contribution auteur | Ugo Pandolfi

hiver 2018, recherches sur la nouvelle

découvrir un auteur au hasard !
(rafraîchir la page si mise en boucle...)

Ugo Pandolfi, journaliste durant quarante années et scripteur parfois. Deux romans policiers a mon passif : La Vendetta de Sherlock Holmes et Du Texte clos à la menace infinie (éditions Albiana). Sur le pire des réseaux sociaux, mon avatar est une maîtresse femme qui soutient mon vieux blog. Il m’arrive aussi de parler franchement sur ello.co.

Ugo Pandolfi, journaliste durant quarante années et scripteur parfois. Deux romans policiers a mon passif : La Vendetta de Sherlock Holmes et Du Texte clos à la menace infinie (éditions Albiana).

Ses contributions à l’atelier ville.

Propositions 1 _ 2 _ 3 _ 4 _ 5 _ 6 _ 7 _ 8 _ 9 _ 10

proposition n° 2

Être incinéré en T-shirt. Écrire ses dernières volontés quand on a passé sa vie à ne pas voir réussir ses premières, peut paraître un peu ridicule, absurde même. J’y tiens pourtant : en T-Shirt et sans chaussettes. Ne serait-ce que pour ne pas infliger à celles ou ceux qui me rendront une ultime visite le spectacle d’un cercueil avec du cadavre en costards cravate dedans. C’est vrai, j’en ai vu pas mal, c’est affligeant. Comme un gros mensonge, une note fausse, un déni de ce que fut la vie du défunt. Sa fascination pour cet écrivain qui dispose de plusieurs pièces, allant de l’une à l’autre, selon ses personnages, ses lieux, ses narrations. Son attachement timide à cet autre en salopette, immense et barbu, confiant des monstres marins, imposant trois couleurs à l’impression d’un boomerang. Et cet autre encore, géant aux yeux bleus, patient et séduisant alerteur faisant comprendre que c’est la déloyauté qui fait l’écrivain.

proposition n° 1

Trois îles à l’horizon. Celle du milieu, si plate qu’on la devine à peine, fut longtemps un pénitencier. Un mur séparait les « brigadistes » des mafieux. Dans les nuits claires, le phare de son petit port fait signe à mes insomnies, clin d’oeil aux violences passées, présentes, futures. Des murs comme uniques réponses.

Une jetée en Atlantique nord. Habillée de pochoirs. Les couleurs hurlent, y compris les jours et les nuits de brouillard. Des jours, des mois, des années : traces des passages, mémoires des escales. La mer qui frappe, inlassable, les messages jetés là.

Toujours la même plage, facile d’accès, au début du cap, au nord-est de la grande baie. Elle s’y rendait en hiver au moins quatre à cinq fois par semaine, fendait la mer avec la régularité d’une nageuse exigeante, laissait ensuite longtemps le soleil la réchauffer. Puis elle lisait un polar au format poche, en fumant souvent. Sa pause indispensable avant de repartir travailler dans les entrailles de ses auteurs : Conrad, Loti, Maupassant, Verne, Colette,Mallarmé,Pound,Triolet,Aragon.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne 13 janvier 2019 et dernière modification le 13 janvier 2019.
Cette page a reçu 53 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).