le texte est-il soluble dans le numérique ?

recommandations techniques, interrogations, logiciels et état des lieux


université de Montréal (UdeM), vendredi 13 novembre, 9h45-11h45
s’approprier les outils numériques, conférence et exemples

 

Pour nous qui travaillons sur le texte et la littérature, le numérique n’est pas seulement un outil de communication. Il est l’instance même du texte, son plaisir, sa forme de diffusion et la densité de lecture que nous en recevons. Dans un bouleversement si rapide, et un paysage aussi mouvant, il est important de prendre des repères, y compris pour nos usages au quotidien.

Comment présenter un texte ?
Typo, styles, polices et interlignes, insécables, formats de page, utilisation des images.
Incursion dans quelques logiciels de traitements de texte, leurs développements récents, et comment les exploiter.

Comment échanger un texte ?
Présentation d’un document, usages du pdf. Notions de document-maître et processus d’édition.
Logiciels de mise en page, contraintes de lecture dense.

Comment diffuser un texte ?
Mettre en ligne sur un site, préparer pour une édition numérique. Quels logiciels utiliser, quelles plate-formes de blogs, quelles incidences sur l’écriture même (avec visite de quelques blogs et backoffice de sites) ?

Comment organiser sa veille numérique ? constituer sa bibliothèque numérique ?
Flux et agrégateurs : netvibes, zotero. Silos numériques et le livre comme accès ou service.

François Bon, professeur invité en création littéraire pour l’année 2009-2010, a développé plusieurs sites de littérature (remue.net, tierslivre.net), dirigé aux éditions du Seuil une collection de littérature contemporaine (Déplacements) et fondé une coopérative d’édition numérique (publie.net).

Vendredi 13 novembre, 9h45-11h45.
Pavillon Claire McNicoll, salle Z-337 (plan)
entrée libre.


responsable publication _ les infos tiers livre © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 9 novembre 2009
merci aux 662 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page