13.10.17 | l’étoile qui meurt, peut-être déjà morte

"la plus grosse étoile de la galaxie s’apprête à mourir" – source : blog Passeur de Sciences


série science remix : le sommaire, ou au hasard :
14.01.21 | vos morts plus beaux, portés au cou

1 _ COMPRESSION

Et nous ne savions pas qu’elle s’appelait Westerlund, ni que Bengt Westerlund était un astronome suédois, mais le terme supergéante rouge convient à notre horizon, même à 12 000 années lumière d’ici – les nouvelles qui nous en proviennent à l’instant ont donc déjà 12 000 ans ? Et a-t-on le droit d’être touché que sa fragilité tient en partie à sa taille, que notre étique soleil est armé pour durer bien plus ? Elle est instable, elle éjecte des gaz, elle va mourir, et nous apprenons aussi que cette mort est la semence dont nous participons, en notre temps et notre être mêmes...

 

2 _RENVERSE

L’idée en naissait directement : on pouvait donc changer de soleil. Non pas que le nôtre ne nous convienne pas. Au contraire, s’il durait plus. Mais c’était excitant : changez le soleil pour cette autre pauvre étoile, confrontée à sa fin proche, et nous en serions tout près : nous roulerions même à sa surface, tant elle est plus grande, mille cinq cents fois plus grande. Bien sûr il y avait quelques problèmes techniques à régler avant, mais qui nous empêchait d’y penser ? Vivre quelque temps auprès d’une étoile vieille, c’était un peu se projeter dans notre propre futur, vérifier qu’on y tiendrait. En regardant la vieillesse d’un astre lointain, on se prenait à imaginer qu’elle ne serait pas catastrophe instantanée et brutale, presque une sorte de maison de retraite pour astres finissants, dont nous bénéficierions aussi, et même nos enfants peut-être. Mais il y avait cette inquiétude : ce que l’astre nous disait de sa vieillesse, si cela avait mis 12 000 à nous parvenir (encore s’agissait-il de notre propre galaxie, et même pas de ses zones les plus éloignées), il en était où, en ce moment même ? Ces quelques dizaines de millions d’années de vie, qui lui avaient été attribuées, quand notre soleil passait le milliard, est-ce que ce n’était pas déjà projeter sur l’autre un temps qui n’avait pas d’autre réalité, précisément, qu’à notre propre lumière ?

 

3 _ SOURCE

source [1].

[1Un merci particulier au blog Passeur de Sciences qui sait si bien, sur des questions d’actualité scientifique, réveiller notre imaginaire. Que ces détournements, qui y piochent régulièrement, puissent être considérés comme un hommage...

LES MOTS-CLÉS :

françois bon © Tiers Livre Éditeur, tous droits réservés
1ère mise en ligne et dernière modification le 18 octobre 2013
merci aux 447 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page