26 | Michel Foucault ça n’a pas matché mais pas

tags : Paris, Michel Foucault, Hervé Guibert, Jérôme Lindon, Mathieu Lindon, 1982

un lieu au hasard

Ce texte est un fragment d’un travail en cours, amorcé le 20 décembre 2020 et non destiné à publication hors site (pour l’instant).

Le principe est d’aller par une phrase par lieu précis de remémoration, et d’établir la dominante sur la description même, si lacunaire qu’elle soit, du lieu — donc public, puisque bar, bistrot, resto — de la remémoration.

La rédaction ni la publication ne sont chronologiques, restent principalement textuelles, et la proposition de lecture s’appuie principalement sur la navigation par mots-clés depuis la page des index lieux, noms, dates.

Point régulier sur l’avancée de ce chantier dans le journal #Patreon.

 

26 | Michel Foucault ça n’a pas matché mais pas


Je n’ai jamais trop eu besoin de contacts directs avec mes collègues auteurs : ce qui se passe par le livre suffit, bien sûr des exceptions, heureuses ou pas, et si ici on va jusqu’à la limite du possible une à une elles s’inscriront, c’est des réussites ou des ratés — par exemple, juste avant la parution de Sortie d’usine, donc fin juin ou début juillet 1982, Jérôme Lindon demande à son fils André (je ne sais pas pourquoi ensuite ils rompent, qu’il refusera même de voir son petit-fils) de faire la photo qui sera distribuée à la presse, je ne sais plus trop l’endroit mais c’est dans le XIVe, Denfert-Rochereau ou Alésia, en tout cas on fait la photo, puis on se retrouve à une terrasse avec Mathieu Lindon, Michel Foucault et Hervé Guibert, j’ai déjà croisé Mathieu, alors journaliste au Nouvel Obs, aux éditions où il occupe un minuscule bureau mais qui lui est réservé, juste en face celui de Robbe-Grillet (je le croiserai aussi, il me dira avoir détesté mon livre, affaire classée pour moi alors ce bonhomme qui pourtant avait été une telle secousse quand lu en terminale), Mathieu s’occupe de la revue Minuit et sans doute porte encore les rêves d’héritier de son père mais non, il se trompait — Guibert a sorti chez Minuit Les chiens et bien sûr j’ai survolé ça en librairie, aujourd’hui probablement cette fausse transgression d’étalage pédophile (il ferait la même chose dans Voyage avec deux enfants qui sort en même temps que mon livre) ça ne passerait pas mais c’est bien vu dans le Paris d’alors il faut croire, ni lui (même bien plus tard quand on se croisera à la villa Médicis, la même arrogance superbe ou stupide et qui n’a d’incidence que sur lui) ni Foucault n’abaisseront les yeux sur un plouc comme je suis, mais Foucault j’ai une dette pour les livres, alors je ferai plutôt porter le mépris (et sa revanche) sur Guibert, Foucault je regarde comment son crâne brille selon les déformations osseuses ça compense.

 


responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 janvier 2022
merci aux 45 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page