# 40 Jours # 38 | Trois pays

61 l’année suivanteil y a une rime qui me plaît, fausse sans doute parce qu’elle n’est qu’au dire, pauvre peut-être pas, tout dépend de l’accent qui fait « qu’on soit Mozart ou John Coltrane/ C’est toujours le même blues qu’on traîne » – il n’y avait pourtant pas de ce genre de sentiment (le fameux de Baudelaire, celle des Portugais – Amalia Continuer la lecture# 40 Jours # 38 | Trois pays

#40 jours #32 | Jumelages

Sauveterre n’est jumelée à aucune ville, et elle ne le sera pas parce c’est impossible. C’est qu’il ne s’agit pas vraiment d’une ville locale. Il y a en elle quelque chose qui fait que même les natifs sont toujours dépaysés. C’est comme s’il gardaient toujours au fond d’eux ce sentiment d’être chez soi en terre étrangère. Oui, ici, il y Continuer la lecture#40 jours #32 | Jumelages

# 40 Jours # 37 | quatre fois

37Des quatre fois où j’y suis retourné je ne l’ai revue qu’une seule, mais je me trompe : j’y suis retourné cinq fois car je crois deux fois avec un cousin. Et je l’ai revue deux fois. En réalité non, je n’y suis retourné qu’une seule fois avec lui (c’est le fils du premier lit de celui qui demandait « la rue Continuer la lecture# 40 Jours # 37 | quatre fois

#40 jours# 34 – le premier s’est effacé

Les deux frères sont beaux et c’est l’été. L’été passé, écrasé de chaleur et de mouches. L’été des adultes désertés, des enfants seuls aux mondes dans la petite pièce poussiéreuse entre deux box. Un été qui étouffe, passé à l’ombre des choses que l’on trouve dans ce genre de lieu ; brosses, poussière, chats, selles, licols. Les filles sont nombreuses et Continuer la lecture#40 jours# 34 – le premier s’est effacé

#40JOURS #37 Y revenir sans relâche

Il décrit avec une grande précision une sensation qui s’empare de lui à son arrivée au Canada. En posant le pied au Canada. Pendant son séjour, la sensation s’estompe, pour revenir très intensément quelques heures avant son départ vers la France. Il n’arrive pas tout de suite à ce diagnostic. Je dis qu’il décrit avec précision, ce n’est pas tout Continuer la lecture#40JOURS #37 Y revenir sans relâche

#40 jours #25 | La maison cassée

Il n’a plus de batterie ni de plan mais il s’en fout, le quartier est agréable. Il est en pente et tout ramassé, on dirait un petit village abandonné. Abandonnée la boulangerie devenue chambre d’hôte mais qui a gardé son nom. En remontant la rue, il note les bornes en béton cassées comme de vieilles statues antiques et se demande Continuer la lecture#40 jours #25 | La maison cassée

#40 jours #31 | SVT Airport

Un jour, j’arriverai par avion. C’est vrai, la voiture c’est tous les jours, le train c’est une fois l’an. Mais l’avion… Pourquoi est-ce que je le prendrais seulement pour des grandes destinations ? Aéroports de Bordeaux, Marseille, Paris, Londres, Lisbonne, Tunis, Montréal… et pourquoi pas Sauveterre en avion de ligne ? La piste va être refaite en dur. Mille quatre cent dix Continuer la lecture#40 jours #31 | SVT Airport

#40 jours# 33- Autoportrait en inquiétudes

La chose avalée, inquiétude Les yeux fous de la mère dans la petite fenêtre en haut à droite de l’écran, effroi Le gout indéterminé qui dure dans la bouche, inquiétude Le coude retourné, effroi La tenue de concours blanche et le sang entre les cuisses, inquiétude La lame du couteau contre la gorge pour rigoler, effroi Le mauvais nom dans Continuer la lecture#40 jours# 33- Autoportrait en inquiétudes

#40jours #40-1 | bibliographie

Au bout du parcours, j’ai éprouvé le besoin de rassembler la bibliothèque de l’atelier. Exercice de copier-coller. Merci François pour tout ça ! Bibliographie Jacques Abeille, Le Veilleur du jour / Les Jardins statuaires (Le Tripode, 2015 / 2016) Samuel Beckett, Comment c’est (1961) / Le Dépeupleur (1970) Walter Benjamin, Sens unique / Enfance berlinoise / Paris, capitale du XIXe Continuer la lecture#40jours #40-1 | bibliographie