Marie Moscardini | Une petite rue

« construire une ville avec des mots », les contributions

Son blog : nouvelles à écrire.
proposition n° 1

Ce ne sont pas ses pas déjà posés sur les mêmes trottoirs qui allaient lui redonner la même vie. Elle essayait de se rassurer. A l’époque elle ne savait pas la ville, elle ne voulait pas y aller. Elle ne voulait pas quitter ses dimanches soirs, elle ne voulait pas prendre le car qui l’emmènerait dans cette ville inconnue. Elle était terrifiée. Il pleuvait. Les lourds essuie-glaces balayaient le pare-brise mais pas la tristesse de son cœur. Elle allait encore sûrement se tromper. Après les quais contourner la place des Victoires, quelle rue déjà ? Il fallait qu’elle avance, les trottoirs, les feux, les passages piétons. Attention, demi-tour elle s’est encore trompée. La ville l’engouffre, la domine. La nuit il y a tant de rues aux ombres fugitives. Ses pas rapides, se dépêcher. Toutes ses énormes maisons inconnues sans vie, sans bruit l’effrayaient. Revenir, revivre le passé, à quoi bon ? Enfin elle reconnaît la rue, une petite rue.

proposition n° 2

A l’horizon elle s’ouvre en branches d’étoile vers d’autres rues. Elle est sans pente, ni montée. Elle est plate. Ses maisons sont collées les unes aux autres. Elles se ressemblent. Seuls les numéros à droite de leurs portes affichent leur singularité. A droite à gauche, pairs, impairs. Un numéro, un seul à trouver.

proposition n° 3

34 — Numéro 34 — Toujours si tu additionnes les deux chiffres tu es dans le sept. Combien de sept si tu te retournes ? Un de trop peut-être. Celui là, celui du 34. Mais il est trop tard pour le changer. Même si tu te retournes, et si tu y retournes ça ne changera pas. Il n’y a que les bombardements pour mettre les numéros des maisons à terre.

proposition n° 4

Il n’y a eu ni guerre, ni tremblement de terre. Le numéro est bien là. Te voilà là. Il suffit de sonner. Ils ont mis une sonnette, avant il fallait frapper. Tu préfères t’éloigner. Respirer à fond, prendre du recul. La regarder cette maison endormie. Ne pas la réveiller encore. Tu as le temps. Tu regardes de tous les côtés de ta mémoire. La ville est ton paysage.

proposition n° 5

Le blanc des uniformes des Navalais, les quais humides d’océan, les chantiers autour du port, les grues, les camions, les pelleteuses, les ouvriers casqués et leur visage enveloppé d’un foulard pour se protéger des nuages de poussière, le lion avec sa gueule qui crache son jet d’eau, les livreurs toujours pressés qui poussent des diables et leurs pyramides de cartons, les poteaux argentés supports des publicités, les voitures, les cars et le ciel bleu. Tu ne clignes pas des yeux.

proposition n° 6

Une sortie exceptionnelle cours de l’Argonne chez Madame Tranbère, professeure de français et ses petits gâteaux pour les révisions du bac. Quelquefois l’église Notre Dame, les réunions, la jeunesse ouvrière chrétienne et plus tard les pharmacies toujours en coin de rue pour la comptabilité. La Gare Saint-Jean est trop large, beaucoup trop large pour les lundis matins. Quai des Chartrons les cars rassemblés occupent l’espace pour des gens, des grands, qui n’en finissent pas d’attendre leur ailleurs. Rue Sainte-Catherine, le trésor de gourmandises c’est la pâtisserie aux puddings, les gâteaux préférés des soirs désenchantés. Une invitation au cinéma par le militaire de la caserne Nansouty, fait danser les rêves et les graines d’Althéas du jardin public grandissent encore sous les fenêtres ouvertes d’aujourd’hui. Le Grand-Théâtre, une amie Odile, du linge à repasser, et le bruit, trop de bruit place des Quinconces, la fête foraine, la foule, les manèges, la musique, le bruit, trop de bruit. Pousser les grilles du jardin botanique, butiner dans les essences rares, y retrouver le goût sucré de l’enfance, s’en rassasier, en avaler le silence.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 11 juin 2018 et dernière modification le 21 juin 2018.
Cette page a reçu 110 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).