Jean-Pierre | Sans la ville

« construire une ville avec des mots », les contributions

Jean-Pierre. Né en 1988. Quelques études, beaucoup d’ennui, et bifurcation vers des activités graphiques. De l’écriture aussi pour ne plus croire en la grammaire. Travaille à la construction d’un maison d’édition pour une poétique numérique : abrupt. Site : ruines.org.
proposition n° 1

Du coma revenir pour que du bitume se retrouve tout autour. La rue. Revenir à la rue. Les marges de la ville. La rue d’avant avec des marges. Plus de marges dans l’aujourd’hui. Trop loin pour voir les marges. Du coma recouvrer la langue. Un peu. Sentir avec, essayer. Combien de temps depuis, jusqu’à aujourd’hui. Sentir. Renifler le bitume pour s’aider à revenir. L’odeur de l’orage. Et ne plus reconnaître les marges. Nulle part les marges de la ville, après le coma. Loin. Les marges. Réellement. Qu’ils disent que réellement la ville est devenue le réel. Avant le coma, des marges, mais depuis le retour, juste la ville en réel. Sans marges. Sa totalité en réel. Sans plus, et rien à dépasser. Encore. Prendre acte que renifler le bitume ramène aux marges, qui se refusent au présent. Même si plus d’odeur. La rue, c’est l’odeur. Plus d’odeur, plus la rue. Le souvenir de comment ça sentait le bitume. Alors se taire. Se souvenir. Ne pas dire que le lieu du dehors a de l’écho, dedans. Avec l’odeur du bitume et de l’orage. Différent du réel. Parce que des souvenirs. Retrouver les marges, et renifler bitume encore, et des marges retrouvées, et les placer au-dedans. Cogner sa tête contre le bitume, s’il le faut. Pour retrouver la rue. Revenir par l’odeur. Qu’ils disent que dans l’aujourd’hui le bitume absorbe le son pour confort citadin. Ils sont de l’organisation et de l’estompe. Le plan en flux dans l’aujourd’hui. Ils savent faire le plan en flux. Parce que la rue au pluriel, ça aussi il le faut pour le réseau. Ils le disent. Ils insistent : le réseau. Et cogner sa tête contre le bitume qui absorbe le son pour confort citadin. Jusqu’à ce que le bitume absorbe la tête. Ne se fêle pas. Et que la tête en bitume. Pour sentir la rue. Y revenir : à la rue, au quartier. Avant, la ville, des verticales d’urbanité. Mais du retour à l’odeur du bitume au-dedans, l’altération de la ville, légère. Dans les perspectives de la ville, il y a quelque chose qui est autre. Une cité sans limites qui avale les surfaces. S’approprie ce qui se jette en l’horizon. Et une texture-ville qui ne sent plus. Renifler le bitume pour sentir l’odeur que ça avait avant, le bitume. Insister aussi. Y revenir par le souvenir. Ils disent que ça ne sent plus le bitume, parce que le silicium à la place du bitume. Se retourner dans la rue, la rue dans la tête, et renifler jusqu’à retourner en un espace qui n’est plus. Rasé l’espace. Mais il reste au-dedans. Le garder au-dedans. Secret. Ils ne doivent pas savoir, les gens de l’organisation et de l’estompe. La rue en artère hyper, ça dénature cité quand on revient de l’absence. Renifler encore pour que l’absence, pas complètement là, et qu’avec l’avant recomposer ce qui peut être. Le plan en flux dans l’aujourd’hui, avec la course des gens pour faire flux. Plus le bitume pour guider, mais la course des gens en flux dans l’artère hyper, et les liens qui se lient entre les rues, mais plus la rue. Celle du souvenir. Des rues. Les rues mouvantes de flux en flux. Et plus la place après la rue, parce que plus le centre parce que c’est cyber, qu’ils disent. D’électroluminescence la beauté ou la crasse, lisse et fluide. Se recompose la beauté ou la crasse. Des matériaux et du translucide qui commandent à la dilution. La rue dans la dilution. Renifler la dilution. Ça ne sent pas comme le bitume, la dilution. Ça peut sentir si abonnement payé et branchement au réseau. Ils insistent : réseau. Se brancher alors. Pour faire comme. Mais garder au-dedans, l’odeur du bitume. Avec les marges aussi. Avant qu’on s’en retourne à la rue qui ne sent plus, et qui ne sait plus les marges. Ils ferment le couvercle. Sur la mémoire, sur la rue. Parce que le flux. Le passant doit être flux, il doit passer. Dans les rues. Notifications : il doit passer, le passant. Sans autre. Sans la rue. Le passant. Il flux.

proposition n° 2

Rond-point, ronde la circulation brise la grille. Ronde pour que le bout de la ville s’éclate de gris en gris. Ciels et sols. De gris en gris ciels et sols. Rond-point et peintures pisseuses sur rond-point. Des branches à la ronde pour que ça s’étoile la pisse. En impasses. Le quartier, choisir son impasse. Des droites qui abandonnent l’idée courbe. Droites pour impasses. Choisir le même. Et se cadre quartier enfermé par des droites pour impasses. Ça se dresse tour à tour le long des droites et des impasses. Mêmes ciels, mêmes sols, le même ton pour habiter dans la tour. Bloc contre bloc. Faire ronde sur rond-point. Mêmes impasses, mêmes droites, le même béton tacheté d’ampoules, il s’écoule des nuages le même béton. L’optique se corne. Aucune fracture l’angulaire lisse. Le relief s’ennuie. Un lampadaire tube, sa répétition. Tout calme, tout calme. Une intraveineuse béton, et sous la peau du même, ça gronde en câbles et en rouille. Dessous la teinte froide. Fenêtres d’électrique ne percent la monotonie, s’y installent en variations. Tournure cendre aux recoins de l’urbain. Pour que s’arrêtent là les lointains, et du bariolé dans les allures qui se camouflent, mais de gris en gris, passages veules, quelle que soit la direction, la direction élime les lointains, le bariolé se noie parmi l’aggloméré. Suffisamment armer le béton pour que ça aplanisse le bariolé dans les allures, que ciment prenne paysage, contamine son allure. Un quartier pour impasse, et le trafic clignote, l’angle est droit, ça glisse, glisse en syncopes la couleur silence.

