VOUS ÊTES DANS : #sommaire journal

0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | ... | 1400

Il a un peu souffert, le journal, ces derniers jours :
la chose annoncée ci-dessous, c’était pas mal d’heures écran nuit jour depuis pas mal de semaines... comme pour le lancement de l’activité numérique en 2008, comme pour la 1ère réfection du 1er site en 2003, l’impression d’avoir à maîtriser un par un une bonne cinquantaine de micro-paramètres précis, qui doivent prendre leur place dans une routine qu’on réinvestira dans les suivants....
la vidéo qui serait devenue le miroir des jours (« miroir (...)

Le paradoxe : nous savons depuis relativement peu utiliser la haute potentialité de la notation sonore dans le récit – une ekphrasis du son ? Il y a les grands précédents : le ululement au tout début des Mémoires d’Outre-Tombe, la chanson entendue au loin dans Sylvie, le début de la Prisonnière avec les bruits de la rue perçus au réveil depuis la chambre confinée du narrateur de la Recherche. Paradoxe, parce que nous savons désormais construire narrativement cette place à la « bande-son » (si décisive (...)

Ce matin, des choses qui me restent de l’entretien France-Culture d’hier, enregistré à 12h en faux direct puis diffusé à 15h je crois. À mesure que l’heure avançait, le sentiment qu’on n’était pas au bon endroit. D’abord j’étais pas en position très facile : ni mon site ni mon boulot évoqué, j’étais « romancier et traducteur » « qui a publié depuis quelques mois des traductions de Lovecraft », alors que bon, ça fait 5 ans et en diffusion numérique il y en a 25, et puis à 3 reprises écouter un interview de (...)

On lit tellement et tellement de bêtises sur ce flux d’information illimité qu’on reçoit (à condition qu’on le veuille bien, et qu’on lui ouvre les portails que nous-mêmes avons choisis), et combien il serait préjudiciable à une autre strate de connaissance plus lente, analytique et profonde, comme si chaque étape de notre connaissance lente, analytique et profonde n’avait pas – dans toute l’histoire de l’écrit – été chaque fois organiquement liée à ces sauts incrémentaux dans des flux d’information plus (...)

Techniquement, il n’y aurait aucun problème : quand je shoote en vidéo, mon appareil est réglé comme je le règlerais pour la photo fixe, et il y aurait juste à pousser le déclencheur avant au lieu du bouton arrière.
Seulement, une fois de plus, je ne l’ai pas fait. J’avais aussi tenté autre chose : avoir le petit G7X compact dans la poche, et faire une photo fixe avec lui (même capacité RAW) chaque fois que je ferais un plan vidéo, et pas fait non plus.
Pourtant, la photo fixe me manque terriblement. (...)

« Bon, hier, j’ai acheté un livre neuf, un roman, ce qui m’arrive une fois tous les 36 du mois. »
C’est une phrase qui me tarabuste depuis une dizaine de jours, et si je me permets de la relever c’est qu’elle émane d’une des personnes les plus toniques que je connaisse sur le web (sur son compte Twitter, il y a eu depuis des tas et des tas de pistes qui le prouvent), et que depuis 3 ans que je suis son activité l’estime est entière, je dirais même que son énergie et sa curiosité nous font du bien à (...)

En tête de ma petite vidéo voyage au Danemark (la voir ci-dessous), j’ai inséré 50 secondes de sociologie du quotidien : la réouverture du Relay dans le hall de la gare de Saint-Pierre des Corps.
D’accord, ça ne mérite pas plus. Il y a longtemps, bien longtemps (20 ans qu’on s’est posé à Tours, et depuis ce temps-là au moins 2 fois par semaine le train pour Paris, même dans la cascade de boulots et galères qu’un saltimbanque avec charge de famille peut empiler), passer à la gare c’était passer au Relay – (...)