Nane Beauregard | Quand je l’ai rencontré

« ma méfiance envers lui ma méfiance envers moi être son bourreau en faire mon bourreau, pour l’aimer. »

un autre texte de la revue, au hasard :
Marion Mucciante | Au dôme
l’auteur

Nane Beauregard vit et travaille à Paris. Elle a publié un roman, J’aime chez POL en 2006 puis La Manouba, chez Leo Scheer en 2012.

Pour la suivre : twitter @nanebeauregard et sur facebook.

Déjà sur nerval.fr : Là, posée au bord du monde.

le texte

« Quand je l’ai rencontré », c’est ce qui s’est passé avant, juste avant la naissance de l’amour, c’est ce temps précieux et volatile du tout début de l’histoire avec ses doutes et ses balbutiements, cet ensemble de petites histoires, de petites anecdotes, de petits riens mis bout à bout avec plaisir et gourmandise pour tenter de retrouver le tissu vivant de l’époque où l’homme qu’elle aime aujourd’hui n’était encore qu’un étranger pour la narratrice, c’est le temps de sa découverte de lui qu’elle raconte. N.B.

 

Quand je l’ai rencontré j’ai laissé tomber mes livrets de caisse d’épargne mes assurances-vie ma chapka pour l’hiver ma route pour la sienne mes lunettes Emmanuelle Khan la nostalgie du passé le regret de tous ceux qui sont passés de ceux que j’avais cru aimer mes vieilles histoires mes guenilles mes vieilles photos tout ce que je savais sur les hommes tout ce que ma mère croyait savoir sur les hommes tous les conseils de ma mère sur les hommes les amours stériles les amants débiles les amoureux infidèles les hommes célèbres les hommes déjantés mon goût à rien mon engouement pour pas grand chose mon indifférence à presque tout mon incapacité à me réjouir à ressentir à reconnaître ce qui était bon de ce qui était mauvais ce qui était juste les hommes complexes les hommes complexés les hommes pressés la teinture de mes cheveux l’attente mes poils sous les bras le couscous sans les boulettes les grasses matinées les bas de laine les petites économies les amours entre deux portes les hommes à femmes ceux qui vous affament les affaires sans suite les affaires classées celles que je laissais traîner que je laissais tomber ceux qui me trahissaient qui me laissaient tomber qui oubliaient de me rappeler les espoirs sans lendemain les ambitions déçues l’amertume ma grosse doudoune mes après-skis la cuisine sans matières grasses les réveils douloureux la paresse du matin celle du soir les heures à traîner au fond de mon lit à ressasser à m’interroger sur la vie sans amour sur le grand amour sur ce que c’était où c’était et comment le reconnaître sur le sens de la vie sur ce que je voulais faire de la mienne celles à regarder le plafond à suivre les fentes dans le mur à observer les mouches voler en me demandant si elles pensent celles à regarder les séries-télé les grands genres petits moyens les petits genres et les grands moyens les maris des autres les maris volés les hommes trop fidèles les charmeurs les poilus les hommes parfaits les veufs les divorcés les hommes sans enfants les bons pères de famille les fonctionnaires ma peur des abeilles ma hantise des araignées ma phobie des moustiques ma terreur des rats des souris ma crainte des allergies ma peur des insolations ma peur du noir celle des médicaments de leurs effets secondaires des intoxications alimentaires des gastros des gastrites de la déshydratation de la potomanie des convulsions des ampoules aux pieds de la bombe atomique du péril jaune du péril jeunes des escaliers trop étroits des escaliers en bois des escaliers trop raides des escaliers trop hauts des maladies vénériennes des préservatifs des infections nez-gorge-oreilles des tremblements de terre des tremblements du corps des tueurs en série des angines blanches des maniaques qui violent après avoir tuée des voleurs qui s’introduisent par le toit ou par le balcon du rififi des émeutes du ciel sur la tête des orages en montagne des avalanches des anesthésies générales des anesthésies locales de la péridurale des piqûres dans la bouche de la vie de la mort mon mal de dos mes douleurs à la cuisse ma tendinite à l’épaule mon tennis elbow les week-ends glauques les drames les les Noël au balcon les Pâques au tison les hommes maigrichons les pâlichons l’amour pulsion l’amour passion l’amour raison mes impatiences mes prises de position mes égarements les repas d’affaires les affaires mes heures de repas les