A propos de sandrine cuzzucoli

Aime le temps suspendu en contemplant, lisant, dessinant, parlant, regardant le plafond, les visages, peintures, ciels.. Dans mes études passées mais encore présentes!: la littérature américaine, italienne, les beaux-arts, la traduction et d'autres choses depuis... Ecris en revue depuis environ 5 ans, dessine depuis plus, c'est un aller-retour constant un peu comme un Appel de la Forêt, le titre d' un des premiers livres de Jack London- que j'ai aimé!

autobiographies #15 | ses yeux se referment

ses yeux se referment, elle s’est rendormie ; le mobile descend ; sur cette autre petite scène du théâtre miniature, elle, l’artiste au visage de madone qui répond au nom de famille de Cage, bouge étrangement c’est parce qu’elle fait partie du Continuer la lecture autobiographies #15 | ses yeux se referment

autobiographies #14 | dans un des livres anciens

dans l’un deux – elle s’était encore réveillée – n’avait-elle pas trouver un jour en vrai il y a quelques années une carte postale en noir et blanc dont l’image représentait un bateau malmené par une mer agitée sous un Continuer la lecture autobiographies #14 | dans un des livres anciens

autobiographies #13 | Elle s’était ainsi dirigée

elle s’était ainsi dirigée vers ce petit théâtre miniature semblait-il dès le second ou troisième village traversé soit vers ces présences sculptures en ronde bosse récurrentes prenant forme sur la porte du train à partir des voix du compartiment couloir Continuer la lecture autobiographies #13 | Elle s’était ainsi dirigée

autobiographies #12 | elle rentrait à présent

elle rentrait à présent aurait-on dit dans la petite pièce principale de l’appartement à côté de la mer et des marchands d’oranges, des aiguiseurs de couteaux, gli arrotini, assis par terre ou debout près de leurs établis ambulants tels que Continuer la lecture autobiographies #12 | elle rentrait à présent

autobiographies #11 | le feutre

le feutre était ce matériau conducteur et épais comme le silence sous le feutre qui conduit la chaleur vers un corps-pierre refroidi durci affaibli à l’écoute pourtant d’un battement un son diffus et gris anthracite grinçant parfois au toucher plus Continuer la lecture autobiographies #11 | le feutre

autobiographies #10 | elle écoutait

elle écoutait le silence dans le compartiment du train entrecoupé de respirations (tantôt faibles tantôt marquées, plates ou rondes), de toux, de rires exubérants ou discrets et même parfois de pleurs ; à leur contact, elle écoutait son corps dont le Continuer la lecture autobiographies #10 | elle écoutait

autobiographies #09 | dans le silence de la nuit

dans le silence de la nuit…elle dormait… …elle portait des perruques aux cheveux longs et son visage maquillé à outrance sur les tournages (en vrai, sa deuxième maison) dégageait une  odeur envoûtante de fard à la rose sucré faisait souvent Continuer la lecture autobiographies #09 | dans le silence de la nuit

autobiographies #08 | à Saidnaya

à Saidnaya, derrière les minces portes en verre coulissantes du meuble à bibelots, sur de petits napperons brodés à la main reposaient d’antiques pièces de monnaie ; autour d’elles une aura de sacralité ; certaines représentaient des statues de forme conique flanquées Continuer la lecture autobiographies #08 | à Saidnaya

autobiographies #07 | san giuseppe (projet II)

san giuseppe tel ce patriarche maronite qui est son père aux traits tirés au dos courbe un peu penché sur l’envers d’une partition musicale lui faisant face l’aidant- elle petite – à déchiffrer une composition à interpréter au violon à Continuer la lecture autobiographies #07 | san giuseppe (projet II)

autobiographies #06 | sicilia! (projet II)

sicilia, sicilia !….patria, patriarca !…..dans le train les dossiers des banquettes de velours sombre appuyées au murs des compartiments dessinaient en leurs centres des rectangles striés clairs de tissu élimé tirant vers le gris un blanc sale encadré par les appuie-têtes les Continuer la lecture autobiographies #06 | sicilia! (projet II)