Anh Mat | Dans la ville comme dans un livre

« construire une ville avec des mots », les contributions

Né en 1982 à Toulouse. 24 ans après, départ pour Saïgon. Désir d’habiter une langue étrangère, prendre de la distance avec ma langue maternelle, la préserver pour la lecture et l’écriture uniquement. Site et publications : les nuits échouées.
proposition n° 1

... le phare transperce la nuit. M. roule avec prudence. De peur qu’un homme surgisse du néant sur la route. Il a cette crainte depuis l’accident. Il garde en tête l’image du guidon tordu comme un bras disloqué. Sur le bitume la moitié de la tête gisait dans le sang. L’autre moitié avait disparu, pulvérisée par l’impact. De son visage restait une joue, un oeil, le front. Le reste était un trou. Le corps encore à cheval sur la selle, plus un membre ne bougeait. M. était conscient. Il regardait impuissant le corps de l’autre, sous le regard procédurier des étoiles. Quelques mètres à moto ont suffit pour reconnaître la ruelle, l’odeur de poisse si singulière, l’odeur tiède des ordures et de la mousson. Il reconnaît aussi l’aboiement d’un vieux chien mort au loin. Un passé semble précéder M. Il rentre dans la ville comme dans un livre ouvert au hasard. Et la venelle inconnue il y a encore quelques mots ouvre un chemin menant déjà quelque part...

proposition n° 2 & 3

... entre deux murs, deux remparts de maisons collées entre elles, chacune aussi étroite que haute. Portes et fenêtres restent closes. La lumière est étrange, blanche et embuée, lumière trouble du rêve. Derrière les fils électriques emmêlés comme des phrases, on distingue à peine le ciel. On se sent ici plus éloigné des astres qu’ailleurs. Le fleuve est derrière. On ne voit plus l’eau, on la devine à l’odeur, à la lumière éclatante qu’on aperçoit, tout au bout du tunnel...

proposition n° 4

... une main dans la nuit. Elle tient un rétroviseur. Dedans la ville dont on ignore encore l’étendue en soi. La lumière du jour jaillit dans la chambre noire, comme si soudain, une brèche s’ouvrait sur un autre monde, un autre espace, une autre loi. Pas le temps de lire les tags, d’identifier distinctement la couleur des murs, les visages croisés. Les mots courent après l’oubli des choses qui s’éloignent. Reste l’image inversée d’un travelling qui s’enfonce dans la venelle. Autour tout est noir. Ce que le miroir reflète est invisible. Le rétroviseur est l’unique porte d’entrée. Il faut sauter en marche, se laisser aspirer avec les éléments...

proposition n° 5

... sur le chantier d’une maison, des ouvriers mangent en cercle autour du réchaud. Il reste un bout de ciel dans les flaques. En face le bruit du quán nhậu : les bols et les cuillères. Entre 54-x7 0867 et 52-T8 7522 (deux plaques d’immatriculation) trois personnes assises autour d’une table en plastique bleue. Elles mâchent, regardent à peine autour d’elles. Chacune dans son silence pense au rêve fait la nuit dernière. Seul l’enfant semble mieux réveillé. Il refuse de manger, de s’asseoir. Il préfère jouer avec les coqs en cage sur le trottoir. L’enfant crie et mime avec les bras deux ailes qui se déploient avant d’attaquer. Son plumage flamboyant bondit en arrière, il atterrit sur la route, la posture fière. Les deux autres silhouettes se lèvent subitement. Crissement de pneus. Hurlement. Silence. La rue est désormais vide. Plus que des absents autour de la table, assis sur leurs tabourets, et le coq dans sa cage, qui fixe la route, à l’endroit même où le petit corps gisait...

