l’homme qui reconstruisit la tour de Pise

elle est là, dissimulée en plein champ, la tour de Pise à Saclay


Retour index général du web-roman.

 

On n’évoquait qu’à mi-voix, sur le plateau de Saclay, ces physiciens qui se prenaient d’une idée fixe, et qu’il valait mieux soit laisser dans un bureau isolé au bout d’un couloir, soit leur proposer une discrète sortie du labo. On ne les estimait pas moins : c’est souvent leur travail même, et l’intensité de la pensée, qui les avait poussés à ces zones de non-retour. Et fini le cliché du savant maudit : non, la plupart n’étaient guère dangereux.

Donc, ce chercheur hautement réputé dans l’optique avait voulu traiter d’un problème insoluble aux yeux du commun peuple : la tour de Pise ne penchait que dans un seul sens.

On pouvait construire un bâtiment, bien sûr qui pencherait un peu moins que la tour de Pise, mais qui en respecterait strictement les dimensions extérieures, et qui – à l’opposé du célèbre monument italien et de son itinéraire touristique – présenterait le même angle d’inclinaison de quelque point qu’on l’observe.

C’est précisément pour cela, tout auprès de son premier labo, qu’il avait voulu l’ériger dans l’espace dégagé du plateau. Visible de partout à 360° dans un rayon de six kilomètres, pour un réseau de mesures vérifiables par tous.

Sauf qu’il n’avait pas prévu l’usine. A peine eut-il terminé l’élévation de sa tour, que l’usine s’implantait tout auprès. Finie, la démonstration globale, même si le champ restait libre à 270° de l’horizon des champs. « Mes champs optiques », disait-il fièrement.

On disait qu’il n’avait pas supporté. On disait que c’est pour cela, le bâtiment à peine achevé, qu’il en avait occulté la totalité des ouvertures et fenêtres, s’était totalement désintéressé de sa propre démonstration. Il n’y avait plus que les gens du rond-point, le garagiste, le bistrotier, qui vous l’indiquaient et vous suggéraient d’aller au bout des deux routes vérifier cet étrange phénomène optique – la tour penchait légèrement, mais penchait quel que soit le point précis d’observation.

On disait que lui, le bâtisseur, s’était depuis reclus dans sa tour (il avait vendu son appartement et tout ce qu’il avait pour acheter ce terrain), et y avait remplacé l’optique par l’apprentissage du violon.

L’usine voisine restait indifférente, close sur elle-même.

 

LES MOTS-CLÉS :

responsable publication françois bon © Tiers Livre Éditeur, cf mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 avril 2012
merci aux 676 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page