< Tiers Livre, le journal images : 2010.10.18 | chien qui boit

2010.10.18 | chien qui boit

Certains objets vous mettent en état de grande expectation. C’était le cas de mon proche, vrai, grand, respecté ami André Gunthert devant ce cubitainer de vin rouge affichant l’icône d’une bouteille pour se vendre. Moi, jeudi dernier, sur l’autoroute pour la BU d’Angers, suis tombé en arrêt devant ce désaltéroir à chien, identifié par un chien. Bon, il faut bien quelqu’un qui d’abord le dessine, puis crée une maquette grandeur nature, puis passe commande de tant d’exemplaires moulés, qui seront ensuite installés sur les aires. Est-ce le chien, qui reconnaîtra que c’est pour lui, ou celle et celui qui l’abreuvent ? Encore qu’ici il ne boit que de l’eau, aux States on commercialise depuis peu une bière goût bouillon de viande sans alcool pour chiens, et ici à Tours les sans-abri du pont font boire à leurs chiens de la vraie bière, la leur. Peut-être qu’après on est victime d’une sorte de dépression irrépressible (je joue sur l’étymologie), peut-être que c’est à cause du chien, le désespoir qui me fit me garer mal et induisit l’histoire du rétroviseur. Vrai, quoi, on s’est voulu artiste, d’écriture, de sculpture, de relation aux signes et au réel – l’icône du chien pour les chiens, c’est un court-circuit absolu. Même plus besoin de mots, alors que dire de la littérature (les sculpteurs il n’y en a plus). Pensée pour les fontaines de Rome.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 octobre 2010
merci aux 1251 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page