze TGV circulent en sens inverse de l’ anticyclone…

ELLE

Ouf ! Par tous les poils de la Bourse, on s’ en sort bien !

LUI

Hou ! là ! Ça remonte à toute vitesse !

ELLE

Je te l’ avais dit…

LUI

Merde on aurait dû acheter, on est revenu au niveau d’ avant la crise et ça continue de monter…

ELLE

Ben voyons…

 

© Claude Ponti & publie.net

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 mars 2013
merci aux 728 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page