repas trop copieux mes idées sur le luxe mes idées sur l’argent mes idées sur l’art contemporain les certitudes les coups de bambou les coups d’épée dans l’eau mes crises de nerf mes coups de grisou mes bouderies mes intimidations l’amour à la demande l’amour à la carte l’amour à volonté l’amour glouton mon avidité mes rancunes mes rancoeurs mes coups au cœur les clowns blancs les à la vie à la mort les à Dieu ne plaise les après moi le déluge mes enfantillages mes terreurs mon terrorisme mon ayattollhisme la petite laine pour dormir les chaussettes la nuit les mois d’août loin de Paris la bouillotte sur le ventre la couverture chauffante ma collection de timbres mes vieilles cartes postales la fatigue les diètes les bouillons de légumes sans les légumes les purges les règles douloureuses ma peur de ne pas assez dormir de me réveiller en pleine nuit d’être trop fatiguée le lendemain le cataplasme électrique contre les maux de gorge mes sous-entendus mes bigoudis mes hésitations ma paranoïa mes crises de jalousie mon mal-être mes soupirs mes vertiges mes palpitations mes crises d’angoisse ma peur du mauvais goût mon horreur de la pluie mes inquiétudes sur le temps qu’il fera ou qu’il ne fera pas mes verrues sous les pieds ma raison mes raisons la déraison les chewing-gum mes préoccupations ma façon de refaire le monde mes angoisses du moment le couscous au micro-ondes les voltigeurs de cirque le cirque la suffragette en moi celle qui monte des barricades qui monte sur les barricades qui avance l’étendard à la main et les seins à l’air la femme de son époque l’apôtre de la justice l’entomologiste la faiseuse d’histoires la collectionneuse d’hommes l’embaumeuse d’histoires foireuses mes idées sur le rôle de l’artiste dans la société tout ce que ma mère m’avait appris sur les hommes les dramatisations les choses que je faisais sans qu’on me les demande les obligations les menaces les menottes les liaisons les trahisons le trottoir d’en face le soleil quand il voulait de l’ombre l’ombre quand il voulait le soleil les aguets la mièvrerie ma dépendance à lui ma rage d’être dépendante ma conception de la beauté celle de marcher de tenir sur des talons hauts mes talons hauts dix kilos de trop ma sœur Anne qui n’a rien vu venir les vêtements trop larges les vêtements trop serrés les tenues négligées les tenues trop chics les sacs à main trop chers les sacs à patates les séminaires entre filles pour parler des hommes ce qui les attire ce qui les retient si l’amour peut durer mes cernes sous les yeux le masque aux œufs es rondelles de concombre sur le front le sang de crapaud dans son café les grigris la sorcellerie les insinuations les intuitions le marché bio du samedi les bobos du dimanche le bon air du week-end la forêt de Fontainebleau le vélo au parc de Saint-Cloud ma peur d’être attaquée par un sanglier en plein bois d’être bouffée par une mygale de me promener seule la nuit ma peur des hommes virils ma peur de lui ma crainte d’être dévorée de le dévorer de ne pas arriver à le bouffer de ne pas être à la hauteur de ne pas avoir les jambes épilées de ce qu’il allait penser de mes rondeurs de mon ventre de mon âme mon idée de l’élégance la couleur de mes chaussettes celle de mes collants les histoires à épisodes les oiseaux de mauvais augure les disputes mes années de galère mes idées préconçues le centre du monde les zoos la couleur du ciel la lune les étoiles le cheval blanc du prince charmant celui d’Henri IV les évidences le nez au milieu de la figure les choses obligatoires les obligations que l’on s’impose mon vieil ordinateur mes décalcomanies tournez manège la chance aux chansons Goldorak mes prétentions la gloire Bernard Pivot le Prix Nobel le passé l’avenir les cris les colères les crises de désespoir les critiques les rappels à l’ordre le court-bouillon les produits chimiques les insecticides les pesticides les vins trafiqués les toxicomanes les baratineurs les mauvaises langues les idées toutes faites les cadeaux les forçages les larmes les vêtements que je portais la charité la pitié la révérence l’aveuglement les compromis les concessions l’idolâtrie les numéros de funambulisme les somnambules le ping-pong les histoires d’un soir les histoires d’une nuit les histoires d’un regard les coups de foudre les coups fumants les bons coups les mauvais joueurs les mauvais perdants ma façon