proposition n° 3

Se retourner, s’en retourner du revenir qui n’en voulait plus du quartier. Volte-face de la rétine, fuir la pituite, avant que. Vomissures et souvenirs. Refuser le retour, se retourner. Cent quatre-vingts degrés : un à un. Et espoir d’y échapper. D’un rond-point, partout le même, mais une voie unique, l’exception, la route comme une passerelle, la route à la ville, seule, et sa perspective qui sinue le long d’usines, s’efface, resurgit en ville. La ville et son scintillement ocre, là-bas, là-bas plus l’ici des angles droits, plus à faire funambule sur la marge. Le centre, parce que la ville là-bas croit encore en son centre, rejette ce qui ne veut pas croire en son centre avec des marges. Réverbère le point de fuite sur route après l’averse, des réverbères et un point de fuite qui s’échoue en nappes phosphorescentes. Le là-bas : les arrondissements de la ville et des lampes à vapeur de sodium. À rebours des arrondissements et des lampes à vapeur de sodium, la route à la ville, et zones industrielles comme écrin d’un point de fuite. Rebondir de bâti en bâti, remonter les linéaments en fuite vers la ville. Pour que l’œil reste avec soi. Ici. Sans l’apaisement de la ville. Il érode les différences l’apaisement à coups de regards de travers pour qui de la traverse. L’œil ne reste pas, il y retourne à la ville, s’y jette en le papillotement bourgeois. Des immeubles grands, et grands bourgeois en hôtels petits. Cette route pour survivre loin du quartier qui englue. Cette route : le rêve à voir. Mais si souvenance du quartier trop forte : impossible le retour à la ville, et à l’oubli du quartier. Le rêve impossible. Garder l’attitude de traverse même si partir à la ville. Être différent, souffrir d’indifférence et de regards de travers. Alors rester en le quartier, s’y abandonner. Juste se retourner : constater que l’inconscience s’aliène à qui se risque au passé. Cette route impossible pour rêve impossible. Des impasses partout, et une seule route à la ville, avec son kaléidoscope de fabriques, de dépôts, de cimetières avant le vallon, la disparition des surfaces, et la ville surgissant de l’aval. Elle est veineuse la ville dans le loin, sa circulation de lumières rousses, son horizon en frissons, des boulevards qui vibrent, et leurs vies de rires et de mécaniques. Un bonheur tout fait. Brume et pollutions au-dessus du bonheur tout fait et des boulevards, brume et pollutions ne laissent voir si de l’autre côté la ville place des marges comme ici la marge. Quoi du pourtour à percevoir pour qui du pourtour déjà. Une route la suivre, œillades pour la suivre. Ne pas l’avouer ici, rêver c’est l’insulte. La destination inaccessible quand la corrosion orne de carne brume et pollutions dans l’ici. Rêver quand même un peu avec le paysage fendu d’une route à la ville. Son rêve. Ne pas voir ce qui est tout près, refuser nocturne la chaux des bâtiments pour ouvriers, fabriques qui se parent pareil de teinte carne. Depuis le quartier, ça pèse la vision sur l’intérieur, l’asphalte sépare, seul ce qui est dit centre urbain, là-bas, la ville orange dans la nuit rêve : le rêve d’échapper. Ne voir que cela pour la survie à l’intérieur, derrière le regard. Et rêver avec la perspective d’une négation, nier l’ici. Belle la ville en rêve et vibre, de peu, de peu, mais vibre en la nuit. Indifférente à la marge. La ville orange place l’invisible comme barrière quelque part entre asphalte et carne. Elle se protège en la nuit. Observer le loin, et s’avouer un peu que dans les bâtiments de chaux et de sueur, simples pour leur destruction facile plus tard, la vie aussi.

Différente, mais indifférente aussi. Au centre, à la marge, à la vie. Indifférente. Sans la ville, son centre.

proposition n° 4

Survol du souvenir. Tiraille et ça résiste pour que pas. Que ça ne revienne pas le goût. Survol, loin le sol, ça résiste parmi la pluie. Ne pas se pencher. Se pencher : et le souvenir qui cogne K.-O. contre ce qui tente encore résistance contre souvenir. Le plus rien en bas, et survol surplombe le plus rien. Mais au-dedans, ça gronde à présent le passé. Des calques sur le rien. Tête en bas pour sentir les marges, leurs plans. Les lignes : son quartier. La tête dans son quartier. En bas. Des aplats qui apparaissent, renaissent et de l’ennui beaucoup dans le bâti. Ça se bâtit en tête, et tête en bas, ce qui n’est pas pierre, qui s’agglomère mollasse, s’écaille comme si maintenant ça s’écaille. Le métal qui agonise, la rouille encore. Mais. En bas : plus rien, la délocalisation faite. La mort faite. En bas. Dans le surplomb : juste le survol, circulation des flux nouveaux. La tête dans la circulation. La tête qui ne veut pas, qui cède, se souvient des lignes, des angles, de leur vulgarité des lignes et des angles parce qu’à la marge les lignes et les angles. Vulgaires. Dans le passé : le souvenir ne raconte pas la hauteur qui s’effondre dans bas-fonds. Mais comme si le souvenir dit que le rêve passé par propulsion déjà dans le là-haut. Le rêve passé plaçait là-haut celui qui se risquait : rêver. Là-haut pour échapper. Aujourd’hui là-haut, et la tête veut encore échapper même si là-haut la tête. La peur bascule la tête, et l’en bas. Voir l’en bas vide. Mais pas dans la tête l’en bas vide. Il y a le plein et les plans, le dessin, et ça redessine l’ennui, lignes, quartier. Il y a le dessin, la saveur du dessin dans ses embranchements. Les rues s’embranchent. Les impasses poussent. Elles tapent dans la tête comme quand. Tapaient dans le social. Longtemps, bien longtemps. On n’entend plus taper dans le social. Mais dans la tête, après tête qui se renverse, regarde de là-haut la tache, il y a le rythme, persistance, persiste la tache, la texture lisse a une tache, dessous la texture. De même. À la manière de. Aussi bien qu’une brûlure clope dans la texture-ville. Nécessaire de faire revenir mots et morts pour voir la tache dessous la texture lisse. Mémoire en plâtras, ne plus résister, et la tête se laisse à la chute. Se reconstruit. La peur. Souvenir de la tache en la texture-ville. Son odeur à la marge. Dans la tête qui se renverse, loin la tête, mais ne s’éloigne de ce qui revient. Dans la tête, traces qui architecturent impasses et limbes. Les traces et leur lumière blonde. Rien n’y vibre en la lumière blonde. De l’ennui beaucoup dans le bâti. Surplombe la tête en l’aéroplane, elle se souvient. Lumière blonde, par passé la marge et sa lumière blonde, ne passe le souvenir, la marge ou négation des lumières rousses, de la ville. Même si la ville aussi la marge, mais lumières diffèrent. Investissements pour lumières qui diffèrent. Le quartier contre. Tout stagne. Stagnations des lumières et de la vie. Mais souvenir résiste, comme avant, quand ça grouillait à la marge : la vie et les chants des lointains, le travail et les chants, joie danse misère, se ségrèguent les lointains, mais ça chante. Souvenir des chants. L’aujourd’hui : plus les chants pour faire murs, texture lisse pour texture-ville. Circule, circulation. Parmi les flux. D’en haut quelque chose dans la tête qui se renverse, strie le réseau. Ça chante. En bas le vide. La tête pleine. S’échoue en bas. Au-dedans.

