mangez avec Albanel

je vous donne ma place, j’ai pas le costard


Rien que la facture qu’il a fallu payer pour le carton d’invitation grand format, calque transparent avec nom des généreux donateurs de leur comité d’honneur avec comtes (Brantes) et princesse (de Broglie – remarquez qu’elle je la connais) et même un baron (baron de chez baron, le Rothschild de service, plus un tout petit : baron et baronne Ernest-Antoine de Seillière), quelques noms qu’on a repéré dans les rubriques économie (M & Mme Amaury Mulliez – propriétaires Auchan Decathlon Leroy-Merlin Kiabi Flunch Norauto Boulanger St-Maclou j’oublie quoi, M & Mme Robert Peugeot, Mme Serge Dassault avec M & Mme Laurent Dassault oh c’est de bonne compagnie tout ça – tiens, manque le cher Pinault – l’a pas pardonné ? –, et pas de Bouygues dans le tas : là ça ferait quand même trop art moderne pour la culture Coca-Cola).

On croit pas que ça existe et puis si, et c’est à la botte du Sarkozy sous le haut patronage de, il leur renverra bien l’ascenseur. Mais qu’est-ce qui leur a pris d’aller rémunérer un lampiste pour calligraphier mon nom à l’encre bleue, ça non plus je l’avais jamais vu ? Ça dit bien que je suis invité mais apparemment ça ne dispense pas de payer. Oh, pas grand-chose, juste pour le casse-croûte, c’est à peu près comme moi au Bal perdu à Bagnolet le vendredi 14h entre mes ateliers d’écriture : 900 euros la place, mais si vous invitez 12 copains, on vous le fait à 8 500 au lieu de 11 000, moi je vais fêter la 1ère année de publie.net avec les copains qui m’y ont aidé.

Bon, ils s’amusent comme ils veulent. Ça a toujours été le monde clos des puissants, des possédants, des riches que Sarkozy rendra toujours encore plus riche. Ils peuvent se permettre d’aller dîner à 900 euros : c’est défalqué de leurs impôts, le formulaire pour défalquer est joint à l’invitation : défiscalisation des dons.

Simplement, ce qui m’énerve, à voir leurs têtes en imagination, c’est pas qu’ils s’empiffrent et jouent du rince-doigts, ni leur déluge de fric – on pourra toujours se relire le Dîner de têtes de Prévert à leur santé. C’est qu’ils fassent ça là, en plein musée. Sous les toiles, les sculptures.

Qu’il y aura tout près d’eux un Dubuffet qui les avalerait tous, et en riant. Et les affiches décollées lacérées de Villeglé, et les harengs que Hélion, alors qu’il commençait de perdre la vue, peignait directement sur ce marché de Bretagne, à l’intérieur d’une Estafette Renault prêtée par le légumier. Ou les actions de Gina Pane, qui trempait ses bras dans du chocolat porté à ébullition dans son Hommage à un jeune drogué.

Voyez-vous, même en les habillant, comme demandé, de Costume sombre, robe de cocktail, et même en présence d’Albanel, ça fait sale. Ça dit bien cette vieille société condamnée mais qui, en attendant, se repaît de ses avantages.

Il y a une Société des amis du musée, on devrait faire une Société de l’hygiène des artistes. Et aller les saluer, tous ceux-là, à la sortie, on leur ferait juste un petit applaudissement – rien que pour les aider à passer le dessert.

La France ne va pas si mal, c’est sûr. Mais qu’est-ce que j’ai fait pour qu’ils me fichent sur leur liste ?


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 10 février 2009
merci aux 2611 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Ça, on se demande, ou alors - encore pas le bon Bon.

  • Ils doivent inviter tous les anciens de l’action Breton de 2003, mais j’ai pas reçu la mienne.

  • Trop drôle...

    C’est écrit en petit à la fin, mais même sans assister, tu peux quand même faire un don !

    Enfin, suis flatté qu’un personnage invité en si haut lieu et plaisante compagnie, ait accepté l’autre jour une simple tartiflette, sans carton d’invitation calligraphié, à l’ex auberge du point du jour...

    Hé oui, c’est désormais par ce type de tapin que doivent et devront survivre uniquement les musées désormais, statistique ou pas. Pour que les barons payent moins d’impôts.

    Voir en ligne : http://cafcom.free.fr

    • bon, tu me l’aurais facturée 900 euros la tatiflette et le coup de jaja, j’aurais partagé avec le chien ! y aurait peut-être moyen de gaz paralysant qui en ferait une magnifique install (relire le passage sur la moustache et le nez bourbonneux des gardes teutons dans la Belle au bois dormant texte original de Perrault)

    • Ce qu’il faut saluer quand même, c’est la calligraphie comme on n’en fait plus, il faut bien le dire (et donc un employé qui se souvient de ses cours d’antan) : ce "M" à "Monsieur", tout en jambage impressionnant et impressionné...

      Et puis le bleu de l’encre (Waterman, Pélican ?), d’abord sombre, et qui s’éclaircit tout bonnement vers la fin, et aucune faute dans le prénom et le nom : une sorte d’hommage à l’écriture finalement, un pied-de-nez peut-être (ou sûrement) à l’inscription purement "virtuelle", à moins qu’elle ne soit ignorée et que le préposé n’ait été ressorti des caves de Louis XVI avec sa plume d’oie...

      Un carton d’anthologie, à faire encadrer : mais quel dommage que le menu ne soit pas énoncé, cela aurait pu, qui sait, faire craquer certains heureux récipiendaires !