d’embrasser de vouloir qu’il m’embrasse de faire l’amour de ne pas le laisser me faire l’amour les cours du soir le Kama Sutra les livres sur le Karma les guides sur le bouddhisme la mère juive la petite arabe celle qui marchait pieds nus celle qui se plaignait de ne pas avoir de vélo la fille à son papa la sœur de son frère chéri la nulle en gym la tête de turc la petite exilée la petite fille perdue l’ancienne première de la classe la basilique de Saint Denis la plage de Trouville le tourisme de masse le tourisme le voyeurisme les mauvaises habitudes les ressassements les déménagements la stérilité les paroles toxiques les bougies parfumées les rideaux aux fenêtres la petite sœur des pauvres le chauffage à fond le jour le chauffage à fond la nuit les armes et bagages les bagages inutiles les poids lourds le lestage l’ail dans la salade la soupe au potiron sans crème fraîche la pauvreté de l’âme les ordres les contre-ordres les exigences les caprices les courses contre la montre les déodorants le luxe le luxe le clinquant le bling les marques sur les vêtements et les accessoires les play-boys les cow-boys les Dolce Gabanna les Gucci les dingues de foot les malades de jeux vidéos les addict du petit écran la prétention les démonstrations mon père qui était si beau mon père qui ressemblait à Cary Grant mon père qui était fort comme Gary Cooper ma mère qui était la douceur ma mère qui était le modèle ma mère qui était la féminité mon frère qui était beau mon frère qui était méchant mon frère que j’aimais comme mon enfant ma façon de le contredire de faire la maligne de faire celle qui sait tout qui a fait toutes ses preuves qui va lui montrer et lui en remontrer ce que mes amies voulaient m’apprendre sur les hommes leur fonctionnement leurs préférences leurs habitudes leur lâcheté mes agacements ma mauvaise humeur mon humeur morose mon sale caractère mes rêves de princesse mon impétuosité mon horreur des gens en retard mon horreur des retards le ketch up mon refus de me soigner de me coiffer mon côté petite femme bien propre sur elle mon chic à la française mon chic de femme du sixième ma coiffeuse française pour une coiffeuse arménienne le chocolat au lait pour du chocolat noir mes amants pathétiques mon idée de l’amour de ce que c’est qu’un homme mes dix heures de sommeil par nuit sinon rien mes siestes de l’après-midi mes exigences mes attitudes d’enfant gâtée mon quatre heures le regard sur moi les liens serrés autour de sa gorge l’amour total l’amour épuisant la mégère les vacances à la mer la plage mes racines mes cachotteries les aventures sans lendemain mon oncle psychotique ma sœur mort-née l’appétit de pouvoir la soif de vengeance les demandes de reconnaissance la couleur de mon rouge à lèvres mon rouge à lèvres le thé en sachets le frigo toujours vide les frites ma frilosité mon horreur du sport ma hantise du jogging mes survêtements ma peur de l’âge et du temps qui passe ma fragilité des bronches les tranches de jambon épaisses mon goût pour les histoires l’espoir qu’il m’aime un jour autrement les chansons d’amour toujours les chansons d’amour jamais les romans à l’eau de roses l’homme idéal l’homme parfait papa les rideaux de cuisine les napperons sous les bibelots les oiseaux de malheur les éclairages directs la bonne éducation les courgettes les plats tout préparés les produits culinaires transformés les mauvais commerçants les gens qui n’aiment pas ce qu’ils font les gens qui font mal leur métier les quatre quatre les quatre-quarts les voitures électriques les coups de fil à la même heure Johnny Halliday Sylvie Vartan mes voisins du cinquième les copines qui lui cassent les couilles les raviolis en boîtes ma peur des chats des chiens mon goût des surprises les cadeaux mon besoin de réassurance mon sentiment d’insécurité mon goût du sacrifice ma tristesse mon passé mes impasses mon âge mes années de trop ma conception du monde et de l’univers mon pessimisme mon trop plein d’amour ma tendance à tout donner pour ne rien recevoir mes plaintes que l’on ne me donne rien les colères contre moi-même mes accusations sans fondement mes propres manquements les potins les ragots les médisances les discours qui n’en finissent pas tous ceux que j’ai aimés avant mon idée de la volupté les loukoums les restos chics et chers les endroits à la mode les belles voitures les grosses voitures la fuite en