proposition n° 5

Quartier, une rue parfois, la place unique, impasses, impasses, grillages, grisailles, impasses, au fil d’impasses petits bouts de terre, sans dalle par-dessus. Petits bouts de terre où arbres. Bien regarder : ce sont des arbres. Un arbre avec son petit bout de terre. Se camoufle en parallèle des lampadaires et des lampes pour lampadaires. Arbre gris parce que camouflage qui oblige à gris feuillage. Un arbre à la façade croûteuse, blanche et noire. Comme plafonds qui s’effritent dans squats pour seringues. Avant dans souvenir s’y attarder après seringue sur petit bout de terre, entre les orages, quand chaud le ciel le permet de s’y attarder, comme si la campagne ce petit bout de terre. Y plonger les doigts. Un peu d’herbe entre les doigts. Verdâtres les doigts. Gratter, s’écorcher, être heureux, juste un temps, puisque s’écorcher contre l’été. Machiner dans la tête, heureuse, ce que sont prairies et fumier. Sur petit bout de terre ce qu’est sans machines le vert. Sentir chaud le sol, une terre terreuse sous les ongles, odeur de bitume qui masque odeur de terre, mais machinations en tête, et la tête mange l’herbe, se plante au côté des turricules. Invente l’odeur. Que peut être la campagne. Question qu’importe, ça s’invente campagne, quand même, avec l’odeur de la campagne sur petit bout de terre. Et sentir dans chaque doigt vibrations du sol. Pas le trafic, qui vroume, ne prête attention, un pré à soi le petit bout de terre si sentir avec ses yeux microcosme. Quartier : microcosme, son semblable à l’insecte qui vit de nature partout, même dans pollutions, pire en pire les pollutions. Doigts avec petit bout de terre. Pâturage, rêve. Fourmis, fourmis charpentières, scarabées, coléoptères, multiples les coléoptères, bleus et noirs, diptères beaucoup, bleus et noirs, gastéropodes, gastéropodes sans coquille, vespidae, un acrosternum hilare, odonates, ombilics très longs, quelque chose capable d’être carpocoris, corées marginées, punaises, punaises écuyères, pucerons et coccinelles, chenilles, mantes, sauterelles, cigales, araignées rouges, araignées vertes, araignées des fissures, pholcidae, épeires, tégénaires, carabes, blattes, phasmes, hétérocères, éphémères. Inventer noms à chacun, coller sur ce qui bouge noms et inventions. Sur réseau trouver noms et inventions pour l’invisible. Si pas de noms, est-ce que ça existe ce qui bouge sans noms. Coller ses yeux sur humus pour ne pas être seul sans nature. L’écorce des arbres qui tombe. Se fait terre même si tombe, pourrit, et nourritures. Arbres debout malgré gaz et échappements. Coller ses yeux pour échapper, un peu de nature en nous. Pour bouger avec espèces et ne pas avoir frontières, ne pas coller au béton, non, refuser, si ce qui bouge à noms, refuser est possible, et naviguer avec ce qui bouge avec des noms, inventer comment ça doit être campagne sans béton. Être ici, mais sans béton car avec ce qui grouille, et grouille la tête terreuse. Tout identique dans les insectes comme dans le quartier, les insectes et le quartier, microcosme s’abîme en microcosme, et se transporter, collant ses yeux dans les images vues, électroniques les images de la campagne. Imaginer les images pour réel sur petit bout de terre. Perdu, se perdre dans les herbes hautes, qu’ils cultivent pour faire pains industriels, pourcentages pour sans-terres, pour rien, et les doigts plantés chez le terreau. Se taire. En invisible, le rêve. Le rêve et l’invisible : un petit bout de terre.

