#anthologie #25 | Bifurcation

0 – Naître 1 – Traversée 2 – Le canapé en velours rouge 3 – Le stylo Bic quatre couleurs 4 – Habiter 5 – Je n’y pense pas 6 – Seule 7 – Soirée d’été 8 – La vieille 9 – Gueule cassée 10 – Pierre Beslay 11 – Partir si tard 12 – J’y suis allée 13 – Continuer la lecture#anthologie #25 | Bifurcation

#anthologie #10 | à l’ombre

Elle a 36 ans. Un mari aimant. Deux enfants déjà grands. Elle vit à Lyon. Ses yeux se mettent à rougir, à suppurer. Elle souffre d’une kératite aigue et ne supporte plus la lumière. Nous sommes à quelques jours de la date de sa mort et de sa naissance. J’ai peur de sortir dehors en plein lumière, en pleine chaleur. Continuer la lecture#anthologie #10 | à l’ombre

#anthologie #17 Charles | #18 Travail de l’image || Carnet 40×50

« Notre tâche n’est pas finie / Elle commence / Être toujours vigilant / Être toujours prêt / Être toujours inquiet / Mais toujours optimiste / Et ne pas avoir peur du coup dur / Voilà quelle doit être notre règle de conduite » — Robert Desnos, « Poèmes de minuit » Continuer la lecture#anthologie #17 Charles | #18 Travail de l’image || Carnet 40×50

#anthologie #10 | Pisser sous le noisetier

Il a 19 ans, il part en Allemagne faire son service militaire. Il est éleveur de vaches laitières dans le département de l’Eure, comme son père et son grand-père avant lui. Plusieurs générations vivent ensemble, sa mère, son père, ses grands-parents, même après l’arrivée de sa future épouse. Il a 24 ans, il a son premier enfant, le garçon qu’il Continuer la lecture#anthologie #10 | Pisser sous le noisetier

#anthologie #10 | sans annotation

Elle a soixante ans. Son premier petit fils est né. Elle est heureuse, c’est le premier garçon de la génération et probablement le dernier. Elle est heureuse car elle a eu peur qu’il n’arrive jamais. Elle a vingt cinq ans et elle a deux garçons. Ils sont tous les deux blonds, comme elle et comme son mari. Elle les regarde Continuer la lecture#anthologie #10 | sans annotation

#anthologie #10 | Quando il sole fa bene al bucato

Ha 93 anni, ascolta i salmi, solo i salmi le danno tregua e le permettono di respirare. Il pomeriggio alle cinque non ci sarà più. Ha 50 anni, è insegnante di filosofia al liceo Umberto a Napoli, porta un filo di perle e gli orecchini di perle incastonate in nidi d’argento. Appartiene a una famiglia della borghesia napoletana, è marxista Continuer la lecture#anthologie #10 | Quando il sole fa bene al bucato

#anthologie #10 | Augustine

Elle a vingt ans, elle travaille avec ses parents dans un hôtel restaurant à Nice, elle pose devant la façade avec tous les employés. A côté d’elle se tient son amie Françoise. Son père était pensionnaire du restaurant et un matin il est parti faire une courses laissant juste un mot demandant de bien s’occuper d’elle. Elle a 36 ans. Continuer la lecture#anthologie #10 | Augustine

#anthologie #10 | Dimanche 12 juin 1966

Il est déjà tard mais elle ne sait pas se coucher. Elle a quarante-trois ans. Elle passe la nuit à fumer des cigarettes, des rothmans rouge, accoudée à la minuscule lucarne du deux-pièces où elle a tenté de fuir avec son fils. Encore un deux-pièces. Elle repense à la rue Saint-Sauveur et à l’autre fils, François. Vincent dort dans la Continuer la lecture#anthologie #10 | Dimanche 12 juin 1966

#anthologie #10 | Juan/Jean

Il a 50 ans quand il s’adresse au président de la cour électorale de la République à Montevideo pour faire une demande de citoyenneté, la sienne étant périmé, il vit alors en Alsace dans le département du Haut Rhin. Il a 17 ans quand ses parents se marient, trois mois plus tard son père meurt à 44 ans des suites Continuer la lecture#anthologie #10 | Juan/Jean

#anthologie #10 | la main qui écrit Soli

En 1947, il a 22 ans quand paraît l’édition du Zarathoustra posée sur le bureau, la couverture blanche piquée d’humidité avec un coin déchiré dans une traduction de Maurice Betz. Il a 50 ans en 1975 quand des représailles sur un bus entraine une guerre civile qui durera 15 ans. Il a 66 ans quand il écrit à son frère Continuer la lecture#anthologie #10 | la main qui écrit Soli