proposition n° 6

138/38, quận Bình Thạnh, au bout d’un hẻm de la rue Bạch Dạng, près du Chợ Bà Chiệu. Chez Kiệt, un ancien militaire. Il s’est battu aux côtés d’Anh Khoà, un voisin informaticien qui vit aujourd’hui à Kiên Giang, et Nho, mort au combat. Bố passe sa vie sur sa chaise, sous le calendrier Vinamilk, au pas de la porte d’entrée. Pour lui les jours n’ont ni début ni fin. Sa vie n’est plus qu’une succession de secondes interrompue par des siestes. Bố est sans horaire. Il s’endort et se réveille n’importe quand, avale un cơm tấm sườn bì chả, au quán nhậu de Khánh, elle vend aussi des cigarettes. Quand elle est fermée Bố se contente des restes froids encore sur la table. Il a l’habitude de lire tout bas la parole de Bouddha pour digérer. Une fois terminé, Il regarde à la télé the Undertaker entrer sur le ring de la World Wrestling Entertainment. Derrière la vitre, on peut voir ses yeux briller. On dirait un enfant. Bố pouffe de rire, seul dans le salon, en pleine nuit. La tristesse que dégage son visage épuisé semble infinie. Qu’a-t-il vu, qu’a-t-il fait ou subi durant la bataille de Buôn Ma Thuột pour être ainsi aujourd’hui ? Marié à Cô Ngộc à qui il ne parle plus, institutrice élégante, tous les jours en aó dài, dont l’intégralité de la garde robe vient de chez Hạnh la couturière. Elle sourit constamment, on dit d’elle qu’elle rayonne comme le soleil, soleil secrètement endetté auprès d’Anh Thắng, un mafieux du quartier. Elle a laissé en gage le titre de propriété...

proposition n° 7

... la maison d’hôtes devait être à deux pas d’ici. M. pressentait qu’elle serait probablement fermée après tant d’années. Mais il pensait au moins pouvoir reconnaître les alentours. Il est à présent bien incapable de dire si la maison était à gauche ou à droite. M. regarde en vain sa boussole aussi perdue que lui. L’absence de l’hôtel troue sa mémoire. M. a l’air d’un type qui vient d’apprendre le décès d’un être cher. Les rues désorientent le souvenir qu’il en avait. Toutes les attentes de M. sont aussitôt déçues, démasquées. M. commence à douter de l’histoire d’où il vient...

proposition n° 8

 :

... chambre 407, seule, Em Tú écoute l’orage gronder. Le vent donne la parole aux feuillages, les scooters accélèrent dans l’espoir d’arriver avant la pluie. En bas, sous la devanture d’une maisonnette, M. attend l’orage comme un ami qui tarde à arriver. Puis il frappe, sans pitié. Sa force intimide. Il passe à tabac le goudron, les pavés, les toits. La venelle devient canal. Des corps courent après leur mobylette emportée par le courant, tous cherchent un abri, un hall d’entrée, une terrasse, un toit en tôle ou en toile. La pluie couvre le bruit des hommes, des machines, elle inonde les rues de silence. À la fenêtre de l’hôtel qui n’est plus, Em Tú fixe la pluie. On ne saurait dire si elle l’ennuie ou la fascine. Le vent souffle les gouttes horizontalement. Sous la devanture, M. se demande un instant si elle tombe vraiment du ciel. On ne voit pas plus à un mètre. Puis la venelle réapparaît. Minute après minute, on distingue à nouveau le quán nhậu, l’absence de la maison. M. tend la main. Il ne pleut déjà plus...