avant les gouffres les voies sans issue les sorties de secours les sens interdit les voies de garage l’amour éternel mes problèmes de peau de mal dans ma peau tout ce que les autres hommes m’avaient appris sur les hommes les vergetures les rendez-vous annulés en dernière minute les promesses non tenues les promesses arrachées les projets sans lendemain la peur des flics la haine de la police les vêtements de dame la façon de s’habiller de Francine la façon de marcher de Sabine celle de parler de Martine la frange qui me cachait le front l’eye-liner bleu l’eye-liner noir l’eye-liner le fard à paupières vert le bleu le parme les faux cils les soirées à paillettes mes illusions mes faux espoirs mes histoires à dormir debout mes mensonges tout ce que je me disais pour me rassurer mes contes de fées ma timidité mon manque d’assurance mon manque de confiance en lui mes névroses la compétition les rivales les fleurs coupées le n’importe quoi pourvu que l’on s’en débarrasse le finissons-en vite les petits plats que je cuisinais pour lui pour ceux qu’il cuisine pour moi ma cuisine contre sa cuisine mes révoltes contre lui mon horreur de sa grosse voix mon antipathie pour les hommes petits la nécessité absolue d’avoir toujours raison de ne supporter aucune critique ni remise en question mon admiration pour les hommes grands les yeux bleus la fuite sans objet la peur de moi-même les jeux d’enfant l’amour parfait l’amour plus blanc que blanc la protection des valeurs le sentiment de trahir mes racines le pathos les coups tordus les gamineries l’espoir d’un retour au passé mes illusions sur le passé le caroube les repas du vendredi ceux du samedi les dimanches en famille ma peur les cheeseburger les cacahuètes les petits calculs mesquins l’épilation intégrale les bras musclés les grandes déclarations les grandes attentes les preuves de tout et les preuves de rien ma peur de l’abandon de la mort les phrases trop longues les détails inutiles Zorro et d’Artagnan les tripes au cumin le poisson à cause des odeurs les conquêtes ma nécessité de plaire mes vieilles idées mes idées étriquées mes découragements mon manque de courage mes déprimes mes doutes sur moi-même les parfums capiteux les explications fumeuses les bégonias les appartements sur cour les géraniums sur le rebord des fenêtres la main verte la perfection la lâcheté la vantardise l’habitude de parler fort de m’énerver rapidement de m’agiter de lui tourner autour de l’engueuler de le prendre à parti de le bousculer de l’accuser de le terroriser de lui rentrer dedans de le vouloir tout à moi de me méfier de de ne pas croire ce qu’il me dit d’énoncer des vérités toutes faites l’absence de recul ma mauvaise foi mes attentes mes années à être dupe de moi-même l’amour sans failles l’amour non-stop les repas sans légumes le camembert tout ce que j’avais cru comprendre des hommes en les observant la colère la fébrilité les gestes de tendresse en public les mots tendres en public les décolletés plongeants les propos trop directs mon masochisme les crises de panique mes propos malveillants sur moi-même le couscous sans les légumes les rendez-vous pris trop longtemps à l’avance le contrôle ceux qui ne l’aimaient pas qui ne le comprenaient pas ma maison mon bateau pour son bateau ma boussole pour son gouvernail le café soluble les tribunaux intérieurs ma froideur mon regard glacé mon insensibilité la maîtrise le houla hoop le couscous sucré les fruits secs sous plastique les sacs en plastique les aliments sous vide le fond de teint les crèmes anti-rides la peur qu’il me quitte ma peur de le quitter l’amour plan d’épargne l’amour plan-plan mes jeunes amants mes vieux amants mes amours mon désir d’éternité d’immortalité de toute-puissance de contrôle absolu mon refus de la fragilité mes manies mes tics l’herbe plus verte ailleurs le désespoir l’impossibilité de vivre ce qui est à vivre mes vis et mes boulons le couscous sans les pois chiches mon idée du féminin et mon horreur des douches ma mes vieilles charentaises trouées au gros orteil mes vieux pyjamas pour dormir mes couvertures contre sa couette le désordre dans la cuisine le bordel les dessous pigeonnants mes réflexes de défense ma peur de l’avion mes insomnies mon mal de mer mon mal de terre ma crainte des déplacements ma peur de rater le train ou l’avion ma peur de m’endormir d’être une mauvaise mère