A propos de Will

Formateur dans une structure associative (en matière de savoirs de base), amateur de bien des choses en vrac (trop, comme tous les grands rêveurs), écrivailleur à mes heures perdues (la plupart dans le labyrinthe Tiers Livre), twitteur du dimanche sur un compte Facebook en berne (Will Book ne respecte pas toujours « les Standards de la communauté »), blogueur éphémère sur un site fantôme (willweb.unblog.fr, comme un vaisseau fantôme).

#photofictions #03 | La Perle sucrée

Fumier de lapin ! tu crois que j’te vois pas ? j’t’entends tu sais, qui gratte à côté, j’te vois derrière cette porte, tes griffes sur un bout de tissu, et c’est sûrement le tapis, j’vois bien comment tu peux faire, là dans le salon, c’est pas parce que j’suis dans le bureau, j’t’entends sur le tapis, un coin patchwork Continuer la lecture#photofictions #03 | La Perle sucrée

#photofictions #02 | Turricule globulaire

Une photo graphique dans le cadre de « l’extrême proche ». Si je prends l’expression au pied de la lettre, dans le cadre de l’écriture, cela me renvoie directement au texte précédent. L’extrême proche consisterait à reprendre un élément, un point de détail — de la même façon que Barthes voyait dans un tableau de Nicolas de Staël quelques centimètres carrés agrandis Continuer la lecture#photofictions #02 | Turricule globulaire

#photofictions #01 | Lieu d’aisance et feuillées

Comment passer du coq à l’âne ? f : « … qu’on se sépare, tout de suite, dès le début, de cette idée qu’on écrit sur, une image, qu’on s’appuie sur une image pour, explorer ce que ça change au texte. Non. — … qu’on réfléchisse sur l’écriture elle-même, sur le soi, auteur, sur la fabrique du soi auteur, eh bien, on Continuer la lecture#photofictions #01 | Lieu d’aisance et feuillées

#40 jours #39 | Faire des courses

On y va où ? — À la capitale ! Sauveterre, c’était alors ce qu’il y avait de plus loin, c’était ce qu’il y avait de plus grand. On y allait souvent dans la R10 blanche de papi Omer, avec mamie. Mais parfois c’était avec la Gordini de tonton Ben. Une R10 bleue, à quatre phares ronds, jaunes, sur un nez profilé Continuer la lecture#40 jours #39 | Faire des courses

#40 jours #38 | Si Seüle

À la Gaule, on n’en démord pas : la Seüle, qui traverse la commune et contient en partie la ville à angle droit, est la frontière de Sauveterre : une frontière unique et, surtout, intérieure. Les membres du collectif, qui parcourent la rivière et ses étiers de long en large, savent pourtant que les frontières de Sauveterre sont officiellement définies par le Continuer la lecture#40 jours #38 | Si Seüle

#40 jours #37 | La Maison Gautret

La maison Gautret, c’est plus ce que c’était. C’est quoi aujourd’hui ? rien… une cour de cailloux blancs, trois murs, six fenêtres pour deux portes dont une condamnée, des massifs au pied des murs, un puits au milieu de la cour qui sert plus, un portail en fer forgé, un toit terrasse à balustres en pierre et j’sais combien de corbeaux Continuer la lecture#40 jours #37 | La Maison Gautret

#40 jours #36 | Le Sauvetière (ou le retour des Morts de soif)

N’importe quoi ! c’est toi qu’as le nez crose… tu ferais mieux de remettre ça au lieu de croire à ce que tu racontes… n’importe quoi ! t’en meurs pas de ça ! il est pas mort de ça ! c’est tes os qui crèvent d’abord… pas toi… ! toi tu te brises en deux ou en mille morceaux au pire… mais tu restes debout… ! Continuer la lecture#40 jours #36 | Le Sauvetière (ou le retour des Morts de soif)

#40 jours #35 | Ralentir, travaux

Dans notre ville, on bâtit continuellement. Il suffit d’aller à la boulangerie du coin acheter du pain, des viennoiseries, à la Poste glisser dans la grande boîte jaune les cartes postales qu’on aurait dû pendant les vacances, au supermarché pour deux trois courses supplémentaires (et on en profite pour errer dans le l’espace culturel, et en ressortir les mains vides), Continuer la lecture#40 jours #35 | Ralentir, travaux

#40 jours #34 | Sauveterre en live

Cette année, on est retournés à Sauveterre voir un chanteur, au château. Il y avait un monde pas possible ! Mais moi, j’voyais rien. On était au milieu des gens. Il y en avait partout et on pouvait plus bouger. Et moi j’voyais rien. Ou si, ce que j’ai surtout vu, c’est des derrières. On essayait de s’avancer un peu de Continuer la lecture#40 jours #34 | Sauveterre en live

#40 jours #33 | Lettre Blanche

Blanche… ? Allô, Blanche… ? J’ai pas pu. J’ai rien pu écrire. J’voulais, j’t’assure que j’voulais. Mais… j’sais pas… quelque chose m’en empêchait. Quelque chose me retenait de l’faire. C’est pas l’éloignement… enfin j’crois pas. Nous, on s’connaît pas. Avec ta mère, on s’connaît depuis le lycée, juste comme ça. On s’est jamais côtoyés. Mais j’suis sûr que même les amis plus Continuer la lecture#40 jours #33 | Lettre Blanche