Marie Sagaie-Douve | Jeu de Lego

« construire une ville avec des mots », les contributions

… bientôt minuit – dent peut-être à la racine cassée– Trésor vient d’apporter un bac de fleurs – il parle de son bébé – fils de sa fille – né le 8 juin
… commencé l’atelier FB – construire la ville avec des mots – zoom sur la maison face au terrain vague – un peu de yoga après
… elle signera Dolorès – Dolorès Alegria – ou Marie – Marie Sagaie-Douve – son image voyage – le nom dans la langue se déplace – exit le nom du père – le scribe enregistre le passage
proposition n° 1

gros cube blanc percé d’ouvertures – garage en contrebas fermé par rideau de bois coulissant – agrémenté d’une porte – trois marches mènent au jardin sur la droite – derrière un grillage deux chiens endormis – massif de fleurs avec sapin devant – monter long escalier sur votre gauche – rampe de métal ligne sobre – mur percé à hauteur de palier d’une entrée – porte surmontée d’un auvent – à l’arrière du cube le regard plonge sur un potager – l’allée centrale mène au poulailler – dans le fond sur la gauche

proposition n° 2

dalles de ciment bordées de gravier devant la descente du garage – massif de thuyas coupés ras le long du chenil – balcon à l’étage avec balustrade en métal – même sobriété que rampe d’escalier – un groupe d’enfants endimanchés pose – les silhouettes se dessinent entre les barreaux – les têtes dépassent – sourire de mise – l’enfant habillée de blanc trône au centre – robe longue et voile – lèvres closes – elle imite une Vierge

proposition n° 3

les enfants voient le terrain vague en face – le borde une impasse – que prolonge un chemin de terre – il coupe à travers champs – jusqu’à la voie ferrée – elle divise le territoire – des trains acheminent des matériaux au-delà des dernières constructions – puis traversent d’autres terrains vagues ou à vendre – après la grande usine

proposition n° 4

la ville avec ses tours ses remparts son port de pêche – l’ennemi l’occupait – il avait dissimulé derrière le marché un abri pour la nuit – salle commune en sous-sol lits à barreaux rappelant l’hôpital – des kilomètres séparent l’institution pour jeunes filles – du port de commerce – blockhaus en béton hangars en béton – loin après l’usine loin après les grues – blockhaus en béton contre les attaques – hangars en béton pour les sous-marins – ils sont remaniés après l’armistice – les porte-conteneurs envahiront le port de commerce – les bateaux du port de pêche reprendront du service – bien après l’interdiction de la traite des Nègres

proposition n° 5

encastré dans le cube – balcon au second étage – des géraniums s’étiolent – porte du garage entrouverte – une fillette sur patins à roulettes – elle se tient droite – capucines grimpantes derrière les thuyas – le chien roux chercherait à franchir la clôture – une voiture noire garée devant le terrain vague – sur le gravier deux jumeaux jouent aux cartes – un garçon blond balaie les dalles – la fillette le regarde – on entend dire ne bougez pas

proposition n° 6

Madame Lutti habite après Les Parcs un immeuble neuf – son mari a été tué en Kabylie – elle n’a pas pu lire la dictée – ses larmes coulaient – Madame Denis aussi on dirait qu’elle est veuve – seule avec son enfant dans un meublé rue du Minage – juste au-dessus du magasin de l’armurier – à deux pas de l’hôtel d’Angleterre et du cabinet du docteur Coroni – juste à côté du coiffeur – pas loin de la place de Verdun – quand vous allez en ville l’autobus vous dépose devant la cathédrale – le docteur Servit a ouvert son cabinet rue du Palais – s’il passe la roulette tu ne bouges pas ne bronches pas – revois la vitrine du photographe – sa fille près d’une cage à oiseaux sourit – une communiante a posé aussi devant l’appareil – Madame Guichard femme de ménage habite Lelieu – encore plus loin du centre que La Reinette – quand on sort du cube faire signe au chauffeur – arrêt facultatif avant Saint-Geniès – le dimanche la voiture prend son virage dans l’avenue Gabriel – elle s’arrêtera derrière l’église de La Genette

