pourquoi ils m’ont noyé dans l’eau ?


naissance du site "Le motif", observatoire du livre région Île de France, art de la patate, et comment tiers livre devient une amibe


une autre page récits, labo & fictions, au hasard :
formes d’une guerre | marchant...
A lire : version 2012 de la même tentative, et mon commentaire : l’impossibvlke cartographie du web littéraire.

 

Voici le tout nouveau site du Motif, observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France. On se félicite de cet outil supplémentaire, et de l’attention qu’il prête d’emblée au numérique.

Le site sera lancé au Salon du livre, guettez. Mais, en avant-première, voici la carte de la « blogosphère livre » (nous on dit bouquinosphère) que présente le Motif avec l’hebdo Vendredi. Marrant, parce que j’y retrouvais pas mal des copains, mais incapable les premières minutes d’apercevoir mes propres activités (ni celle des amis de remue.net, pourtant y a de l’ancienneté, de l’huile de coude, et un fameux aréopage : n’existent pas, remue.net), pas plus que publie.net n’a les honneurs de la rubrique éditeurs : ah ben ils font fort, pour un observatoire, le Motif.

J’ai fini quand même par me trouver (mais pas remue.net, qui taille sa route de façon indépendante depuis 4 ans) – sauf que je suis ni auteur, ni éditeur, ils m’ont mis... dans l’eau. Noyé comme un poisson. Vraiment, parce qu’ils ne savaient pas où me mettre ?

Et à quoi chacun on doit la grosseur de sa patate ? J’aurais bien poussé la mienne vers l’agrégat liminaire/désordre/parl... Apparemment, ils ont tout simplement oublié les revues en ligne, pas mal pour approcher la livrosphère...

Allez, le Motif, cher Vincent : on se met au boulot sérieux, après les amuse-gueules ? 750 000 euros pour nous regarder, c’est pas les moyens qui vous manquent, vous pourriez au moins vous payer un petit télescope au BHV pour nous regarder de si très haut...

Ou allez faire une petit tour dans mon propre agrégateur : les 100 blogs ?



retour haut de page

écrit ou proposé par : _ François Bon

Licence Creative Commons
Site sous licence Creative Commons BY-NC-SA.
1ère mise en ligne et dernière modification le 12 mars 2009.
Merci aux 3348 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page.




Messages

  • J’en ai vu bien d’autres, concernant la blogosphère (celle qui peut éventuellement aussi se préoccuper des livres et des textes mais pas que) et ce genre de cartographie est rarement pertinent : l’internet trop multiple et mobile et (é)mouvant s’y prête mal (ou alors : il faudrait que chacun fasse sa liste des 100 et qu’on recoupe afin d’obtenir les communs à tous). Et ceux qui s’y lancent sont rarement ceux qui s’y connaissent vraiment (lesquels, trop occupés à créer ont d’autres chats à fouetter que de cartographier). Du coup ils passent à côté d’incontournables.
    Non ?

    Voir en ligne : traces et trajets

  • Moi, j’y suis...Mais on ne me voit pas...Avec les 7 mains, nouveau né d’à peine un mois, pas une dent, pas un vaccin, pas un sourire, à peine s’il voit encore le monde remuer nettement

    En revanche, L’exil des mots qui besogne sa route depuis plus de deux ans et demi, est évidemment absent..

    Il est vrai que je ne suis pas un Hauteur ! Et que je n’écris que des conneries, là-dessus et que s’il fallait mettre tous ceux qui n’écrivent que des conneries, y’aurait pas de place pour tous ceux qui écrivent des choses qui sont pas des conneries...

    Toute sélection est forcément discriminatoire...

    Numérique ou pas, le vieux monde ne change pas facilement d’encéphale...

  • Mais non François, regardez ! À ces planètes il fallait un soleil ! Un centre paternel ! Un fécond attracteur !
    Vous êtes le soleil, François. Noyé dans l’azur.
    C’est tout de même un peu plus flatteur. Mettons.

    • Je ne vois pas le moindre danger de noyade là-dedans ; c’est une ile, on ne voit qu’elle et on se réjouit tous d’aller y passer nos heures de loisirs, auprès du gentil organisateur, tout ce qui est de valeur y est proposé, rien n’est imposé
      Quant au classement de télérama, on est des grands,pas besoin d’assistance , on se débrouille très bien seuls et mélanger compétition et lecture, c’est vraiment une idée bas de gamme ; quand on aime, on ne compare pas, idem en musique, pourquoi irait-on classer Schubert, Chuck Berry et Paolo Conte ; çà n’a pas de sens

  • On a l’impression retrouver comme une capsule de bouteille de coca cola : pas trop secouer, sinon ça explose... Mettons.

