autobiographie des objets | 53, poule mécanique

de la chirurgie des ressorts

revenir au sommaire
découvrir un objet au hasard !
(rafraîchir la page si mise en boucle...)

J’ai possédé une poule mécanique. Pas de gloire à en tirer, nulle relation affective qui ait permis à la mémoire de fixer plus que le nom, et quelques sensations. M’étonnait surtout le mouvement des deux pattes articulées, une sorte de marche en ciseau qui lui permettait d’avancer. J’ai dû plus m’en servir comme ça, à l’envers, pour comprendre, qu’à la laisser se déplacer. Dans mon souvenir, un autre étonnement c’est que les ailes battaient en marchant, le cou aussi remuait au même rythme. La queue était en tôle multicolore, d’ailleurs l’ensemble peint de couleurs vives. C’était la fin des magnifiques automates du XIXe siècle, réduits à n’être plus que cela, volaille de démonstration pour Noël ou anniversaire, peut-être pour avoir d’abord provoqué l’étonnement de l’adulte qui l’offrait.

De toute façon je n’ai jamais aimé les bêtes à plume, toute catégorie tout format, les copains dans les fermes (André Macaud) me montraient comment ils s’en emparaient, la poule battait des ailes méchamment, sentait mauvais et déféquait, merci bien. En fait, j’en avais peur.

L’important, c’est la clé. J’entends le grincement du ressort qu’on remonte, et déclic au moment où on le lâche, chaque jouet mécanique comportait une petite tirette à cet effet. Je ne saurais pas mieux décrire extensivement l’univers des jouets à ressort avec clé. Des voitures de course en tôle légère, qui allaient droit, et bien plus facilement que celles à friction, tôle mince aussi, et durée de vie en proportion : on les faisait rouler trois fois en marche arrière et puis on relâchait, ça partait à toute allure droit devant – ce qu’on ne recommande comme comportement à personne dans la vie en général.

Des motos d’emblée futuristes – l’homme de laiton masqué qui pilotait la moto était capable, lorsqu’elle butait contre un mur ou un pied de table, de contourner l’obstacle, faire même demi-tour. Mais si on le posait directement sur la toile cirée de la table de cuisine, il fallait se dépêcher de passer de l’autre côté pour lui sauver la vie quand il basculait dans l’abîme. À clé aussi ce qui ressortissait de la famille des boîtes à musique, petits manèges avec chevaux à bascule. D’ailleurs la clé pouvait survivre longtemps à l’objet, et dans le fond de la caisse à jouets on trouvait toujours quelques clés dépareillées, sur le même et sempiternel modèle de laiton ovale embouti et replié en carré. Le picot de fer sur lequel on les emboîtait, dans la poule ou la moto, je le revois aussi facilement.

Parfois, sur les trottoirs près des gares, on voit encore des vendeurs de tels jouets, fabriqués en Asie et qui n’émerveillent plus guère. C’est pourtant cela qu’ils cherchaient à provoquer : disposer soi de ces mécaniques qu’on apercevait en vrai, motos à la fête foraine tournant à la verticale dans un cylindre de bois, et puis les mécaniques avaient contaminé l’espace domestique – l’aspirateur électrique était d’abord un gros jouet, n’est devenu utilité que lorsqu’il n’a plus émerveillé.

J’ai souvenir très vague aussi de voitures télécommandées, un petit volant sur une commande de laiton, et un fil pour la suivre à deux mètres. Même destin que les automates : cela finissait démonté. Ça, nous savions faire, et il me semble avoir toujours disposé, dans l’enfance, de ressorts en spirale séparés de leur tôle aussi inutile que la carcasse d’un vrai poulet après le repas du dimanche midi. Rien à voir avec l’équilibre fragile des pièces d’un réveil-matin ou d’une montre, quand on pouvait aussi en démonter une.

