< Tiers Livre, le journal images : Maroc, 5ème jour | l'âne de Sancho

Maroc, 5ème jour | l’âne de Sancho

une autre date au hasard :
2022.02.22 | intérieurs Gaîté
| |

En remontant depuis Kenitra vers Tanger, le paysage devient plus vert, avec de l’eau sous toutes ses formes, variété des oueds, marais, et même la mer. Pendant un long moment, une zone agricole où, partout où on regarde, alors même que les habitations sont rares, ou lointaines, des silhouettes isolées, courbées sur la terre ou les plantes. Et comme la voie ferrée est bordée d’une levée de terre, le spectacle immémorial de ces ânes paisibles, transportant leur charge ou leur propriétaire. Mon appareil photo est un peu malade (électronique buggée, je dois le redémarrer à chaque photo et je ne dispose plus ni du zoom ni d’aucun réglage), alors évidemment, j’ai beau photographier la plupart du temps il n’y a plus personne sur l’image quand je l’importe, ou bien c’est limite cadre comme celle-ci. Spectacle très fort, mais pourquoi ? Parce que ce rapport au temps et à la terre était celui que je connaissais autour de moi dans mon enfance ? Parce que cette harmonie de l’homme et de la terre, même dans la pénibilité et la pauvreté ou l’humilité des tâches paysannes, nous reste pour chacun comme une utopie perdue ? Ce qui me surprend, c’est la façon dont ces silhouettes occupent le paysage rural indépendamment d’éventuels chemins ou routes ou concentrations d’habitations. Alors je repense à Don Quichotte, et l’âne de Sancho lui aussi on le comprend mieux. Cette déambulation de Don Quichotte qui lui fait croiser partout et partout de ces errants, ou de ces silhouettes occupées à leur tâche. C’est un film sur Don Quichotte, un film parfait et réussi, auquel j’assiste depuis le train.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
diffusion sous licence Creative Commons CC-BY-SA
1ère mise en ligne et dernière modification le 24 mars 2013
merci aux 388 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page