proposition n° 7

comment situer la gare où ils l’ont emmenée la première fois – ça remonte à loin – une grosse voiture noire l’embarque avec eux – ils quitteront la ville en train – la gare n’a pas de place dans sa tête – la voiture noire les a emmenés au train dira le jardinier – un train presque aussi noir que la voiture – panache de fumée blanche – ça remonte loin – le canal elle le voit mais la gare n’a pas de place – dans sa tête voiture noire – encore garée devant le terrain vague – rien à voir avec la maison en pierre de taille – rue calme débouchant sur l’avenue – trois marches devant la porte d’entrée – couloir desservant salle-à-manger puis salon – une fenêtre donnant sur la rue – une fenêtre ouvrant sur le jardin – peut-être seulement deux marches devant la porte – peut-être en son milieu un marteau en bronze – peut-être sur le côté une sonnette à poignée – vous tirez – mais à quel numéro – et dans quelle rue donnant sur l’avenue – volumes anciens reliés cuir – gros in-folio – massifs – des pièces de collection – sans doute un héritage

proposition n° 8

le long de l’océan – l’orage éclate – elle marche le long de l’océan – chaussures de montagne – en un rien de temps prennent l’eau – avant le grand départ – là-bas la mousson vous plaque les vêtements sur la peau – le caniveau devient rivière – se retenir en avançant – perdre une tong – descendant vers le fleuve – y entrer mouillée – femmes en saris dans l’eau jusqu’à la taille – fleurs à la surface dérivent – le soleil revient – gamins en slip s’exercent à plonger – ou pataugent – le film s’arrête – recommence – ville submergée – la petite rivière franchie à gué l’année précédente – envahirait la ville dans la nuit – il pleuvrait encore – pleurer dans cette chambre tête penchée sur le livre – sur la vitre les gouttes – pluie rythmant le silence – où est l’amie – reste de sourire au coin de la lèvre – paupière demi-fermée – redouble la pluie – visible sous ce soleil – roses une à une jetées – dans le caveau le scribe – pour le passage – la pluie s’interrompt

proposition n° 9

salle d’études – entendre voler une mouche – bruit de casseroles montant des cuisines – mettez-vous en rang – les pas résonnent jusqu’au réfectoire – seigneur nous te remercions pour ce repas – les pas résonneront jusqu’au dortoir – brouhaha préparatifs de nuit – le brossage des dents – l’eau gargouille dans les lavabos robinets ouverts – grains de chapelet entrechoqués la surveillante avance – le cuir de ses souliers gémit rythme ses pas – du plancher le bois grince – concert de crachats – accompagnement de chasse-d’eau – froissement d’étoffe – zip de fermeture éclair – et la voix discrète interroge – vous vous êtes lavée – où je pense – silence – où est je pense – sourdine du volcan – là – pense – l’autre voix – n’y touche – n’y touche pas – c’est sale – la baignoire se vide – où je

proposition n° 10

la main descendue dans sa culotte –- monte une drôle d’odeur –- odeur du bas -– ça n’a pas de nom –- on lui a dit n’y touche pas -– ça la démangeait – y’a rien à voir -– on sent –- odeur d’en bas -– là-bas c’est l’enfer – le diable vous attrape par la fourche -– après une faute mortelle enfer éternel -– dans le feu les damnés brûlent -– le diable les fait cuire –- pas bien ragoûtant –- arrive l’heure du goûter –- quignon de pain croustille autour de la mie –- glisser la barre de chocolat -– son odeur vous fait saliver –- pas comme le chien quand il a plu -– il sent le chien -– quel animal –- une odeur comme celle de la main venant de ta culotte -– des fois mouillée -– du pipi a goutté –- ça colle à la peau -– même y’a du caca qui sort du prout -– le chien aussi proute si on s’approche –- il se laisse aller –- son poil caresse la main -– il irait en enfer avec elle -– parfois il s’échappe -– revient dans la nuit -– il sent encore autrement que quand il a plu -– on n’ose plus le toucher -– il vous dégoûte -– pas pour longtemps -– c’est le chien -– il aime la chasse -– il saute dans la vase –- on en a partout -– ça sent le marécage –- on aurait envie de vomir -– mais c’est vot’ chien –- il vous saute dessus -– on dirait qu’il veut jouer -– quelqu’un a dit va te laver