  • Cher François,

    Pas du tout, tabernacle ! ce que nous avons voulu symboliser, c’est que vous étiez, justement, au centre de tout, le pape et le père d’un espace en mutation permanente dont vous étiez le point d’attache, une forme de permanence déclenchant un mouvement perpétuel. D’ailleurs, au départ, j’avais souhaité que vous ayez toutes les couleurs de tous les environnements, bibliothécaires, auteurs, libraires, lecteurs. Les graphistes ont trouvé cela peu clair. Mais , pour nous,surtout pour moi qui suit novice dans cet univers 2.0 et me nourrit largement de vous, comme à Bagnolet, vous êtes bien au coeur de la blogosphère, Hal branché toujours présent.
    A vous, cher François,

    Vincent Monadé
    Directeur du Motif

    Voir en ligne : le motif, observatoire du livre et de l’écrit en Ile-de-France

    • merci Vincent - mais justement tout d’un coup on se retrouve au centre du vrai débat :

      Internet n’a pas de "centre" - si je fais partie de ceux qui s’y sont mis très tôt (96-97), il y avait déjà Patrick Rebollar, Isabelle Aveline et d’autres dans le paysage

      Internet n’a pas de hiérarchie : on nous fabrique régulièrement des papes, en général nord-américains, et l’avantage de ceux-là d’ailleurs, Steve J ou O’Reilly, c’est qu’ils démontent eux-mêmes ce genre de discours - me frappe terriblement, ces derniers mois, combien les expériences les plus novatrices sur le Net sont le fait d’implications hors institution (d’où l’impression que les pouvoirs publics, s’ils ne nous soutiennent pas, c’est plutôt par myopie et surdité natives que par manque de volonté), voir FeedBooks (encore un absent de taille sur votre graphe : 8 sites pour ce qui qui concerne la veille numérique "prospective" hé bé... ou la façon dont ce champ de patates coloré est définitement impuissant à classer les noeuds d’intensité et de circulation, bibliobsession rejoignant Pierre Assouline

      alors même sur le ton de la plaisanterie, il est dangereux de se fier aux vieilles catégories : laissez le pape à sa politique négationniste

      et pas plus de père que de saint-esprit : oui, il y a un fait générationnel dans le web, et parfois curieux, en discutant avec certains amis de mon âge, qu’on se trouve à discuter sans cesse (et apprendre) d’autres qui ont 20 ans de moins - mais c’est pas ça qu’ils nous demandent, et nous on a assez de peine à s’ouvrir à leurs vocabulaires et techniques, et tant mieux si un dialogue s’établit, où notre vieux cuir tanné peut permettre quelques jonctions avec ce qu’on défend de toujours, pour moi en littérature

      alors bonne et longue vie à votre luxueux observatoire, on sait bien, de notre côté, que ceux qui font le boulot de terrain seront toujours la dernière roue du carrosse, mais qu’on ne nous greffe pas l’insulte en plus, pas plus que pape et père que dieu ni maître, et c’est précisément parce que la politique n’arrivera pas à faire le ménage chez nous, pas plus Hadopi que les autres, qu’il n’y aura pas de centre ni d’attache, encore moins de permanence puisqu’on a tout sans cesse à apprendre

      allez désolé, je retourne au boulot – et merci de retirer de votre site en préparation le texte de tiers livre que vous m’aviez demandé autorisation d’y intégrer - la merdouille people assez donné

      excusez cette réponse excessive - mais trop à cran : ça fait des années qu’on se débrouille tout seuls, alors si vous voulez être crédible, un peu de professionnalisme pour commencer

  • Pourquoi les blogs sont-ils "de bibliothèques" alors que ce sont des blogs de bibliothécaires ? Et que les autres sont des blogs de lecteurs, d’éditeurs, pas de "lecture" ou de "maison d’édition" - ah, les mots...

  • C’est quand même fou, qu’on trouve dans nos "blogs de lecteurs" certains espaces où on lit à la pelle, je dirais à la truelle ; où on fait du résumé de livres sans en tirer le sel ; où surtout on dit j’aime, j’aime pas, ceci en donnant pourquoi pas des notes, où on dit sa lassitude ou son petit plaisir.

    Inutile d’aller sur internet pour trouver cela : certains articles de certains suppléments papiers suffisent. Je ne viens pas sur la bouquinosphère (très bonne trouvaille, je note, je reprendrai, je ferai passer) pour ces bavardages-là qui, toujours pelle truelle en main sur clavier, souvent massacrent nos littératures.

