#anthologie #25 | Bifurcation

0 – Naître 1 – Traversée 2 – Le canapé en velours rouge 3 – Le stylo Bic quatre couleurs 4 – Habiter 5 – Je n’y pense pas 6 – Seule 7 – Soirée d’été 8 – La vieille 9 – Gueule cassée 10 – Pierre Beslay 11 – Partir si tard 12 – J’y suis allée 13 – Continuer la lecture#anthologie #25 | Bifurcation

#anthologie #24 | Si loin vers l’intérieur

crédit photo : Claude_Jonas Tinos Prologue : Les réponses1. Pourquoi changer ?4. Planque ultime5. Vivable pas vivant6. Plus simple expression7. La pénombre tourne autour du soleil11. Rentre avec Sasha12. Sofia-Boston-Glasgow-Beyrouth-Sauveterre13. Coupé de tout14. Idiomes antiques15. Ne suis pas17. Sole Célérier20. La très longue partie de cache-cache23. Parfait puits24. Si loin vers l’intérieur #24 | Si loin vers l’intérieur Il était Continuer la lecture#anthologie #24 | Si loin vers l’intérieur

#anthologie #17 Charles | #18 Travail de l’image || Carnet 40×50

« Notre tâche n’est pas finie / Elle commence / Être toujours vigilant / Être toujours prêt / Être toujours inquiet / Mais toujours optimiste / Et ne pas avoir peur du coup dur / Voilà quelle doit être notre règle de conduite » — Robert Desnos, « Poèmes de minuit » Continuer la lecture#anthologie #17 Charles | #18 Travail de l’image || Carnet 40×50

#anthologie #04 | façon Berlottier, chez vous, chez nous

1  » Il vaut mieux un petit chez soi qu’un grand chez les autres » disait la mère… alors à chaque fois que tu croises une bâtisse abandonnée , tu questionnes son histoire, depuis le début. Qui a bâti ? Pour qui ? Pour combien de temps ? Quelle trace dans les archives notariales et familiales ? Quels refus de vendre Continuer la lecture#anthologie #04 | façon Berlottier, chez vous, chez nous

#anthologie #04 | Liens et attaches

J’ai habité de grandes pièces haut de plafond, des parquets cirés pour danser et marcher pieds nus, un piano à queue dans la pièce principale, de grandes fenêtres où entre la lumière à pleins flots, de l’Est le matin, du Sud ensuite, un regard sur les marronniers d’un jardin proche en symbiose avec les saisons… espace précieux pour un enfant Continuer la lecture#anthologie #04 | Liens et attaches

#anthologie #04 | ce que c’est que de ne pas habiter

Ce que c’est que de ne pas pouvoir habiter certains lieux, des lieux sans odeurs familières, sans fenêtres ou sans portes, des chambres qu’il faut fermer à clé, des lieux bruyants, enfumés, des pièces sans volets, des lieux sans obscurité la nuit ou sans lumière le jour, Ce que c’est que de pas pouvoir habiter certains lieux, des lieux publics Continuer la lecture#anthologie #04 | ce que c’est que de ne pas habiter

#anthologie #04 | habiter

habiter une maison de meulières avec des tomettes, une cuisine laquée bleu électrique et un carré de jardin avec des fraises et une tortue, un escalier en bois et une tapisserie à fleurs mais je l’ai assez dit, ça je l’ai assez dit à Tharon on peut faire le tour de la maison, cour circulaire, il fait frais sur le Continuer la lecture#anthologie #04 | habiter

#anthologie #04 | en sens opposés.

1-Les odeurs des plats (on peut jouer à deviner) ; les coups du mortier ; cris des gens ; klaxons des rues (ça fait à chaque fois sursauter) ; la texture de l’asphalte chaud sous la semelle (parfois très collante) ; le soleil sur les miroirs (et les yeux impossibles) ; le vent aux fenêtres, petite trêve ; le chant maladroit de ma mère ; le chatouillement de Continuer la lecture#anthologie #04 | en sens opposés.

#anthologie #04 | Une maison à feuilleter

1 Un livre escalier. Un probable. Une maison à feuilleter. Je respire mieux si je sais que tu dors à l’étage. 2 J’ai vu une maison gonflable gonflée. C’est important sinon on ne peut pas tenir ni debout ni couché. 3 Le chat n’aime pas déménager. Dans toutes les villes un chat au moins. Où que j’habite je m’emploie à Continuer la lecture#anthologie #04 | Une maison à feuilleter

#anthologie #04 | Il palazzo da cui volare

Abitare in un condominio. Abitare in una casa oramai immaginaria. Abitare in una casa immaginata. Abitare in una piega dello spazio, vivere in una piega del tempo. Abitare via Crispi 105 dagli anni Cinquanta al 2024. Il palazzo con l’entrata di vetro, l’ascensore di legno imprigionato nella gabbia bianca con la pittura che si sfalda. Il palazzo con il golfo Continuer la lecture#anthologie #04 | Il palazzo da cui volare