d’être trop raisonnable ou pas assez trop dépensière trop frivole trop grave et trop sérieuse trop ou pas assez quelque chose ma peur de tout et de tout le monde le couscous sans l’harissa les bretzels les bibelots dans l’appartement le design la poussière sur les meubles les achats à crédit la baguette n’en faire qu’à ma tête m’en aller en claquant la porte hurler être fâchée ne plus lui répondre quand il m’agace refuser de m’expliquer hurler contre son silence paniquer le harceler lui poser des questions sans arrêt le triturer le bousculer le faire sortir de ses gonds le faire dérailler hurler lui expliquer qu’il devrait s’en aller lui prouver que mieux vaudrait nous quitter ma façon d’assortir les couleurs mes vieilles batailles mes rêveries d’adolescente mes mutineries mes migraines les faux serments les faux engagements mes vieux démons la lingerie de luxe les sous-vêtements affriolants mes façons de faire mon savoir-faire mon comportement mes emportements mes certitudes Monoprix saloperies mes vertiges mon sentiment d’un vide à combler mes boucles dans les cheveux ma crainte qu’ils ne frisent les brushings mes efforts pour faire rentrer les boulons dans les mauvais écrous mon côté pète-sec mes décisions à l’emporte-pièce les pièces montées les chignons choux à la crème la mélancolie des dimanches soirs mon spleen du lundi matin les masques de nuit les cheveux toujours impeccables les parapluies les Kway les rails le sens du ridicule le sens de la marche casser des objets auxquels il tient le tenir entre mes mains l’amour sans le couscous l’amour sans lui ma propension à faire semblant à ne pas le regarder ne pas le calculer m’en moquer me moquer de lui m’en laver les mains compter les jours tout calculer réclamer exiger supplier expliquer le faire plier espérer me casser les dents sur ses refus le pousser à la faute compter les points les poils dans la main le coupage de cheveux en quatre vouloir me mesurer à lui faire comme lui faire mieux que lui l’espoir de le faire changer de route renoncer à ses objectifs à ce dans quoi il croit les heures passées à scruter mes rides mes bas joues mon ventre des manières des chichis le spleen les brûlures d’estomac mes révoltes adolescentes l’amour sur des charbons ardents la chirurgie esthétique les menaces de divorce les coups d’épée dans l’eau la boboïsation les quartiers chics les quartiers populaires la bonne conscience les consensus la mollesse le body building les grèves de la faim les grandes bouffes les grosses rigolades les grandes rasades les dîners de filles les soupes à la grimace les marrons glacés les miettes de pain par terre les décaféinés les mesquineries les gens mesquins les liaisons interdites les vues à court terme l’absence de vue de points de vue le refus de l’engagement les grands principes la dureté les petits arrangements les grandes passions sans lendemain les fils à papa les cousins de mon papa le prince charmant le méchant loup le poivre sur le camembert le munster les fils de bonne famille les fils de leur mère les monfils monfils les très riches les très pauvres les rien du tout tous les autres les bellâtres les vieux beaux les jeunes moches les jolis garçons le nom de mon père les petits surnoms que me donnait ma mère les verres en plastique parce que c’est pas chic les assiettes en carton parce que c’est dégoûtant la cuisine au beurre parce que c’est gras les conversations téléphoniques qui n’en finissent pas la certitude d’être celle qui sait celle qui peut régenter sa vie les cigarettes les ongles longs mon incapacité à lui dire oui mon incapacité à lui dire non mes révoltes pour des détails mes entêtements sur des bricoles mes combats mes batailles contre ses moulins à vent les chaussures les pieds nus dans la rue les consensus mes éclats de voix l’aveuglement les bobos les liaisons dangereuses ses colères ses failles sa fragilité ses faiblesses sa soif de toute puissance sa volonté de me posséder les plaintes les revendications les demandes les supplications les exigences le baby blues les remords les regrets le temps perdu l’urgence l’homéopathie la télépathie les coïncidences les crises de larmes l’euphorie les rires et les pleurs les grandes déclarations la poudre aux yeux les grands sentiments les grands serments les assurances la médiocrité le contentement béat les lessives du lundi celles du vendredi l’usage