proposition n° 11

laboratoire de biologie médicale – pour raisons de confidentialité veuillez patienter ici – de haute taille le cheveu court il avance avec une canne – sac rouge dans main gauche – en lettres blanches sur le tissu ICH LESE – près du radiateur chaise pour enfant – coffre à jouets livres illustrés – fenêtre sur l’espagnolette – quelqu’un l’ouvre – il fait encore plus chaud dehors – le personnel présent dans cette salle est guide-file en cas d’évacuation – par la porte-vitrée l’enseigne Bio c’Bon – S E R F rénove & entretient votre patrimoine

proposition n° 12

observer avant de descendre sur le forum – structure en métal tuyaux apparents – le long de la façade un escalier roulant dans sa cage de verre – à l’étage le plus élevé imaginer vue panoramique sur la ville – embrasser du regard ceux qui sont en bas – un vieux courbé avec son caddie – les pigeons lui font une auréole – il lance des poignées de riz attrapées à la volée – plus loin l’homme-femme – robe blanche en lambeaux sur sa peau poudrée – badauds et passants l’entourent – l’escortent – photographient ce nouveau Christ originaire d’Asie – un type à casquette vend des sifflets – le grand Black l’accompagne – il jette en l’air un oiseau mécanique – froissement d’ailes – le volatile a fini sa course dans la fontaine – descendre sur le forum en contournant couples et groupes – assis à même le sol – cigarettes sandwichs canettes c’est la pause – pour le contrôle ouvrir son sac – un second forum vous attend à l’intérieur du musée – librairie et boutique d’objets design se font face – si vous avez votre pass libre accès à tous les étages – sinon des caisses automatiques à votre disposition – vous pouvez aussi vous poster devant les guichets – certains jours d’affluence vous ferez la queue dehors avant de franchir le seuil

proposition n° 13

vitres fumées carrosserie noire – voiture immatriculée Y 69 MF 75 – tout en luisance aérodynamique – comme pur-sang les lignes s’épousent – plancher près du sol – étoiles à 5 branches les enjoliveurs – écusson jaune sur l’aile – cheval dressé sur pattes arrière – intérieur cuir cousu fil jaune – excréments traces d’urine sur le trottoir – rouge & blanc dans la rue adjacente panneau de sens interdit – sur la grille du jardin la peinture noire s’écaille – vitrine de l’espace santé-beauté masquée par l’annonce – tout doit disparaître – taches orange sur la grille du jardin – potence A4 surplombe les rails en contrebas – sur la promenade au pied de l’arbre un tuyau jaune facilite l’arrosage – structure en métal entoure le tronc – peinte en vert sapin – sac vigilance-propreté fixé par un élastique sur armature métallique grise – chemise à fleurs de l’enfant – du cousu main boutonné dans le dos – was frag ich nach der Welt

proposition n° 14

madame dans quelle rue on est – regardez c’est écrit – vous voulez pas me le dire vous êtes cachottière – lui tendant sa canette vous en voulez – non merci – elle a fini par choisir la robe en soie doublée soie avec son étole – le violet de cobalt fait ressortir le gris argenté des cheveux – comme une seconde peau – pour fêter son anniversaire avec le Maître – avant l’atelier d’après modèle vivant – l’œil guide la main sur la feuille – progresse comme une caresse – regard du modèle tourné vers la lumière – ramenant à la surface l’œil de Lou – lumineux foyer – Lou réincarné – guéri – aguerri – son alliance au doigt – posant pour finir le mois – l’homme au béret pendant la pause dit qu’il a hésité entre le premier et le deuxième – au bas des marches un type assis porte un casque – anorak au tissu déchiré – les plumes sortent des manches – elles font une mousse blanche – type immobile casque sur la tête – 35 degrés au thermomètre – anorak sur le dos il ne bougera pas – les promeneurs passent – l’homme au béret dit – c’est la racine qui est fendue – le dentiste a montré la radio – assez virile la secrétaire au téléphone – elle demande parfois de répéter – elle n’a pas compris – ongles rouges – pantalon noir et chemise noire – voix rauque – silhouette longue bassin étroit