proposition n° 6

Esprit erre par mémoire, appelle les labels pour lieux. L’étiquette du rond-point. Des prénoms qui se donnent aux zones. Du rond-point la recomposition, une carte qui se déplie, l’appellation pour chaque endroit. Faut que rappel sonne, plus fort, sinon sites sans nom, sonnent faux, et non-lieux pour être qui erre sans mémoire. Revenir grâce au : le quadrillage. Sinuer à l’envers des heures. L’aujourd’hui la grille. Routes. Parallèles. Parfaites. Nord. Sud. Est. Ouest. Exemples : Route Quarante et un. Route Quarante-trois. Route Quarante-cinq. Souvent encombrée, Route Quarante-cinq. Route Quarante-sept. Route Quarante-neuf et ses marchés. Des parallèles, ainsi la suite en parallèle. Et des perpendiculaires aussi. De part en part. Cette fois, nombres pairs pour perpendiculaires. Exemples : Route vingt. Route vingt-deux. Route vingt-quatre. Une exception néanmoins. La grille glitche : imperfection recherchée, moins le néant, art urbain pour harmonie. Contre toute attente, l’exception, ils la qualifient : urbanisme. Route Vingt et un. Serpente sans l’angle, jette lieux de vie le long. Des diagonales et des courbes. Étrange Vingt et un si avec y serpente l’esprit quand glitche la grille. Quadrillage maintenu avec art et principes. De grands axes pour maintien. Maintenant divisions principales pour principe urbain : une division nommée Avenue. Des noms avec des lettres pour distinction avec route. Exemples : Avenue A. Avenue B. Avenue C. Une texture-ville, couche par couche, trois les dimensions, la verticale pour suintements et vanité. Et les fonctions se superposent : des niveaux. Exemples : Niveau Un. Niveau Deux. Niveau Trois. Niveau Sept. Niveau Vingt et un. Jusqu’au vertige. Mais contre vertige, sinuer à l’envers des heures. S’en retourner, éviter les cahots, cahin-caha, et le rond-point son éclatement d’impasses. Revoir, revivre. Y mordre, s’y remémorer ce qui peut, comment s’y prénomment les lieux. Rond-point s’éclate. Comme l’idée que l’on se fait de l’étoile quand on s’y ancre à l’étoile. S’escalade l’amnésie, réminiscence trébuche, le rond-point. Rond-point. Étiquette du rond-point : Point Pic. Entre les ombres qui s’y ancrent, ça s’appelle : Point Pic. En vrai parce que vrai s’établit par décision de ceux qui avec la loi : la Place de la Libération. Une plaque bleue : Place de la Libération. Jamais le Point Pic. Hésitations ont été longues dans bureaux de l’administration, pleins d’administrateurs qui cherchent des noms. Nécessaire que s’y lustre bitume. Hésitations. Peut-être : le Rond-Point de la Paix. Non. Choix : Place de la Libération. Joie administrative, les mains se serrent. Petits fours. Tapes sur épaules. En vrai Point Pic quand se pratique errance sur Place de la Libération. Le surnom car pic dans bras, parfois pic dans bide, schlass en foie si bagarres, et bagarres en voie, schlass en foie, pas hésiter, pas marquer la peur si volonté de survie avec pic dans bras. Et les pics qui se vendent, s’échangent sur Place de la Libération. L’archéologie, se fossilisent les seringues, strates d’aiguilles creuses, s’y sédimente la déglingue. Ça ne peut s’appeler que Point Pic, quand brillent les noblesses d’aiguille et de schlass. La marge trouve sa ronde. Place de la Libération et l’explosion du plan. En étoile y repose la vie. Sur place, commerces précaires, facile d’y voler. Des stores baissés. Un lieu pour voyages : l’Hôtel Moderne. Quand un peu l’argent dans les poches, à côté de la lame et de l’appareil à piston. Bon endroit pour trouver veine, et qu’ensuite toutes veines s’affalent d’heure en heure. Supermarché Super pour après quand la faim. Caisses pas trop surveillées, comme tout ici. Et promenades sur impasses pour que passe la chute. Pas trop hautes les impasses pour ne pas. Depuis les hauteurs. Ne pas chercher la sortie quand la recherche interroge l’impasse. Pas des impasses. Ils l’ont dit. Des rues, édicte la municipalité. Des rues. Sept depuis Libération et sa place. Sept rues en plus de la route de la Nation. Route de la Nation pour venir depuis la ville jusqu’à la marge. Chemin pour politiques quand le quartier se visite. Sept rues, des noms pour sept rues. Adoucir les humeurs avec des noms : la botanique pour les noms. Il faut de la botanique dans le nom lorsque du gris partout. L’illusion s’attarde sur méninges qui s’enlisent. Anesthésie par la botanique. Apparence pastorale pour gars de la casse, dans le nom. Le nom est botanique, lénifie la laideur. Où l’immigration se case près casse, précaires car pas adaptés les lointains. Pas pour précaires les beaux noms angulaires de la ville. Leur antique lustre. Ici seulement le bitume qui se lustre. Pas adaptés les lointains : prescrit la souche. Un peu de paisible dans le nom ici, pour immigration dont administration : méfiance. Alors botanique pour noms. Des gens des lointains reçoivent cases avec des noms d’une botanique inconnue pour gens des lointains. Les lointains pas la même botanique, ils ont la botanique du baroque, un foisonnement qui se dispense de noms, sème d’ondes et de frondaisons le sens. Ne jamais se perdre, impensable quand du vert le sens s’écoule. L’écho y vénère ses bruissements. Ici se taire, le contraire, bruissements sans écho sur Place de la Libération. L’administration l’édicte. Des caméras, des caméras inutiles et sept noms. Sept noms : doivent commencer par rue, car ce sont des rues, la langue officielle le dit. Refuser l’impasse, refuser le qualificatif pour ombres qui zonent. L’administration choisit ses rues. Place de la Libération, sept noms, dans le sens antihoraire : rue Chardon, rue Scille, rue Morelle, rue Lierre, rue Abrus, rue Laurier, rue Bryone. Si errent les ombres en l’antihoraire, les sept noms jamais ne se prononcent. Les impasses sont l’impasse. Le même en l’impasse. Et sans nom le même pour qui cherche Point Pic et limbes, s’exerce, s’éreinte, ne se prononce.