  • Je découvre "Le Motif" et envie les motivations de la Région.
    Cela me semble pourtant une vision idéalisée, ou une main mise de l’Etat sur les Lettres - tout dépend du degré de pessimisme voire cynisme..
    Oui, ça m’a l’air chouette. J’aimerais un tel organisme en province..
    Mais il me semble que, quand on a cette vocation, on ne peut décemment pas établir une telle cartographie sans préciser ses critères de sélection (mais peut-être sera-ce fait..)..
    Un observatoire se doit, il me semble, être objectif. Et, au vu du commentaire du président,..

    Peut-être me trompe-je dans mes réflexions.. Veuillez m’en excuser et me corriger si tel est le cas.
    Une chose certaine : je vais suivre "Le Motif", il ne peut pas en sortir que des cartographies du genre, et accordons-lui le bénéfice de son jeune âge. :)

    • absolument d’accord, et suis conscient d’avoir des réactions exagérées sur ce genre de question - mais le meilleur que nous on doit à Internet, c’est la façon dont ça nous change les modes de pensée, ou tout du moins d’appropriation ou représentation du réel, alors que ce genre d’initiative (j’ose quand même pas les imaginer envoyant des messages sur face book 3 jours avant, disant : "on oublie personne, vous êtes sûr ?") en revenant à des schémas préconçus, loupent complètement ce qui se passe en vrai, et qui ne se résout pas à la simplification : un premier axiome qu’on sait tous, par exemple, la chaîne du livre est totale en chacun de ses points – aucun de nous pour être cantonné à un seul domaine, mais au contraire a connexion avec chacun des autres – la petite patate de La Feuille inversement proportionnelle au mamouth boulot de Hubert, c’est qu’un exemple - et à quoi bon dessiner un cercle avec 10 auteurs dedans, quand on est 50 à l’intérieur de ce cercle occupés précisément à dissoudre cette frontière, notamment parce qu’on est aussi lecteurs, et qu’il n’y a pas, dans la patate "lecteurs" de site qui réfléchisse et intervienne sans déplacer son objet... allez, passons à autre chose et moi ça me concerne pas, je déménage

    • T’as raison, François....Tout ça n’est qu’une affaire de patates et les patates c’est fait pour la cuisine. Et c’est pas bon quand c’est servi réchauffé, en plus.

      En tout cas, ce plat-là, multicolore et bien présenté, fait causer beaucoup.
      J’ai même lu un renard qui n’y était pas et qui, lui, était tellement content de son absence ! Je dis un renard parce que faut relire la fable "Le renard et les raisins ".

      Allez bon vent et beaucoup de choses !

      Moi, je me prépare à rentrer un peu...

      Pas dans ma coquille. En France.

  • Les représentations graphiques sont toujours très difficiles (et très sensibles), parce qu’elles donnent à voir très rapidement une réalité complexe. Je ne sais pas dans quelles conditions Geoffrey a réalisé cette affiche (je suppose dans des délais assez courts). C’est une carte qui ne montre pas les échangeurs, les noeuds, qui met un peu sur le même plan des univers différents ou qui ne montre pas vraiment les équilibres (s’il fallait représenter les points chauds, il faudrait donner toute la place au blogs de dessinateurs, qui représentent sûrement la plus grosse audience), qui a forcément des oublis et des manques. J’ai lu pour ma part ton positionnement central François, comme un hommage et une révérence, même si, sur le fond, je suis d’accord, ce n’est pas ainsi que la blogosphère du livre est. En fait, la carte se présente comme un représentation de la réalité, mais dont on ne connait pas les critères (audience, visibilité, influence ???...). C’est forcément pour cela qu’elle peut être mal interprétée.

    Nonbstant, pour ma part, j’ai découvert plein de blogs dans la sélection du motif et trouve le dossier assez bien équilibré (manque peut-être un peu d’expériences littéraires pures).

    Hubert Guillaud

    Voir en ligne : LaFeuille

  • Placer sur le papier hiérarchise, comme vous le dîtes bien, ou organise de facto une sélection qui, par la force des choses, tombe à plat. La réalité de nos blogs obéit en réalité à des interactions multiples et d’intensités variées, nous sommes d’accord.
    Ceci étant, nos observateurs ont repéré au cours de leur travail des blogs comme celui de Lucien Suel ou le mien, pour lesquels il faut quand même chercher un brin, si vous voyez ce que je veux dire.
    Cordialement,

    Voir en ligne : Si tu vois ce que je veux dire