proposition n° 9

… au loin la plainte aboyée d’un chien au loin, puis d’autres, plus proches, probablement de taille plus petite, eux aboient avec une voix de chat qui miaule. Mais ce concert canin est couvert par autre chose. M. n’a jamais su d’où ça venait : est-ce le bois des barques qui grincent aussi fort ? Est-ce un musicien pêcheur qui de sa barque souffle dans un digeridoo ? Ou bien le cri d’une bête inconnue ? Et puis ça cesse. Reste le choc d’un camion container qui cogne sur la route mal fichue. Des bribes de bruits des chantiers qui ne dorment jamais vraiment. Quoi encore ? De rares coups de Klaxons. Des grillons qui scintillent, des bouts de voix ci et là, et la nuit des rues, vertigineuse. Au loin les bateaux meuglent comme des vaches battues. Ça vient des berges derrière. Dans la rue le chant des coqs ressemblent à s’y méprendre au hurlement du loup. Ils se répondent d’une maison à l’autre. On dirait qu’ils conversent. Que peuvent-ils se dire ? Hurlent-ils des menaces de mort ? Cherchent-ils à s’intimider avant le prochain combat ? Ici le silence se fait extrêmement rare. Toujours la grue qui tourne en fond, l’impatience qui klaxonne, le moteur qui rugit, l’impact d’un accident mortel, la berceuse qui circule comme un courant d’air, le bruit de perceuse qui perd la tête et fait des trous dans la mémoire, bribes d’histoire, messes basses, brouhahas d’hommes venu du fond de M. qui ferme les yeux dans la venelle...

proposition n° 10

… M. verse dans la tasse le thé brûlant, les effluves se mêlent à l’odeur fade du trottoir. Avant d’y tremper les lèvres, M. prend la tasse, hume, essaie de deviner au nez ce que le thé deviendra sur le palais. Il sent la liqueur chaude. Première gorgée : thé rôti, fumée, liquoreux mais pas sucré. M. ne peut déceler ce qu’il provoque. Il cherche des connexions avec le passé mais la saveur en bouche ne rejoint aucun bout de sa mémoire. Ce sont là des saveurs jamais rencontrées. Elles ne réveillent rien de mort en lui. Elles vivent pour la première fois leur pouvoir sur ses sens. Ça ne veut pas dire que le thé n’est pas bon, bien au contraire. Vierge de tout repère, résistant à toute métaphore, il reste en bouche un mystère. Il assèche le palais d’un goût de vase tiède. M. a en tête l’image d’une flaque. Le thé s’assombrit sur la langue…

proposition n° 11

— la poste s’il vous plaît ?

— la poste ? Elle est toujours sur le quai. Mais il n’en reste plus rien.

M. rentre sous le regard inerte du gardien. Sur les murs, des noms de ville auxquelles il manque des lettres. Sous chaque nom, une horloge arrêtée à l’heure de sa mort. M. s’assoit sur le banc, devant les cabines téléphoniques au combiné arraché. Il se souvient du brouhahas des conversations, concert de voix parlant chacune sa propre langue. Le portrait du Président a perdu ses couleurs, le mur se fissure, le visage balafré s’apprête à s’effondrer. M. imagine les débris de l’idole par terre. Les carreaux rappellent les cases d’un échiquier. Aujourd’hui, M. et le garde sont les seuls pions restant. M. se souvient avoir écrit une lettre à quelqu’un, mais il ne sait plus qui ni à quel sujet. C’était important. M. se souvient du temps passé ici, sur le banc, l’habitude d’y écrire à contre jour, face aux ombres qui circulaient comme des courants d’air. Le gardien bâille, l’air livide sur sa chaise. Il veille armé sur les ruines de la poste désormais déserte…

proposition n° 12

… au bout du bâtiment, un immense portail ouvert sur le fleuve. L’eau est déserte. Le vent est frais. Des relents d’urine remontent aux narines. Certains marins pissent leur bière dans l’allée derrière. Ça sent aussi l’eau, le bois mouillé, celui des barques amarrées. On leur a peint des yeux sur la coque. Elles regardent M. sortir de la poste. Il tourne à gauche. Reconnaît le chemin menant au petit abri ouvert sur le fleuve. Trois murs et un toit, le tout en tôle. Ici on peut s’asseoir, regarder le temps passer... et trouver ça beau. M. est peut-être revenu pour eux, ces petits lieux minuscules, où l’on mâche des mực khô et bois une bière tiède. Parfois ils sont sur un bout de trottoir, dans le flux des déambulations, sous la devanture d’une boutique, en plein coeur de la ville, ou bien comme ici, sous un bout de tôle rouillée, au bord de l’eau. Refuge traversé par des âmes fugitives, celles des marins absents. Les bateaux ne passent plus ici depuis longtemps. M. se souvient de l’incessant passage des cargos multicolores, du temps où le port était encore vivant. M. reste immobile, la bière déjà diluée dans les glaçons. Deux hommes en débardeur blanc sont assis à la table à côté. L’un d’eux demande à M. s’il habitait le quartier à l’époque. Il s’adresse à lui dans la langue d’ici. M. répond. L’ homme est un peu troublé par l’accent. Il ne peut déceler d’où il vient...

