A propos de Monika Espinasse

Originaire de Vienne en Autriche. Vit en Lozère. A réalisé des traductions. Aime la poésie, les nouvelles, les romans, même les romans policiers. Ecrit depuis longtemps dans le cadre des Ateliers du déluge. Est devenue accro aux ateliers de François Bon. A publié quelques nouvelles et poèmes, un manuscrit attend dans un tiroir. Aime jouer avec les mots, leur musique et l'esprit singulier de la langue française. Depuis peu, une envie de peindre, en particulier la technique des pastels. Récits de voyages pour retenir le temps. A découvert les potentiels du net depuis peu et essaie d’approfondir au fur et à mesure.

#anthologie #08 | Ombres

Le spot s’allume une nouvelle fois. Lumière crue, aveuglante.  Il y a quelqu’un ? Pas de réponse. Personne. Je m’égare. La pluie a cessé, le bruit du vent s’est atténué. Pourtant, l’arbre bouge toujours autant. Les branches cognent, fouettent, frappent, tapent, l’ombre se rapproche au-dessus de moi, prend forme, une forme de visage, de visage de monstre, hirsute, menaçant, gueule grande Continuer la lecture#anthologie #08 | Ombres

#anthologie #07 | Ombre et transparence

Je suis à l’abri. Dans mon abri de verre. Des vitres à gauche, des vitres à droite, des vitres devant moi, des vitres au-dessus de moi. Et des vitres derrière moi pour rentrer dans mon séjour. Des portes vitrées. Transparence. Espace. Dedans dehors, dehors dedans. Assise dans un canapé rouge, je me repose. Je ne fais rien. J’observe. Il pleut. Continuer la lecture#anthologie #07 | Ombre et transparence

#anthologie #06 | La plage

Seule sur la plage. Les pieds nus plantés dans le sable. La mer avance, les vagues finiront par lécher les orteils bien ancrés dans ce sol en mouvement. Crépuscule. Le soleil se couche à l’horizon, rougit les nuages qui s’effilochent, se reflète dans la ligne bleue immobile. Le vent s’est adouci, effleure les cheveux, câline le visage. Détente. Paix. Penser Continuer la lecture#anthologie #06 | La plage

#anthologie #05 | La casquette orange

Boulotte et pas bien grande. Très jeune aussi. Juste ado. Une silhouette lourde à porter. Tout est de trop, les seins qui pointent, les bras tout ronds, le ventre qui déborde, un peu, ça tremble, sautille, danse quand elle danse. Parce qu’elle danse, elle sautille, elle virevolte. Elle est lourde, mais pas tant que ça. Elle court au milieu des Continuer la lecture#anthologie #05 | La casquette orange

#anthologie #04 | Liens et attaches

J’ai habité de grandes pièces haut de plafond, des parquets cirés pour danser et marcher pieds nus, un piano à queue dans la pièce principale, de grandes fenêtres où entre la lumière à pleins flots, de l’Est le matin, du Sud ensuite, un regard sur les marronniers d’un jardin proche en symbiose avec les saisons… espace précieux pour un enfant Continuer la lecture#anthologie #04 | Liens et attaches

# anthologie 03 Tarkos # Le galet

Le galet Le galet. Je l’ai trouvé au bord de la rivière. Parmi tant de galets amassés par le courant. Un galet blanc. D’un blanc lumineux. Le galet était rayonnant, il me faisait signe. C’est pourtant un galet tout simple. Blanc, oui, je l’ai déjà dit. Les autres galets étaient gris. Ou beiges. Ou ocres. S’il avait été noir, je Continuer la lecture# anthologie 03 Tarkos # Le galet

#anthologie #02 | Le couloir

Un vieux domaine du Midi de la France, entre pinèdes, cyprès et vignes. Une entrée discrète, un escalier étroit maçonné, en colimaçon, une porte simple en bois épais. Derrière la porte, on débouche sur un couloir tout en long, perpendiculaire à la porte d’entrée. Des portes de chaque côté s’ouvrent sur cuisine salon chambres. Mais c’est le couloir qui est Continuer la lecture#anthologie #02 | Le couloir

#anthologie #01 | le musée

Descendre du tram 71. Doucement. Les marches sont hautes, les rails étroits. Contourner le dernier wagon en train de repartir. Traverser la rue, assez large pour laisser circuler deux trams et deux autos. Plus difficile pour les piétons. Attendre le feu vert sur le panneau. Sur la colonne en fer. Attendre encore. Les piétons se regroupent. S’apercevoir qu’il faut pousser Continuer la lecture#anthologie #01 | le musée

#00, prologue# Il y a longtemps

Je suis née un dimanche. On dit que ça fait des enfants chanceux. Je suis née juste après le repas de midi, on disait que je serais gourmande. Je suis née en été, soleil, lumière, chaleur. Je ne suis pas née au bord de la mer, j’aurais aimé entendre le bruit des vagues. Je suis née dans une ville qui Continuer la lecture#00, prologue# Il y a longtemps

###nouvelles#01, ranger ses livres

Peut-être un peu fourre-tout De l’enfance peu de souvenirs de livres à moi. Des livres hérités, des livres reçus en cadeau de Noël et d’anniversaires, souvent à partager en fratrie. Des livres d’école rangés dans une étagère de l’armoire familiale. Des livres empruntés à la bibliothèque du quartier et rendus rapidement. Des livres que ma grand-mère ramenait de sa bibliothèque Continuer la lecture###nouvelles#01, ranger ses livres