la faute à l’instit

on se venge plutôt sur les petits


Cette institutrice, symbole des petits pirates du Net, a été condamnée à 1200 euros d’amende avec sursis et devra verser 2225 euros de dommages et intérêts. En 2004, les gendarmes avaient découvert chez elle 1647 titres musicaux sur son ordinateur, téléchargés en peer-to-peer. [...] La théorie des majors selon laquelle le piratage empêche les gens d’acheter des disques est démentie par toutes les études, affirme son défenseur. La jeune femme, alors au chômage, écrivait : Messieurs les puissants, vous vous trompez de cible. Et un conseil, le prix des CD serait un poil plus accessible, vous n’en seriez pas aujourd’hui à essayer de grappiller trois sous à une Smicarde. A lire dans Libération. Autre commentaire dans le Monde :« L’industrie du disque poursuit sa lutte contre le P2P. Pour leur part, les internautes se sont déjà tournés vers d’autres réseaux, d’autres formes d’échanges. »


responsable publication François Bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 2 décembre 2006
merci aux 280 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page