proposition n° 15

je ne t’ai pas reconnue sous ta capuche – les histoires ne nous appartiennent pas tu sais – c’est bien lui qui te serrait le cou – pression des doigts dans le petit creux – ça vous coupe la respiration – comment t’as fait pour t’en sortir il voulait en finir avec toi – tu te souviens j’ai enfilé une robe – dévalé l’escalier – couru pieds nus dans la rue – il faisait encore jour – un jour d’été – avec ses grands yeux clairs il avait l’air fragile – tu n’en revenais pas – il t’avait offert un ours pour quand tu dormirais seule – tu t’es assise sur un banc – ton cœur battait plus fort on voyait les mâts des voiliers sur le bassin – tu attendrais la nuit – mamaman avait disparu – ou l’ange gardien – depuis quand cette image d’une maman dedans toi – qui ne répond pas – qui s’éloigne s’éloigne s’éloigne – on ne la voit plus – on ne la verra plus – c’est ça que tu as cru – maman me tue – j’habite une autre maison une maison en paille – on m’a tirée au sort – que je sorte du lot – envoyée dans les montagnes chez les biques et les taureaux – l’un d’eux voudrait charger – il attendait son heure – j’avais peu d’espoir de retrouver la maison en pierre – il y avait de la plainte – je me dévidais comme une pelote ignorant le fil qui la relie à sa bobine – sans savoir où mène ce jeu de fous planter de la rhubarbe dans le jardin – pour tartes et confitures – ne négliger rien – on me descendrait dans un trou avec des cordes – il me souvient de cet enterrement auquel j’assiste – d’un côté on t’a coupé le sifflet – de l’autre je respire encore – ce sera demain l’anniversaire de ma mort – j’en ai connu plusieurs – tu te permets d’être sereine maintenant – maintenant que mes oreilles sont dégagées – les hôpitaux ont besoin d’aides-soignantes – besoin de friandises mon tout-petit – je te berce – j’apprends – l’enfant n’a jamais crié – l’enfant a perdu sa langue à la naissance – avant même de naître a perdu – le sens de la langue – ne pas renier un enfant qui n’est pas né – c’est maintenant

proposition n° 16

s’approcher du poulailler – aller chercher les œufs sous la paille – ça sent le bois – ça sent la terre et la fiente – un après-midi nettoyer la cabane des poules – balayer les crottes – qui te l’a demandé – elles ont séché sous la paille – tu vas dans les coins – décoller toute cette merde – qui te l’a commandé – c’est l’été – lire à plat ventre entre les cassis – sur l’herbe tendre les rayons de soleil – maillot de bain deux pièces – avec ceinture assortie à ton haut tout fleuri – lire les confessions – commencer à comprendre le n’y touche pas – c’est Pap qui nourrit les poules – il a même des canards avec la mare au milieu – les canards c’est pour la chasse – sortis de l’œuf on les installe sous le radiateur à la salle-de-bains – boîte à chaussures doublée d’un bout de couverture – les canetons grandiront plus vite – vos chiens n’entrent pas dans la salle-de-bains – ils n’en feraient qu’une bouchée des canetons – quelle mouche t’a piquée ce jour-là – tu te choisis un émissaire – jusqu’où je pense – le bec s’attaque à la chair – brune et boursouflée sous sa moustache – tu ignores qui t’en donna l’idée – ça te démangeait – c’est pour les bébés on t’avait dit – pour les bébés ce bec de lièvre – c’est sale on t’avait dit – tu ne le lavais plus – cousu main sur ton peignoir – TROP LAVER NUIT – entourant le poulailler le potager – soupe au potiron à l’automne – Pap la prépare – tu savoures la soupe – rien à voir avec le bouillon de légumes

