< Tiers Livre, le journal images : journal | en son granit, monsieur Palante

journal | en son granit, monsieur Palante

Non pas Louis Guilloux, comme d’abord je l’ai cru – c’est ici que sont ses archives, mais un écrivain philosophe qui s’est battu pour l’athéisme en un temps où c’était mal vu, et qui fut dans le civil professeur de lycée quand l’écriture des livres c’était encore traditionnellement le fait de la bourgeoisie à rentes et non pas de ceux du peuple. Un écrivain ou un philosophe par contre, même un Balzac cent fois plus beau que Flaubert, c’est pas forcément classe à sculpter, quand on veut honorer sa binette. Il se trouve des exceptions – le masque mortuaire, en général, comme celui de Saint-John Perse. Dommage que cette pratique se perde, qu’on ne le fasse pas systématiquement : ce serait beau, la danse de tous leurs masques, à Sarraute, Duras, Simon, Beckett (ou tous quatre au Panthéon, tiens, avant qu’on ait l’idée de tout démolir pour agrandir le parking souterrain). Là, je mettais au clair les photos prises dans l’étonnante salle fonds ancien de Saint-Brieuc, la semaine dernière. Tout au fond, comme de ne pas oser l’enlever, mais de ne pas oser non plus le placer dans une zone accessible au public, cet hommage à Georges Palante, athée social, professeur de philosophie au lycée de Saint-Brieux et qui a influencé l’inventeur de Cripure. J’ai cru à une farce mais non, c’est bien son visage le plus fidèlement possible, dans du bon vrai granit de Bretagne. Le buste a été sculpté par Nicole et Antoine Orellana pour un colloque Palante de 1990 (merci Yvon Le Baut pour m’avoir remis sur rail). Il y a même un site Palalante pour compléter ce que nous en apprend Wikipedia. Respect.


François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 26 décembre 2013
merci aux 657 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page