proposition n° 7

Là tout auprès mais. La cave. Paysage qui se refuse à l’œil pour redonner la cave. Tête plus basse depuis l’aéroplane. Tête qui beugle. Arrêter déplacements. Un peu la pause. L’aéroplane sur l’en dessous. Par-dessus ce qui : le passé. L’aéroplane doit l’accorder. L’aéroplane accorde. Pause accordée. Tête renverse un peu plus vers les décombres. L’aujourd’hui, le passé c’est l’interzone. L’en veut plus de. L’interzone pas le besoin de la ville, parce que trop fluide, et l’interzone résiste à ce qui fluide. Dans le passé aussi, interzone non, une marge. Mais l’interzone dedans, marge encore. La marge qui s’avançait comme antiquité de l’inutile. Tête qui avec l’œil se penche jusqu’à la chute. Contempler. Un peu d’attente, ce qui bizarre pour l’aujourd’hui, l’attente en contemplation. Ça bigarre : danger, bizarre l’attente. Fouille par le regard l’interzone, la jolie marge du passé où ça errait la tête quand le passé. L’œil, l’errance : sa déshérence. L’interzone tavelée fusain depuis les hauteurs. Ne fuse rien là, l’inutile. Il grise, grisant gris, l’envoûtement par le charbon. Ça remonte l’envoûtement que le regard offre, ça replace en circuit intérieur les garrots. Garrotter l’œil, peut dévoiler la cave. La marbrure des décombres s’étend sur périmètre. D’un coup la tête le rassemblement, nerveuse ausculte, scanne, divise, le plan se replace. Contrôle du plan : Place de la Libération. Que se libère Point Pic. Dans le dedans. Infraterre sous la peau la ville, implacable l’œil écorche la texture-ville. En infra le système nerveuse la tête : où la cave. Tremblements. Tente de revenir l’overdose, n’ose pas. Souvenir des sensations, archéosouvenirs par l’œil qui prospecte, tête furète larves et bris. La cave à portée. L’œil creuse tréfonds, replante aiguille creuse, très fouille le dedans afin de : anamnèse. L’œil erre. Erreur d’endroits. Mauvaise impasse depuis le Point Pic. Pas la cave. Une autre. Dur de piquer juste depuis les hauteurs que ruines, se ruinent les retrouvailles. Recommencer : scan. Rechercher l’impasse dans l’impasse. Le lieu où il fallait déjà la mort en soi pour oser. Dans le caveau : le caveau, cave pour camés. Le royaume, son nom, c’était le royaume. Il fallait dire le royaume, et se reflétait sa fin. Son nom le royaume parce que la tête du roi avait. En rouleau. S’enroulait, et ça tanguait, poudrait pourtours, une ronde autour de la tête. Garrot pour couronnes, la reconnaissance des déjà morts qui risque de la vie ont osé. Le lieu où il fallait déjà la vie à la gueule cracher pour oser. Cailloux et cuillers. Tanguaient, poudraient au milieu du royaume, ne se souciaient pas, s’enroulaient avec la guillotine pour écharpe qui rattrapait les aiguilles creuses, les renfonçait en leur bande. Creuser pour retrouver. Creuser avec cuillers cailloux. Gravats triés par scan : des caves à la répétition. Les cellules d’en bas. La peur dans les cellules d’en bas. Les caves pleines de camés. L’avant : le bel. Mais la surface, la cave a la surface synonyme des cellules qui montent dans la tour, qu’on s’approprie à coups de loyer, paye son temps le loyer. Hypothèque jamais dans la marge, juste les retards de loyer. C’est la vie l’hypothèque sur la marge. Mais la cave sans loyer. Retrouver la cave où la tête avait vu entre les murs ce qu’entre la vie. Chasser dragon avec les sous-sols. La fouille frénétique. La fouille par tête nerveuse. Frénétique. Le terrain démembrer : de la remembrance de la révélation de l’archéologie de l’émotion de la découverte de l’entre les murs de la vie. Le suspens par la veine qui projette loin le social. Plus besoin de castagne avec caste et l’ordre. La veine, et loin le social si dragon qui murmure. Tête dans l’aujourd’hui : le souhait de retrouver la cave et l’entre les murs. La sensation du loin le social. Pour que : l’autre maintenant revienne, d’entre les murs les morts. Tandis que : l’aujourd’hui intrique le social, texture-ville, embrouille. Les têtes et la texture-ville. Plus les embrouilles et la castagne. Tout connecté. La punition absente : l’aujourd’hui régule la grille. La fuite du social où la fuite quand tout connecté les têtes et l’absence les murs pour remettre la tête dans l’entre les murs avec dragon. Scan nerveux pour tête nerveuse. Chauffe la vie cyber. Se ramentevoir, se remettre lieu à voir, cave avec camés, camarades de la vape. Une la vape pour les camés. Aiguilles se partagent, le sang, le même sang. Où. Caille le royaume. Quel le décombre parmi les décombres. Scan : hystérie de l’œil. Larmes les vouloir comme. Larme ancestrale, s’offre à la tête lorsque le manque entonne sa plainte. Manque les larmes maintenant que plus les larmes pour têtes qui s’enchevêtrent en texture-ville. Larme, une dans le dedans. Larme, une : pour battre rappel et fantômes. Douleur le retour, non, trop brutal l’impossibilité du retour de la cave. Et la tête rebondit, les bas-fonds restent sourds à l’absence de larme, une, se défonce contre paroi de l’aéroplane, plane au-dessus de ce qui. Ça aurait pu offrir le goût de l’entre les murs avec dragon, loin du social. Camé l’ancien cherche cave l’ancienne. Cave : il ne la trouvera, point le retour qu’à l’intérieur la cave. Scan dernier : cave sous une ruine, salut à la cave. Salut la cave. Salut. Rires nerveux. Sans rires. Impossible avec tête nouvelle. Pas la larme les rires non plus, multiples qui mutilent le coffre, l’affaissent, toussotent. Sans rires vivre. Comme avant : si tête marque l’émotion, son absence marquera le néant à son entour. Retrouver ruine sous ruine. S’entourer de la cave. Dans le dedans la débâcle pour celui qui l’errance prend. Quoi la différence d’une ruine, de l’autre. Une la vape. Vapeurs sur ruines et sur paysage, se pare paysage de ruines et de vapeurs, éparses vapeurs, chasse la rétine les nappes, scanne, dessous creuse surfaces marbrées de débris. Le débris, sa consistance. L’examen : décomposition. Pollution acceptable. Sans intérêts pour décontamination ou contrebande. La cave de la tête. À l’intérieur contre la tête, la bande et les aiguilles creuses. Les rires de la bande. Une note : mémento pour celui qui du honni fut, ne pas creuser cailloux avec cuillers. Rétine avec cuillers ne sait pas replacer fantômes sur le paysage et les ruines. Paysage et ruines pour faire fresque : cartographier le souvenir contre le social. La fresque, la fresque. Ramener la fresque. La fresque à la tête ramener. Dedans. Ne pas dire. Replacer dans le dedans avec larme, une. Fantômes qui se tiennent garrot de rire. Dans le dedans : pourrir pour cave, avec, dedans, une cave.