proposition n° 17

dans l’allée centrale je te vois t’avancer – l’homme à barbe blanche sert la messe – tu t’agenouilles pour communier – le prêtre tend l’hostie – bouche ouverte paupières fermées mains jointes entendre – elle a mangé des chocolats – ce barbu est un traître c’est lui qui les a offerts – tu t’es même resservie pendant qu’il était aux cabinets – il avait la colique – de retour il a dit on les range – couvercle remis sur le bocal – le tentateur t’a trahie retourne à ta place – ce tapis devant l’autel est usé – même les fauteuils ont l’air vieux – comme la barbe blanche – elle a fait la guerre – après sa blessure au ventre on l’a décorée – la fusiller du regard ou baisser la tête – rien à secouer des hosties des jésus des vierges des médailles des chapelets des prières – rien à secouer du notre père et je vous salue marie – le diable avec sa fourche a une tête plus sympathique – il grimace en souriant – je te vois pédaler sur la route qui longe la voie – pédaler le long de la voie ferrée – sur la bicyclette rouge qui s’écaille – le long de la voie qui relie le port de pêche au port de commerce – la voie est libre le soleil brille – bras nus robe légère – sorti d’un buisson l’homme a fait signe – il fait signe de s’arrêter – la fillette s’arrête – puis il dira tu peux partir – sa robe – à hauteur de selle – elle est humide – tu étais de dos – comme si l’homme avait voulu détacher ta robe – rien à voir avec le n’y touche pas – pourtant – tu racontes à Mag elle répond – il faut que j’épluche les légumes – aucun rapport avec ta robe humide – à hauteur de selle – Lou propose d’aller à la plage – il n’en est pas question Mag dira – va faire ton lit – faire son lit comme on se couche – dans la mer – à plat ventre maintenant sur ton lit – l’histoire s’enfonce dans tout ton corps – ton corps s’enfonce dans le matelas – Mag surgira – livre à l’index – l’index indique le chemin – à ne pas prendre – jamais fini ce livre-là – jamais revu ce livre-là – même le titre dans ta tête s’est perdu

proposition n° 18

oùoù ououou hououhouhouh ou-ille ouououille – opération du saint-esprit – badaboum-boum elle craque nonobstant les efforts pour prendre appui – sur la gâchette elle appuie tu n’y peux rien – c’est forcé la maladie nous purge des vilaines passions – papa-passions – dubo-dubon-dubrovnik-doubaï – enfin chez soi ma mie ma câline ma pantoufle fourrée – ni vu ni connu partager le butin ton bulletin dans l’urne – rien à secouer mettre les bouts – qui qu’a l’oseille – au purgatoire comme en enfer ils attendent – avions perdu le fil & la bobine – pas de danger que ça explose les machines sont à l’arrêt – nonobstant le vol à voile ou vol au vent nonobstant la locomotive entre merci & camé kama & sutra kako & phony caprice & corniche carmen & cramé – carambolage à tous les étages la direction n’est pas responsable – nos glaneuses vont aux champs sonne l’angélus il est midi – debout les enfants en route – numéro 1 gagnant le suivant recalé – cette prise d’otages tire à sa fin promenons-nous dans le bois – vous l’avez où je pense – gladiateurs aviateurs de retour petit-ours met sa chemise – évitez le contact avec les yeux théodore de bèze – le bulldozer passe et repasse – il y a du pain – il y aura du pain – du pain sur la planche-à-repasser – n’obstruons n’obstruez pas – pas le passage – où où où – trou où où je – où je ouille – ouille je – nouille gen-ouille agenouille – vous vous est-ce – est-ce que – est-ce que la queue – est-ce queue vous – vous lavée – pas l’avez – l’avez-vous – vous oui où – où je pends – non oui où – pense je – et vous – lavée vous – pense où ouh-lalala – love lové où je pense lové – my love lavé – où je-je joue – je joue où – joue où pense – donc – vous – vous lavez – non vous l’avez – où je – panse – c’est à vous – à vous-vous de jouer – sou-souffler n’est pas – où je-je pense – jouer – là joue où je – non non elle pensa – pensera ne pas – ne pas trop se la laver – c’est le vide où je pense – le bide vide – fleurs sur le papier – papier pas peint – papier à fleurs pour vous – pas vous laver – pas vous – lover – papier qui pense – pense pour vous – vous toucher - vous torcher – trop laver nuit – au trou – belle nuit – feu – d’artifice – chant du cygne – au mois de mai la rose – elle a passé

