dictionnaire | échelle


un autre article au hasard

MOT


1 _ 2 _ 3 _ 4

1

L’un des premiers ateliers du Tiers-livre auxquels j’ai participé faisait une référence forte aux escaliers. Cela m’avait marqué notamment parce que cela rejoignait une référence que je m’étais fabriqué au temps où j’étais conteur public et animateur d’ateliers de conte pour les enfants : l’échelle à poules. L’idée était qu’un certain nombre de barreaux intervenaient toujours dans le même ordre, des faits narrés (devenant des faits narratifs…) mais qu’on pouvait parfois en sauter (la poule pressée par le renard), ou s’attarder sur l’un (la trouée vient de se faire dans les nuages et la poule a là l’occasion de se faire sécher les plumes avant de se coucher). Mais voilà, si l’escalier de l’écriture rassure un peu avant de se mettre à la plume en rappelant les vertus de l’échelle à poules du conteur, en fait il fonctionne assez différemment. Il m’a aidé à concevoir tout moment d’écriture comme un passage, amenant d’un moment précédent à un moment à venir (et il est intéressant d’identifier les deux pour savourer le passage). Et puis… ce n’est pas un passage à niveau ! Ça monte ou ça descend et cela donne un certain moyen de « serrer » l’écriture que d’éluder encore cette question : est-ce que mon escalier monte ou est-ce qu’il descend ?

entrée proposée par Philippe Sahuc Saüc

2

La notion d’échelle, en physique, a connu une révolution avec les fractales, l’intuition géniale de Benoît Mandelbrot. Est-ce que la rupture ou le saut dans la perception géographique (la longueur de la côte de Bretagne) a pu conditionner dans l’imaginaire collectif, en tout cas notre imaginaire de la forme, une rupture dans la conception du livre ? Proust est égal à lui-même pris à l’échelle de la phrase, de la séquence narrative, du volume, puis de la construction même de la Recherche. On peut avoir l’impression, probablement fausse, de comprendre la totalité d’un auteur parce qu’on s’est acharné sur tel noyau ou tel couloir de l’oeuvre, même si de larges pans on ne les a pas ouverts : qu’est-ce que je n’ai pas lu de Samuel Beckett, qu’est-ce que j’ai toujours relu de Samuel Beckett — lequel prenait la matière de ses livres dans ce qui était déjà écrit des livres précédents. Mais c’est juste de ce principe en tant que mirage dont on a besoin : écrivant une phrase, un paragraphe, une séquence narrative, un livre, être conscient du principe fractal, ou invariance d’échelle pour maintenir là, entre soi et l’écran, le lien entre l’instant et le défi général de la forme ?

entrée proposée par FB


page proposée par François Bon, pour Tiers Livre
Tiers Livre Éditeur, le Dictionnaire» – mentions légales.
droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait
1ère mise en ligne et dernière modification le 13 janvier 2022.
Cette page a reçu 4 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).