proposition n° 8

Le ciel se calme, il pleut à présent sur le souvenir. Cité d’atmosphère se noie, plonge la tête sous son flot, se noie. Comme la larme dans la pluie, goutte à goutte, après l’overdose, le corps modifié par sa limite. Le souvenir goutte-à-goutte, et la pluie sur la ville. Suffisamment la pluie de façon que la ville arrange sa mascarade. Visage ville : dégouline sur, s’en va de ce qui tenait debout, encore. L’homme a mis suffisamment d’homme et de moderne dans le ciel afin qu’acide le ciel pleuve sur l’homme d’acide et de pollution. Les rides miroitent, ce miroir d’impasses, ronde la place, telle mère des dérives. Droiture de l’homme droit déborde de tout lieu, parapluies troués et semelles qui claquent, contre le courant qu’il tende sa gueule l’assoiffé boit l’acide, rejette fluorescence, nimbe de néons l’arrière-pluie, où s’évacuent les eaux usées, leur banlieue. Du rideau traverse le pas, boit, se noie, voit se dissoudre un peu de son pas, pluie acide, et s’oxyde la zone. Fracas, coups de tonnerre dans les armes se calment, il pleut, la soif voltige partout la poudre. Clapots, clapots, clapotent sur le crâne goutte à goutte, la larme, du ciel s’offre goutte-à-goutte de qui l’absence la larme, ne pas se découvrir, pluies acides, le danger pour l’organisme et la santé publique de l’organisme. Frais non remboursés sur le danger choisi et choir en la pluie acide. Choir et le plaisir choisi. S’asseoir, parapluies troués, semelles qui claquent, le banc défoncé où bascule d’un le cou, dévoile figure, se figure la larme. Bouille bouillie d’overdose et d’overboard, acide l’éther comme flics qui de ficelles offrent la noyade, sa simulation n’atteint ce que simulent cumulus, s’accumulent au-dessus du funambule. Acides dans bec, matassin attend sous pluies. Les gens de bien, les gens de peu, ceux de loin et d’ordre, s’enfoncent jusqu’à la marge, s’effacent irréels de la marge. Se couvrir, bâtir refuges, ne pas. La pluie acide, ne pas. Dans l’abri la pluie son écho parmi l’homme qui tente de mettre de lui dans le ciel, et qui prend et la foudre et la pluie d’acide et de peur se noie. Ne pas. La pluie boire jusqu’à la lie. L’acide, mais de Lumpen et de l’orage connu, l’épingle brille, son réservoir, s’épingle la pluie dans le bras, n’est la crainte de pluie, elle apporte récompense de la larme. Une goutte du ciel s’abat, déforme d’eau la surface, creuse cratères et d’éclats jette sur les verticales peintures en dégoulinure : la corruption des surfaces. Le sel et son acide. À chaque coin. Et perle l’hallali sur les haillons. Et s’émiettent les fibres à la pulpe de peau. Et pèlent fibres, purule la peau. Celui du Lumpen, de pluie et de peau se mélange, il se dissout, émerge de la marge, visage dont il faut : détournement. Visage sans l’œil, la folie d’overdose ou d’overboard, qui à l’énucléation incite, arrache l’œil pour le jeter, plus haut, plus haut, à la recherche, contresens de l’averse, l’inverse : que se dévoile source de ce qui simule larme, une, sa noyade. Trottoirs qui resplendissent de psyché, et le fleuve caniveau déborde de son flot sur bienséance et santé publique. Les rats s’effraient de la noyade, et celui du Lumpen chasse le rat qui se noie, dévore ses entrailles. Clapots, clapots, clamse presque, s’affale le temps de quelques gouttes, pousser chimie de brume dans limites, et de brune la peau qui brûle, rire à la peau sans rires, la brûlure trouble, bruit, luit, rappelle que la vie : là. De peu, de peu. Rire à la peau. Elle brûle. La vie. Rire à l’overdose qui plus faible que la vie de celui qui pousse chimie de brume dans limites. Baguenauder sur la marge, un brin, un doigt, la main brûle, et sur la marge de la peau et de la vie, jeter la capuche. La protection se sert, cueille le souffle. Fermer le masque, filtrer le soufre. Et sous le masque, satisfaction car haillon qui maille l’épiderme : hybride, se débride son existence. Le calme ciel, il pluie à souvenir sur l’à présent.

