Marivaux décape le dimanche

prendre directement l’ordre social comme thème de la comédie


Une mise en ligne un peu singulière dans nos Classiques : deux pièces brèves et monobloc de Marivaux, à la fois célèbres et méconnues, deux brûlots que bien des auteurs relisent à intervalle régulier tant ils sont surprenants, cassant la logique théâtrale, se lisant comme une short story contemporaine.

D’autre part je les accompagne chacune d’un texte de présentation, voici l’anecdote : il y a 2 ans, Flammarion me demande, pour une petite collection d’usuels, une postface à L’Île des esclaves. À mon habitude, je cogite le temps qu’il me faut, relectures etc., puis rédaction presque avant d’être trop en retard – et c’est seulement l’envoi effectué que je m’aperçois avoir rédigé une postface à La Dispute, lapsus. Mais les deux textes (ici révisés et insérés en avant-propos du texte de Marivaux) me les ont rendu indissociables, malgré les presque vingt ans qui les séparent – et expliquent le côté lunaire, surréel de La Dispute, tandis que L’Île des esclaves reprend la figure traditionnelle de l’Arlequin, mais poussé à ses limites d’ambiguïté, où la ruse n’est pas exempte de bêtise – la domination amoindrit ceux qui en sont victimes.

Ces mises en ligne sont intégralement partie, pour moi, du projet publie.net : il s’agit de ma bibliothèque numérique personnelle, préparée ou révisée pour mon usage depuis souvent des années. Ces textes sont l’environnement direct de notre table de travail. D’autre part, fabuleux et nécessaire laboratoire pour apprendre manuellement ce qui change dans l’ergonomie numérique, la navigation écran, et comment la force d’un texte qu’on connaît de près peut surgir intacte de l’entonnoir epub, quand vous le retrouvez sur iPad (ce qui n’empêche pas – pour reprendre le beau concept de nos amis de numerik :)livres, qu’ils sont parfaits en tant qu’histoires à lire debout même sur un téléphone.

Qu’il s’agisse de relire ou de découvrir, on est fier de proposer ce partage. Ce sont deux textes de sens, et de révolution du sens.

On vous laisse avec La Dispute et L’Île des esclaves.


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 28 novembre 2010
merci aux 614 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page