du lave-linge le linge à laver les repas à préparer le repassage les patins à roulettes les haltères la barre au sol les trottinettes les attendrissements idiots les effets de langage le name-dropping les biceps les triceps Bison Futé les lapins mon manque de tendresse pour moi-même ma crainte de montrer mes sentiments la peur du qu’en dira-t-on sa mauvaise foi tout ce que je n’aimais pas chez lui disparaître de sa vie pour qu’il vienne me rechercher m’en aller pour le punir les regards ailleurs pour le rendre jaloux mon nombril ma dureté mon irascibilité ma petite cuisine la météo la prévoyance le couscous au poisson sans le poisson les sacrifices l’héroïsme le vite fait mal fait les découverts à la banque les problèmes d’argent les soucis inutiles mes préjugés mes arrière-pensées les lustres les tables basses trop basses les facilités le confort les accusations les passages devant mon tribunal les passages à tabac les mauvaises habitudes l’intolérance le travail bâclé mes inimitiés les hommes stylés les hommes stylisés les autres hommes que lui mes prérogatives le café au lait mes irresponsabilités mon idée de la perfection le but à atteindre le sentimentalisme à la petite semaine Diane Dufresne les sixties les seventies les eighties tout ce qui était mieux avant les récriminations les ruminations les réponses avant les questions marcher sur le sable avec des chaussures fermées les souffrances inutiles les cheveux décolorés l’espoir d’être blonde avec des yeux bleus l’idée que ça serait mieux avec un autre qu’il serait mieux avec une autre de devoir tout faire pour qu’il ne soit pas mieux avec une autre la guerrière en moi la battante la volontaire l’arracheuse de dents la recherche du réconfort les attentes monstrueuses ma couronne d’épines les épines sans la rose les impossibles la hâte les ratages programmés à l’avance la pression sur lui les pressions sur moi la tiédeur ma montre au poignet ma tristesse ma propension à n’en faire qu’à ma tête les prises de bec les prises de tête la vulgarité les coups de chaleur le coup du lapin les lapins les coquins les poux dans la tête l’agressivité les mots durs les mots définitifs les disputes pour un rien les territoires à protéger qui n’existent pas les camps retranchés la betterave crue les endives cuites les pâtes froides la tête de veau les abats la confusion ma susceptibilité mes qu’est-ce que tu fais là mes c’est comme ça la monnaie de singe les saules pleureurs la corde raide la corde à sauter le foie de veau le lait de jument le corned beef les boîtes de conserve la timidité le bord des choses les basiques le prêt à penser le givre dans le frigo les choses arrêtées tout ce qui est apprêté les secrets de famille la tyrannie le sapin de Noël en plastique le sapin de Noël qui détruit les forêts les chômeurs déguisés en pères Noël les mensonges aux enfants la retraite le repos le farniente la gueule de travers la teigne le loup et l’agneau la victime et le bourreau les catalogues de vente par correspondance les associations de parents d’élèves l’air dégoûté l’air de ne pas y toucher le mépris la veulerie l’infidélité à soi les pièges tendus la connivence les paroles dans son dos la fatuité le laisser-aller l’inutile le superflu les pas en avant et les pas en arrière le rentre-dedans le gagne-petit la princesse au petit pois le ton cassant les propos blessants les peut-être les il faut les tu dois Blanche-Neige les sept nains le renoncement les découragements les dénégations Cendrillon le caquet rabattu la science infuse l’air du temps la méchanceté l’animosité le côté revanchard la tachycardie les coups de soleil les massacres à la tronçonneuse la poudre de perlimpinpin la petitesse mes fuites en avant mes barrières de défense le refus d’entendre le refus de nos différences les masques les faux-semblants les stratégies les stratagèmes le pourquoi du comment les aurores boréales la calotte glacière les voyages en montgolfière hier et demain mon cannibalisme ma dévoration mon refus de m’ouvrir à lui de le recevoir en moi de lui ouvrir mon cœur et ma maison ma retenue ma méfiance envers lui ma méfiance envers moi être son bourreau en faire mon bourreau, pour l’aimer.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne et dernière modification le 29 septembre 2013.
Cette page a reçu 1377 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).