proposition n° 9

Réel referme, ferme rêve sans visière, l’obscur vague rouge, le sang, le son carotide, que ça cogne quand l’impossible réveil, l’obscur se contenter, refermer l’écoutille, écoute, ça parle humain autour, ne pas. Écoute l’aéroplane, d’inconscience flottaison, et le son entre les hélices, du suspens la chute, la tête qui passe, se plante sur rotor. Et les pales. Tourne tripale. Quadripale. D’unipale le bruit, vrombit sa saccade. Se brancher aux sifflements du réseau, hertz se décide, pour d’une minute belle se démultiplie beat. Fatigue tire sur ce qui cassé et que s’aère le parleur dedans, qui sonde le retour, réel referme, s’abstrait dysharmonique. La répétition : tripale, quadripale, râle le moteur. Cercle l’ombre ou le sang, paupières d’ondées carnées ou de nécrose, de cercle en cercle, de sang et du suspens la chute. Dessous de tête, du suspens ou de chute, divise que son, se laisse à l’envahissement et vent. Brame, ramène le temps, ne se dérobe le pouls. Incorpore le vent, et d’un seul s’évaporent moteur et cœur, consone cœur avec moteur. De vent, s’entendre avec le flux et le vent, et de scories que le vent propulse contre la tôle, martèle mantra, propose transe pour fréquence. Se refondre dans ce qui bat, convertir la fréquence, gronde la même : la répétition. Moteur et cœur. Silence. De heurt, de heurt. Silence. De heurt, de heurt. L’artère ment sur le monde : l’artificiel. Cogne, cogne. Cogne. Cogne, cogne, que silence. L’artère silence, n’a plus la biologie que par le flux et les cellules souches qui greffent d’assonance, faussent vrai, assomment qui cherche : se souvenir. Pulse l’acouphène comme porte qui grince, mince le fil de lumière, grésille d’éclairs. Sous la conscience, des écrans qui ronflent en l’air. L’envers : le dedans, s’y dilate l’onde. S’y engouffrer. Gorge ou tympan, tape passé, ouvre la porte. Revient d’anesthésie demie, la scie électrique qui extirpe la cage, thoracique dessous les entrailles que l’on vide, de soi que reste-t-il dans cage métallique. Tremblements corps contre table, de frappes le métal la table les os battent la marge, détaillent l’en soi d’une contingence. Qu’être la contingence, s’ils décortiquent le système, détricotent le veineux, vénéneuse pour le social l’attitude Point Pic, qu’ils décortiquent les deals, détricotent les artères, sans assurance, sur la marge, mort où la vie : Place de la Libération pour l’expérimentation. Cellules l’autre, du métal s’écoule, fluide. Frapper métal fluide, ne scande métal la surface. D’aucuns leur son, ils protestent, mais les scandales, mais les commissaires, mais les éviscèrent, mais les hurlements : mais sans, l’assurance sans, sur la marge, métal fluide, fuit l’assurance, vie où la mort, le tourment dispose du silence, et la scie électrique qui enlève la cage. Tape, tapine le passé, casse gueule, le fracas, la fracture : stride la porte. Que piaule rien, dans le dedans, en nulle part fantômes réentendre, resurgissent sur rue, inspirations, expirations. Retour poumons : inspirations, expirations, paniques avec les fantômes qui frissonnent durant que durent la rue, se remet son cours, son grand deuil, sourdent des fantômes. Reconnaître du soi au fond du son qui s’étouffe. La marge. Le quartier qui gronde : et des lointains et des langues des lointains. Bruits de moteur. Une fenêtre s’entrebâille sur le loin. Tout hèle, tout peur. Tintent bruits de moteur sur l’extérieur du trafic. Et la rue et la rumeur et la chaussée qui absorbe la mécanique, qui mugit quand même le moteur. Réel referme cercles, la marge s’enserre du son. La marge : ou l’écho. Son rythme se rue sur d’organisme l’acier, perce, et la mélodie perceuse contre carcasse se fait soi, donne voix, clairvoyance : le voir sur rue le bistouri dans le loin. Il bruit.

proposition n° 10

Toucher. Nécessaire d’aller toucher les gravats. Demander à. Que tête puisse : descendre sur sol et sol d’interzone. Accorder la demande, demande accordée. Gravité qui attire, gravats qui attendent, tête flotte, transporte, touche le sol. Touche les gravats. L’interzone, enlever le masque, avec pompe mécanique, poumons électriques, couvrir le dedans de l’invisible le carbone gaz. Douce l’agression, les filtres font fi, se souvenir de comment ça brûle oxydes quand poumons biologiques, nitrates ne nuisent avec filtres, se disposent au dedans, posture que pour plus filtres et que ça brûle de vérités, de mercure, de phosphate. Revenir à brûle. Et pour poings les ensevelir, enlever la combinaison, et le corps métal, corps cellules souches, corps qu’il reste, dedans intact nu au putride, sans l’ozone, s’ouvrir, écarter les membres qu’ils démembrent avant, avec scies électriques, écarter membres les frotter contre gouffres, orifice mains, s’empreindre de sable, s’ensable l’évasure, s’évade toucher sous sale, les rognures de ville, le béton qui debout, déborde l’aujourd’hui la miette le béton, roule et touche, mécanique corps roule ruine rogne l’ordure, sacs plastiques qui durent sans l’ozone, merveilles les sacs sans buts, l’intemporel laiteux ne se dissout de pourriture, sacs plastiques pour modèles, y mettre tête électrique, sacs bleus, sacs laiteux modèlent le souffle. Frictionner membres dans fractions d’immeuble, fourbit deçà, de gravois grave caverne, coffre caverneux raye sa surface, égratigne platine surface, insignifiance du dégât grâce régénérée, qu’alors frénésie de gratte, gratte et gratter surfaces pour deçà la lumière. Y enfouir tête deçà. Poumons mécaniques, cent le pour cent, pompes d’atmosphère dedans corps mécanique. Sentir. L’évanouissement le dedans, corps statique. Holonyme d’âme absente, les circuits flux du corps statique, mécanique remémore pour corps l’évanouissement. Sulfure dans mémoire, découvre le passé. Sulfure pique, et sulfure qui jaune le nez, l’aujourd’hui sans l’orifice nez, squelette l’acier secoue sens, sème lucide l’acide dedans, sulfure, tout pue, puisse recomposition l’apport du sens caché, contresens de la grille, deçà réseau. Suave puanteur du réel quand plus le nez recouvre sa pesanteur. Y, glisser l’écorchure plus loin sous fragments, sous morphine corps mécanique supporte dégâts du corps, amorphe, mais dedans souvenance qui mal fait, maudire maux, s’ouvrir les membres contre l’armature rouille, d’os la ville. Sentir dioxygène qui oxydation du dur métal, vanité du dur métal, s’emplir corps qui ne sent, poumons circuits imprimés moquent vanité, révèrent l’hématite. Creuse les gravats-ville, grouille texture-ville sous, dessous l’interzone se reforme d’archéosouvenirs. Tendre membres, membres se prendre cendres, ramener déchets à orifice bouche. Goûter. S’engorger buccal qui sans langue ne sent, arracher langue dans l’aujourd’hui, inutile la langue avec flux qui communiquent sur réseau, cerveaux branchés, sans la langue, nourriture d’intraveineuse ou de pilules, inutile la langue, s’engorger le buccal les gravats, mâcher immonde pour que mondes bullent d’amers l’œsophage absent. Ne pas renâcler, plus rapide, mâcher, claquent mâchoires métalliques, mâchoires ardentes la nuée autour, corps métalliques devine sa limite, tente, freine, résistance du réseau, mâche davantage mâchefer, la boue bourre le dedans, résistance contre résistance du réseau, le goût le passé qui re, et revomit le dedans. Corps sa limite ne tolère sur la marge le retour, frappe et assomme, plus la résistance, empêche suicide et le retour. Réseau se connecte, régule qui l’excès s’éprend de l’excès. Corps mécanique mode veille, mais menue l’opposition encore, hack réseau qui hache conscience pour purge, régule d’automatique, épure les filtres. Pas la veille, hack et conscience. Travaillent processeurs parallèles, activités masquées, contrebande du système nerveux, contre le réseau. La ville dans le dedans encore, toucher, l’olfaction, un goût. La ville ruine s’endure son lustre, sa splendeur et ses poubelles. Toucher, sentir, goûter. En vide-ordures végéter avant retour. Vide-ordures, ou caisse tôle, boîte laquelle l’intérieur comestible pour clebs, claque métallique l’ouverture, s’y confond du corps mécanique, caisse tôle, métallique l’ouverture, corps mécanique et son semblable vide-ordures. Y. Et y toucher, sentir, goûter : digérer. Retour. Regoûter. Vomir. Retoucher dégueulis. Ressentir gueule qui digère. Digérer, digestions. Rapides malgré automatique le réseau qui régule, filtre le corps empêche suicide et le retour. Réel. Ne se perce. Digestions. Rapides pour merde qui s’évacue, et la chiure brasille, comme les écrans dedans déjections qui fade le photogène. Avant retour en l’aéroplane, et plane ailleurs à chercher ce qui peut autre, entre la grille, d’interzones, d’interzones, rester encore un peu sur archéosouvenirs de marge, marge sienne dans passé, se décompose. Fume marge de boue et d’excréments, rester, de peu, de peu, rester contre les flux qui refusent l’éboulement-marge. Contempler, sa marge sienne, sa fiente sienne. Encore, de peu, de peu, de marge sienne, de fiente sienne, s’y arrimer avec tête électrique. Toucher, sentir, goûter sienne la digestion, la fiente pour marge. D’un seul jamais, multiple se réunit le cycle, digère digestion une fois de plus, le retour.