Nous avons plus tard offert des voitures télécommandées à nos garçons, de même que j’avais reçu autrefois une poule mécanique. Âge où les lendemains de Noël se passaient à courir les magasins de piles, et trois semaines plus tard la panne définitive. Les voitures télécommandées que testaient sur le trottoir ou dans leur cour les enfants des voisins étaient nettement plus belles que celles qu’avaient reçues les nôtres, le rêve n’était pas au rendez-vous. Mais peut-être déjà parce que période révolue : l’émerveillement de la technologie, et où elle agit en miniature pour l’enfant les rouages de ce qu’elle accomplit dans le monde en général, s’était déporté hors de la mécanique. Le symbole en était peut-être le Télécran : ardoise rouge à écran gris, et deux boutons pour tracer des horizontales et verticales, des diagonales ou obliques si on se synchronisait bien, des remplissages au noir si on était patient. On ne savait jamais refaire exactement les modèles inclus dans la boîte, sur un mince livret séparé. Ce jour-là, nos Meccano et autres constructions à vis, écrous, axes et agrafes (construire cependant grues et treuils, véhicules hérissés, mais avec des vraies roues de caoutchouc et des vitres en nylon transparent perforé comme les pièces de métal), avaient entamé leur régression. Le Télécran n’emmenait guère loin, mais les deux boutons à faire des images étaient les mêmes que sur le poste de télévision.

Les magasins de jouets, leurs catalogues quand ils nous arrivaient un mois plus tôt, étaient tout l’espace du rêve impossible, le jouet qu’on recevait – ne serait-ce que la poule mécanique – la preuve que le rêve était partiellement accessible. Cela aussi, j’en ai vu une sorte de fin avec mes enfants : industrie de masse du reproductible, même si Playmobil ou d’autres s’y connaissent toujours en mécanique du rêve, lorsqu’il joue avec les codes et symboles de la vie complexe où nous sommes.

De quel jouet saurais-je aujourd’hui rêver ? Un téléphone qui tombe en panne, un accès Internet qui ne s’établit plus, sont pour les enfants eux-mêmes une catastrophe plus grande, que toute poule mécanique cassée.

LES MOTS-CLÉS :

françois bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne 27 octobre 2011 et dernière modification le 10 février 2013
merci aux 2169 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • Bonjour !
    Pour moi qui ai toujours aimé les poules... je suis étonné de la tendresse similaire que m’inspirent les poules mécanique (à clé seulement).
    Je n’ai pas réussi à analyser ce penchant pour la tôle peinte mais le système de propulsion à ressort doit y être pour quelque chose : son bruit, sa détente soudaine, le toucher de la clé...
    J’ai élaboré une théorie sur l’analyse du couple à travers ses objets* mais comme la poule mécanique reste un jouet essentiellement individuel, mes travaux surréalistes ne servent à rien. Cordialement

    * "Dans le vif de l’objet" dans les pages de mon blog william-radet.fr

    Voir en ligne : Dans le vif de l’objet

  • Plus Légo que Mécano. Moi aussi, attiré par le comprendre et le comment des jouets mécaniques. Pas eu d’enfants. Pas eu le choix. Merci pour ce joli texte bien construit. Me suis retrouvé à beaucoup d’endroits.

    Voir en ligne : http://nicolasbleusher.wordpress.com

    • merci de la visite, Nicolas – oui, c’est la bien la difficulté où je suis à empiler ces trucs retrouvés à tâtons, avec source éminemment volatile (surtout celui-ci !) – donc danger est de s’appuyer sur la rhétorique et la construction, quand la matière est fragile – impression que ce sera la 2ème passe du travail

      en même temps, quand je pars dans écriture, la plupart du temps après 3 ou 4 ou plus de jours préparation mentale, la découverte c’est l’espace des relations, non prémédité, qui s’en induit

      non pas viser l’objet lui-même, mais sa place dans la transition qui s’exprime au présent, et ne se révèle telle que rétrospectivement

    • Je me suis moi même retrouvé dans cet article !
      Je trouve votre blog très intéressant Monsieur François Bon !