      Voir en ligne : Calligraphie

    • je voterais bien pour un compte rendu spécial dans le Chasse-Clou ! dans les noms de leur « comité d’honneur », je reconnais l’industrie, mais les autres noms doivent être bien curieux à déchiffrer pour qui connaîtrait son Paris de la Phynance... - et moi aussi je m’interroge beaucoup sur QUI est le lampiste rétribué pour la calligraphie (c’est pas de la triche, on voit même l’éclaircissement de l’encre)

      l’an dernier, aussi un mardi (« fermé le mardi », qu’ils disent) alors que j’avais un DV à la BPI pour publie.net, j’avais photographié ce vigile contemplant le défilé de Jean-Paul Gauthier (mode), mais au moins eux ils se cantonnaient sous-sol c’était moins goujat que d’aller se beurrer le ventre sous les artistes

    • La notion de "don spontané" laisse rêveur. Il est vrai : le don dirigé est interdit en France et les banques manquent de donneurs !

    • C’est trop d’honneur !

      Mais je vais convoquer un comité de rédaction extraordinaire ce soir pour étudier cette proposition.

      Il semble en effet utile de donner la plus large publicité à cette charmante invitation (j’opte finalement pour l’utilisation, sur le carton, de l’encre Pélikan, qui n’a rien à voir avec un volatile à plume) qui peut faire des envieux, mais démontre en tout cas comment, en période de "crise du siècle", le Don paisible suit calmement son cours.

      Voir en ligne : Don paisible

    • En pièce jointe, communiqué destiné au « récipiendaire ».

    • Vomir avec albanel !
      Que faire ?
      Manger, boire, c’est meilleurs à 900 balles ?
      C’est la nouvelle culture lancée par notre bon président...

      Voir en ligne : http://lapossonniere.canalblog.com

    • Où est-ce qu’il est écrit qu’il faut allonger 900 tickets pour manger ? Sur le recto, tu n’es désigné ni comme donateur ni comme bienfaiteur ce qui ne t’assujettit nullement au règlement du verso. Simplement, TU ES PRIE D’ASSISTER... et à ce titre, tu peux aller manger gratos avec ton carton ! cqfd... Il te reste maintenant à louer un costume noir, un truc bien trash à paillettes pour faire boule tango. Allez, chiche ?

  • Malgré le persiflage de Dominique Hasselmann en son Chasse-Clou, connu pour sa condescendance envers le pouvoir en place et son dédain des temps surréalistes, je maintiens sans rien y changer le billet ci-dessus.

  • Sincèrement c’est pas la bouffe à 900 euros qui me choque le plus... Parce que bon, si on compte les vins, il y a pas mal de restautrants qui vous afficheront une note individuelle à 900 euros... Ils veulent mettre 900 euros là dedans, grand bien leur fasse. J’ai un copain qui gagne deux fois le smic et qui régulièrement se fait ce genre de restaurant (régulièrement c’est une fois par an maxi...) C’est un choix...

    Non, ce qui me choque profondément c’est le cynisme que je perçois dans le fait de joindre le formulaire de défiscalisation... C’est vraiment se foutre de la gueule du Peuple français... Et le Peuple français se devrait de leur en mettre plein.... la gueule...

  • après le billet de Dominique Hasselmann signalant celui-ci, et via le poids de lemonde.fr, tout un pic de visites, et surtout – en commentaire chez DH – une réaction de Lunettes Rouges, qui est depuis longtemps ma source virtuelle principale concernant l’art contemporain et l’art tout court – je tiens donc à reproduire ici ma réponse :

     

    je ne voudrais pas encourir la colère de Lunettes Rouges, alors que c’est chez lui que je trouve le plus de repères et d’ouvertures sur ce qui se passe aujourd’hui en art contemporain

    je l’ai bien précisé dans mon billet : ce n’est pas le principe du mécénat d’entreprise qui me choque, c’est le fait de vouloir faire leur pitrerie en costume juste sous les toiles, les artistes comme domestiques

    j’ai souffert, quand j’ai publié petit bouquin sur Hopper chez Flohic, de découvrir que certaines des toiles étaient interdites de reproduction, et même d’accès, pour être enfermées dans les coffres de banques ou d’entreprises à fin purement spéculatives

    en littérature, même si évidemment on ne risque pas d’attirer l’attention de ces messieurs dames (et qu’on n’a rien à leur vendre d’ailleurs), il y a plusieurs années qu’on a appris à se débrouiller dans désengagement complet de l’état - nos interventions de terrain, stages, lectures et performances, deviennent alors une ressource à la fois d’indépendance et de partage - ayant enseigné 2 ans aux Bx-Arts Paris je sais qu’il en va de même pour les jeunes artistes plasticiens – je vois bien aussi comment un établissement comme le “104″ dépend du mécénat d’entreprise, y compris location de salle pour défilés etc

    n’empêche que, n’empêche que… les mêmes possédants, l’arrogance des riches, ces ripailles protégées : il y a moyen de faire autrement, et on ne va pas aller se coucher devant eux - au nom même, cher Lunettes Rouges, de ce qu’on défend ensemble

  • j(espère françois que tu as renvoyé le carton en ayant coché la case en bas Je souhaite faire un DON

  • Suggestion d’un qui fait partie de la France d’en bas :
    les mettre tous aux chiottes ...... là finiront en ruine toutes les merveilles ..... de leur cuisine !