proposition n° 11

Tenir les murs la pissotière, ville qui parois la pissotière de dope et de murs pour que ferme et se ferme la ville la gueule sur ce qui se sane d’insanes côté de l’urine et des pipes à crack. Parfait quand de handicap politique remplace place et fait lieu grand pour grande là cette ville, troue et défèque d’un mètre le carré deux maintenant, pour iench et matos, tenir les murs et tenir droit contre public-privé, pour rien l’hématome, faire queue, derrière méthadone, opioïdes qui s’émiettent de part en part, faire queue, l’attente son tour, public-privé se referme porte automatique, caméra braquée, coin la rue d’autorité observe pissotière laisse pissotière faire queue de méthadone et d’opioïdes, pistonne et métadonnées que se classe d’opioïdes populace. Causette nerveuse pour qui tient pavé contre, contre gogues, sane n’y la disette l’hygiène, des insanes et visages reconnus, bagou pour pas bagarre, de tchatche et de rires malgré, caner pour quelques grammes, logorrhée aux lèvres, et piston qui susurre d’évasion le prélude, routine, la routine, l’autre, aussi la routine, taf trouver taf pour le soir, dur ce diurne, le marché saturé, et tripes rouges d’attente ou de manque, tchipent le passant, rien ne se vend la suffisance pour galette à satiété, se rabattre, gélule et l’eau distillée, quelques flammes que s’aiguille la direction, la galette même, blanche même la galette prédit volutes d’une blanche bouche, nuage en pantalon, flotte, tient les murs la pissotière, causette finie, quinze les minutes pour travail, bureau sale : toilettage public-privé. Qu’antiseptique qui peut avant porte quinze les minutes après s’ouvre porte avant d’automatique la ville laisse après l’évasion. Entrer, de fin causette le social, d’automatique silhouette le sort, se dégage de public-privé et de cage bronze, sourires, sourires pas de réponse, bonne dope, ailleurs la silhouette s’évapore, s’y porter à son tour avec son manque, le tour et s’y introduire en deux mètres le carré, d’odeurs crack et détergents, sans canin qui avec potes tape le social, pose contre poteau de chienne sa vie, de bâtard s’encanarde canaille, aboie, veut sa part de crack et d’odeurs, porte le clos qui : l’automatique, quinze les minutes. Voix se noient sur l’issue, l’échappatoire le social la dope. À terre de onze degrés la bière, néons bleus le joli mobilier l’urbain, et que bâtards s’empressent, pressent néons bleus qu’explosent smalt politique publique la santé, plus le néon et merde à la santé, néant bleuit veine à nouveau, que s’azurent libres les ecchymoses. S’abstraire du lieu, outre le fumier, fumées de crack précédentes, la concentration. Lavabo inox, un miroir : le spectateur soi. Applaudissements. Silence, l’art et le processus : d’extra, la pilule, morceaux, pile les morceaux, morcelle, poudre, se poudre la cuiller, hache deux fois les os, ne pas le tremblement ou la gaspille, quelques gouttes cuiller, coton chauffe, seringue stérile, d’aiguille creuse carbure le fix, s’aspire liquide, s’y fixe d’exact l’art, larde l’avant ou le bras, se dose juste le shoot, la boîte chiotte, la chute dans l’imaginaire, ici ça s’élève le shoot d’une came l’une, de l’autre pâteux le pas, et le pas peut flotte et navire, l’automatique la porte, bruits se retrouvent, s’ouvre la flotte, hommage au social qui chien garde, et chien avec soi et seul, maintenant à la rue, à la psychose, maintenant au géographe, de la pissotière cloaque, claque ses limbes, l’espace clôture, craque la carte, de métal tape non plan, du non lieu non, à que maton le crachat la terreur, non droit non rature la commune, la carte le centre, depuis sanitaires étendre la marche, et manque et marche que manque passe qu’avec et marche.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 8 juin 2018 et dernière modification le 21 juin 2018.
Cette page a reçu 278 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).