proposition n° 13

… freins rouillés grincent, probablement ceux d’un vieux cyclo. Coups de Klaxons insistants : quelqu’un gêne le passage. Accoudé à sa table M. écoute la ville jusqu’à s’absenter complètement. Il est à cet instant le bruit de la ville en lui, rien d’autre... de l’homme ne reste que les sens. Il a déserté sa pensée. Les mots se lèvent comme le vent, soufflent un mouvement sur l’ennui immobile. M attend d’être foudroyé par un éclair de langue. Il attend que la ville fasse apparaître quelque-chose : une posture, une allure dans la lumière, un reflet. M. lève les yeux pour voir qui passe devant lui : c’est une jeune femme de son âge. Elle semble chercher du regard un lieu où s’arrêter. M. se rapproche d’elle par la pensée. Du ventre il touche son dos. Il peut sentir sa chaleur se mêler à la sienne, sous les vêtements qui les séparent. Elle rougit avant de disparaitre au coin de la rue. Qu’en reste-t-il ? L’envie de faire l’amour à son visage. Sur le trottoir, la boîte à cirage est aussi seule que M. Une poussette passe. Dedans un petit se frotte les yeux de sommeil, un rêve bizarre encore en tête... M. regarde l’horizon. Il ne pleut plus. C’est la nuit. Les étoiles tombent et se confondent aux lueurs des lampadaires, aux phares. M. est l’ombre d’un homme devenu lieu dans le noir, une fois l’écran éteint. La ville devient sombre faille, espace sans paroi ni sol, trou d’air obscur où chuter jusqu’à l’aube, où trouver des mots toujours, plus on creuse plus il y en a. Chacun d’entre eux lance une autre vague, un mouvement qui cherche indéfiniment son épuisement. Les mots sont une expérience vécue, suspendu dans le temps, englué dans une attente qui n’attend rien. Au loin le couinement d’un chien. Il feint d’ignorer l’appel de son nom scandé par sa maîtresse. C’est l’heure de passer la nuit enfermé sur la terrasse grillagée de sa maison. Sa maîtresse, excédée de l’appeler vainement, se saisit d’un bâton et tape trois coups sur le sol. Ce seul bruit suffit à faire rentrer à contre cœur le chien. On dirait qu’il redoute la douleur de coups gardés en mémoire. Il finit par se résigner et rentre, dans un état de détresse tel qu’il ne peut s’empêcher d’aboyer. Il gratte le grillage comme si sa vie en dépendait, suppliant sa maîtresse de le laisser dormir dans la maison. Mais elle ne prête pas attention au caprice et sans même se retourner, cadenasse la porte, avant de se coucher à côté du mari qui ronfle déjà. Le chien se met à quémander clémence en couinant de plus belle. M. a besoin de silence. Les aboiements sont trop forts. Il cherche du poison en lui. Mieux vaut empoisonner un bout de viande que de le battre à mort. Ainsi M. passe son temps à écouter d’étranges bruits. Ils remontent des recoins invisibles du quartier, amorcent des histoires. M. reste face au fleuve noir, en attendant que le soleil ouvre son oeil et l’incendie...

