à poitrine rouge


Hier j’étais dans cette montagne (juste derrière l’usine à papier dont voici la 80ème captation tout au long de cette année, depuis points distincts de la ville). On était dans une maison en bois construite à flanc de pente dans la forêt, avec les rapides tout en bas et dans la maison des livres. Avec l’hôte on a marché jusqu’à l’eau. Puis, partageant fromage et vin dans sa cuisine, cette planche qu’il avait installée sur le surplomb : des geais parfois tout bleus, des pics, des mésanges parfaitement minuscules, une tourterelle triste, des sittelles et des roselins, d’étranges becs et crêtes, des un gros bec errant tout jeune et hirsute comme une poule, puis cet oiseau de très grande blancheur avec triangle rouge au poitrail. On parlait, avec Alain Beaulieu et Jean-Noël Pontbriand, du parcours de nos étudiants en création littéraire (c’est JNP qui a créé à Québec le département création à l’université : pour chaque oiseau, il avait le nom, peut-être que sa leçon concernant notre intervention, à l’homme de 77 ans au grand rire, c’est un peu similaire) – et il ne fallait pas faire de trop grands gestes pour ne pas les effrayer, les oiseaux, à quarante minutes de la ville.



François Bon © Tiers Livre Éditeur, mentions légales
1ère mise en ligne et dernière modification le 4 juin 2010
merci aux 1401 visiteurs qui ont consacré 1 minute au moins à cette page


Messages

  • l’hiver d’il y a deux ans, le jardin rempli de neige, moi un peu désolée, surtout frileuse, ciel gris, branches morbides, brutalement épatée par 4 bouvreuils pivoine, arrêter de respirer, sont restés presque 5 minutes puis partis brutalement aussi, leurs ventres si rouges, tellement, comme c’était pas possible des choses vivantes de cette couleur là sur le blanc. Oublié le froid pendant ce temps, et la désolation.

  • Au coup à manger sur le pouce d’après le ciné et d’avant la suite, le fiston et moi un peu surpris que la coupe du monde de foot ait déjà commencé, un France Chi(ne ? li ?) à l’écran et des supporters passionnés comme pour un match qui compterait.
    Se dire que finalement quand on veut on passe assez bien à côté et s’en sentir paisibles et rassurés.
    Puis apprendre en rentrant que, non, qu’il ne s’agit que de matchounets d’entraînement.
    Les tifosi, eux, ils sont déjà fin prêts.

    (ça promet).

    Voir en ligne : traces et trajets

  • je me souviens de la si belle série Dans mon plumierhttp://richardg.blogs.com/avantlale... sur le blog Avant la lettre (qui n’existe plus sous cette forme)

  • que le samedi, vers une heure et demie, deux heures, je descendais la rue pour aller chercher ce canard "moto revue" pas si cher que ça, à la couverture dans les rouges et noirs, et que Giacomo Agostini (je me souviens d’un Nieto aussi, qui courait sur des tasses à café on disait - 50cm3) le fabuleux remportait toutes les courses au guidon de son bolide de cette marque (on pourrait dire #22 pour les écussons si la série n’était pas finie) (par une marque italienne d’ailleurs comme celle-ci) (un moteur de 750cm3 qui développe près de centre trente chevaux en même temps, faut savoir les tenir) (on comprend pourquoi elle s’appelle "brutale") et après, certains samedis, je regardais le rugby avec mon père qui s’endormait parfois( ça a été racheté par harley, à ce que je crois)

  • j’ai adoré (il tourne en boucle) le morceau de Bill Evans proposé par KMS (http://kmskma.free.fr/) pendant que je fais cette p... de saisie qui ne veut pas finir et que je me prépare à un autre feuilleton (je me prépare aussi à opérer mon genou : je flippe) sur les lieux du Paris de ceux que j’aime (j’aime bénir les trucs, c’est légèrement puéril - on ne se refait pas tellement non plus - mais c’est comme mon grand père je suppose : alors l’égide de l’ange du Châtelet pour cette nouvelle construction avec les amis) (j’ai ouvert une bouteille de mâcon blanc pour l’occasion) (à la santé de HC et AV)

    • Il faudra moi aussi que je remercie KMS pour ce morceau que j’aime et qui a fait plaisir à celui à qui j’ai fait suivre aussitôt le lien vers son billet.
      Mais j’attendrai d’avoir entre les mains et transmissible un objet qui y est lié.

      Voir en ligne : traces et trajets