proposition n° 19

parties intimes – ils mettent pas de savon ils se lavent avec les doigts – angle de la rue – tu te réserves pour moi il aurait dit – mère malade lavée – massée – il lui dira tu te laves tes parties intimes – pas de regrets – a fait ce qu’il devait – un beau matin – son père à elle demandant – peux-tu me laver – dans la chambre un matin – la cuvette – cuvette d’eau – savon et crème à raser – tirer sur la peau – avec le gant laver – laver jusqu’à – les parties – boules boudin mollusque limace anguille – se mettre en 4 – ces images nous traversent – image de toi dans moi – sur-moi de marbre – présence figée sans territoire – enregistre un état des forces comme en temps de guerre – les tensions s’équilibrent – dynamique du conflit – interdits dans la chair inscrits – ma maison sur ton dos je crois – comment savoir – où j’allais en vous – le silence mène à ce lieu – un naufrage – nos épingles de nourrice ont sauté – l’enfant disparu dont on abuse …...... mamaman touche à où je pense – ça fait un court-circuit dans ma tête – je revois la scène – je sens sa main qui s’approche – de là où il ne faut pas – ce faux-pas me cause – non me fait du bien – j’apprends – non j’expérimente – le monde d’en bas – grâce à mamaman – elle y met la main – un coup-de-main qui nous fait du bien – encore j’entends encore – et ça gémit entre mes lèvres – je dis oui encore et toujours – ça gémit doucement – pas comme si tu étais malade – à l’article de la mort – c’est une petite mort – tu t’y attends maintenant – qu’elle t’a montré – comment faire avec la crème – à l’huile de poisson – enduire les lèvres petites & grandes – et on y va – les doigts glissent – comme quand l’enfant se lugeait en plein hiver – pentes couvertes de neige – c’est la Suisse – mamaman dirait allez – avale ta soupe – pour le dessert petit suisse – ou cerises – c’est la saison – elles viennent du jardin – comme du poulailler les œufs – par nos poules pondus – pas se plaindre – bon dieu généreux veille sur nous – n’oublie pas tes prières – avant de t’endormir – j’éteins la lumière – il y a la veilleuse – je suis là ma chérie – je pense à toi mais oui – obéis-moi s’il te plaît – ne vais pas te répéter d’aller te coucher – bon sang de bonsoir – qu’est-ce que j’ai fait – une enfant pareille – larmes – appeler Charles à la rescousse – tu peux monter – au nom du père la fillette file au lit – ferme les yeux – confie sa peine à l’ange-gardien – il fond dans sa tête avec petit-jésus et même vierge-marie – le personnel céleste comme en un panthéon

proposition n° 20

pénombre – labyrinthe désaffecté – pupitres en bois – une allée centrale – silhouette assise au fond – penchée sur le livre – elle ne bougera pas – immobile comme les pupitres – fait partie des meubles – portes découvrant un couloir – à travers les fenêtres reflet de la lune – on surplombe une cour – peut-être pas de fenêtres – comme dans un blockhaus – le soupirail donnant sur le labyrinthe – au loin – les restes d’un vieux repas – tire-lait couvert de poussière – son embout de caoutchouc – bouteilles allongées côte-à-côte – lumière à peine – lignes des cageots – fuyantes – cageots de fruits – à couper au couteau – cageots de cerises – des œufs dans des paniers – pour l’omelette – aux fines herbes peut-être – odeur de mazout – de mazout ou de charbon – une chaudière à l’arrière-plan – elle serait éteinte – sol gris – même ciment que pour le terre-plein – devant la descente du garage – lieux livrés à eux-mêmes – creativity is the answer inscrit sur le mur – peut-être un murmure – une clameur – on ne saura pas – nouvelle silhouette – jambes ouvertes – les os collés à la peau – cadavre peut-être – cadavre assis – la bande-son reprend – est-ce que vous – l’avez – lavée vous – vous je pense – pense à vous – avoue



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 8 juillet 2017 et dernière modification le 20 juillet 2018.
Cette page a reçu 57 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).