proposition n° 14

… le linge sèche, petit débardeur et short vert flottent dans le vent. Coton bon marché, un dinosaure y sort les dents. M. imagine le corps de l’enfant trapus dedans. Il hurle la mort aux balançoires. Puis au sommet du toboggan, il lève le doit au ciel comme un tyran. Il est fou. Comme tous les enfants. Derrière balance le pantalon du père, criblé d’empreintes de doigts, de traces d’outils. Ça ne part plus au lavage. Le jean est aussi fatigué que son visage. Débraillé, braguette ouverte, il regarde la robe à contre jour, l’éclat du ciel traverse le tissu rouge et noir. Dedans flotte l’absence d’une silhouette, rien ne lui revient, pas même un morceau de visage, encore moins sa voix, rien que le vague souvenir d’une robe oubliée sur le tapis d’un autre, un homme plus âgé. Ces chemises rayées là sont portées par l’ancienne génération. Il doit déjà être grand-père. M. l’imagine fumer nu à côté du corps qui a l’âge de sa petite-fille. Sur l’autre fil, suspendu seul, à l’écart des autres, le chemisier violet de la mère. Elle tourne le dos aux autres vêtements, c’est elle qui s’est éloignée volontairement. Elle regarde ailleurs, cherche un peu de repos à l’horizon...

proposition n° 15

… aujourd’hui, c’est ton anniversaire. Contrairement à toi, je m’en souviens, Sais-tu au moins l’âge que tu as ? L’âge de ta résurrection : 33 ans, environ 289 271 heures, 17 356 309 minutes et je ne sais combien de milliards de secondes, à quoi bon faire le compte ? Ne joue pas à l’anonyme, je sais qui tu es. Tu n’as d’ailleurs pas du tout vieilli. Prisonnier d’un âge qui n’est plus le tien, on te donnerait la vingtaine, comme autrefois. Tu fais si jeune. J’ai l’impression que tu reviens directement du passé. Ton visage fait mentir la nature, les chiffres, son apparente innocence défie le temps, et pour l’instant, tu sembles gagner la partie. Mon tutoiement t’embarrasse. J’enfreins bien malgré toi la distance que tu voulais garder avec ton passé. De moi tu ne sais plus rien : je le devine à ton air perdu. Tu ignores encore d’où je parle ni à qui je m’adresse. Je ne sais si tu as oublié ou nie celui que tu as été. Qu’importe, c’est bien de toi dont il s’agit. À peine entré dans le quartier, tu deviens la rumeur, celle qu’on murmure entre deux silences, silences qui se posent tant de questions à ton sujet. Même les mouches t’ont reconnu. Elles se posent un instant pour te regarder. Un serveur s’approche, tu commandes un thé, dans la langue d’ici. L’accent est bon. La phrase est juste, structurée correctement, limpide elle coule dans la bouche. Chaque mot prononcé est même d’une très grande clarté. Les yeux se froncent. Le trouble dans la salle s’intensifie. Le serveur fait mine de ne pas comprendre, te fait répéter, juste pour s’assurer ne pas avoir mal entendu. Tous t’appellent le người nước ngoài. Ça signifie littéralement « individu-des-eaux-étrangères », rien de plus. L’origine reste vague. Tu es un người nước ngoài, certes pas d’ici, mais pas de trop loin non plus. On ne peut te rattacher à l’idée d’une culture, d’un pays, ni même d’un continent. Tu viens de nulle part et partout à la fois, d’un lieu qui probablement existe dans la masse de tous les lieux du monde. Ton nom est dans la bouche de ceux qui l’ignorent encore. Ta silhouette ? Celle du point d’interrogation qui passe sous tes yeux et disparait dans la foule, sans réponse. Je suis le seul à t’avoir reconnu…