      Piloter une lamborghini

      Decouvrez ce magnifique stage de pilotage et piloter une lamborghini sur le circuit abbeville.

  • La clé était elle-même comme la reproduction à l’envers de celle ouvrant une porte puisque son intérieur était creux et devait s’encastrer dans l’objet lui-même avec sa protubérance.

    Le plaisir de tourner la clé devient, ici, celui même de "remonter" le temps : un peu comme les montres mécaniques dont on poussait la mini-molette en avant et en arrière et que l’arrivée des piles a envoyées au rancart.

    Les jeux à clé (belles illustrations du passé colorié) étaient une amusette ne prêtant pas à conséquences - hors mémoire surgie tout à coup grâce à ce texte - et le ressort en semblait la plupart du temps incassable : on sentait l’endroit où était la butée, et donc la fin possible.

    Nos petits mannequins, nos voitures de course, mes enfants en ont eus et je sais où se trouve encore ce véhicule en tôle (genre coupé), bleu flashant, au parking dans une petite valise à Paris.

    Sur le trottoir de la place de la République, un marchand "à la sauvette" fait tourner en rond ses petites marionnettes (à pile, sans doute). Mais bientôt l’espace sera "réaménagé" et il n’aura plus d’endroit où faire ses démonstrations : toute présence sera encadrée, et un certain ressort définitivement cassé.

    Voir en ligne : Le Tourne-à-gauche

  • Lu ce billet tout en vendant des joujoux mécaniques … à la pelle en ce jour animé de vacances de Toussaint.
    Chez moi la marchande de jouets de la galerie Vivienne, la mélancolie des joujoux d’antan n’a pas intérêt à pointer le bout de son nez. Ici enfants, parents, ados boutonneux, mamies, tontons, accros aux jeux vidéos et à tout le tralala des jouets vus à la télé savent aussi bien rigoler des pirouettes de mes animaux zinzins, des avancées saccadées de mes cavaliers mal foutus, des virées endiablées de mes cafards mécaniques. Tous, en plastoc mais si fiers de prendre la relève de la poulette métallique à clef et autres sbires d’antan , en provoquant chez toute personne tournant leur petit mécanisme, une bonne marrade !

    Voir en ligne : Si Tu Veux

  • « Un téléphone qui tombe en panne, un accès Internet qui ne s’établit plus, sont pour les enfants eux-mêmes une catastrophe plus grande, que toute poule mécanique cassée. »

    Allons, François, tu ne parles que d’une catégorie très ciblée d’enfants : pays industrialisés, milieu aisé, âgés de plus de 7-8 ans.

    (Sinon, j’aimerais bien lire ces objets d’autobiographie en recueil. Est-ce prévu, même après le livre ?)

    Voir en ligne : Touraine sereine

  • lorsqu’une poule, mécanique, rencontre un singe, métallique, c’est forcément quelque part, au fond de la mémoire. Il n’a, je crois, jamais porté de nom ce ouistiti, et sa clé restait prudemment attachée derrière son dos. Il faisait un peu peur, le singe-acrobate dans sa livrée rouge à brandebourgs, avec son visage grimé de blanc sur ses poils bruns. Je ne suis pas sûre de l’avoir jamais aimé vraiment mais il est quelque part là-haut, dans un carton non déballé depuis le dernier déménagement, après avoir successivement habité 5 maisons (peut-être 6 ?). Il est entré dans ma vie par surprise un matin de Noël, sous le sapin immense négocié avec le garde-forestier et décoré d’une guirlande électrique composée d’ampoules jaunes (des phares de voiture ?). Roulements de tambour, tourner la clé, et le singe faisait des cabrioles jusqu’à épuisement du ressort dans le scintillement d’une piste aux étoiles parfumée par les aiguilles du sapin et la cire consumée des bougies.

    Voir en ligne : la poule mécanique et le singe métallique