proposition n° 16

… la poste, c’est le premier bâtiment qu’ils ont détruit... la poste et le port derrière. Quelques heures ont suffi. Ils nous coupaient ainsi du monde et des autres. Nous étions privés de mots et de rencontres. La solitude de la ville était grande, elle d’habitude si vivante, si bavarde, elle se taisait devant le fleuve. L’horizon était devenu une impasse. Plus jamais un bateau ne s’arrêterait ici. L’idée même de cette ville était soudain remise en question. On ne savait plus si d’autres villes connaissaient l’existence de la nôtre. « — Notre nom a-t-il été rayé de la carte ? Appartenons-nous encore à l’Histoire ? » Ces questions nous hantaient. Puis on a oublié. Disparue l’histoire, disparus les ancêtres, la mémoire. Ils ont brûlés les livres, les lettres, ils ont coupé la langue et les lèvres des anciens. Ils ont séparés les parents des nourrissons. Comme tu peux le voir, les gens d’ici sont très jeunes. Ils ne savent pas de qui ni d’où ils viennent. Ils pensent être les premiers hommes. Comprends-tu leur stupeur face à toi ? Ta présence peut tout changer. La ville te prend pour un étranger mais tu la connais mieux que ses propres habitants. Tu portes le passé de la ville, un passé qu’elle ignore. Ta parole porte des morts, des mots, des noms ensevelis sous les ruines d’aujourd’hui...

proposition n° 17

... la table tremble à chaque lettre tapée. M. écrit. Rien n’interrompt la marche de l’écriture. Une casquette s’approche : c’est un prêteur de présence. Il propose ses services. M. refuse de la tête le regard fuyant. Alors qu’il s’en va, M. regrette après coup de n’avoir pas accepté. Quelques minutes après, un autre prêteur se propose. M. refuse à nouveau. Il insiste. M. cède. Il s’installe à sa table, sous les yeux du premier prêteur qui justement repassait. Il fronce les sourcils puis interpelle M. : — Je te l’ai demandé en premier. Tu me dis non et accepte un autre prêteur 10 minutes après ? Pourquoi tu m’as dit non ! Ma tête ne te revient pas ?

Le ton s’embrase. M. transpire. La situation l’embarrasse. Il répond fermement : « — ça suffit maintenant ! Je choisis qui je veux. Un point c’est tout ! »

Lui racle et crache un mollard en regardant M. dans les yeux. L’autre prêteur ricane avec la serveuse. M. prend un air hautain, pour masquer sa gène. Il s’excuse auprès du second prêteur, lui tend un billet et pars dans la précipitation. Sur son trajet, M. se retourne souvent de peur d’être suivi...

… le ciel est bas. M. avance sur le scooter les yeux fermés. Si j’avais un accident, je n’en serais même pas témoin. Voilà justement ce qu’il pensait quelques secondes avant de tomber. C’est étrange. Durant la chute, M. n’a pas le temps d’avoir peur. Il glisse sur la chaussée inondée. Puis il se relève, sans douleur. Une femme à la terrasse le regarde. Elle ne semble pas inquiète. M. remonte sur la selle et repars. La pluie continue. La plaie sur la main commence à lancer. Il en devine devine une autre sous le pantalon trempé. La douleur monte avec la nausée. Le contre-coup de l’accident envahit d’amertume. Amer de quoi ? d’être tombé ou d’avoir survécu à la chute ?

... assis sur sa cuvette, M. entend un cri, le cri d’un homme mûr qui éjacule, suivi d’un bruit de braguette, d’une ceinture qu’on boucle. La porte claque. Les pas s’éloignent. M. regarde la paroi plastique qui le sépare de la cabine d’à côté. Il baisse les yeux et aperçois dans le sol carrelé, une paire de lunettes, puis un visage se rapprochant dangereusement de sa chaussure droite. Quelqu’un chercherait-il à le zieuter ? M. donne instinctivement un coup de semelle, il se torche rapidement avant de se relever, la pantalon sur les chevilles, il sort, fait sauter d’un coup d’épaule le verrou de la porte : les doigts du curieux cherchent à la maintenir fermée. Les types qui pissent aux urinoirs se retournent l’air intrigué. Pas un seul ne cherche à retenir M. Derrière ses pas, l’empreinte des semelles en sang, le bruit de la chasse d’eau tirée. M devient le déchet d’homme qu’il reste à son absence pour exister...



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 9 juin 2018 et dernière modification le 5 août 2018.
Cette page a reçu 720 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).