VOUS ÊTES DANS : #journal (depuis 2007)
|voyages | Maroc|

|voyages | USA|

|voyages | Chine, Shenzhen|

|voyages | Québec|


0 | 7 | 14 | 21 | 28 | 35 | 42 | 49 | 56 | ... | 1351


Quand on arrive pour quelques jours dans cette ville d’énergie, de brume et de vent, ouverte sur sa baie et sa baie sur le Pacifique, c’est lui que d’abord on va saluer. L’élégance de Bay Bridge et la suite des piers et pontons qui sont ici un fragment de notre histoire commune.
Et puis, sur le ponton, ces fleurs fanées, la photographie (1) du visage. Il y a le nom aussi. On ne cherche pas tout de suite sur Internet. On va au bout du ponton, on revient, on s’arrête. C’est la date qui nous fait (...)

Ça ne fait que 2 semaines et demi, ça fait quand même plus de 12 matinées à me rendre à 10h (l’ouverture) à la bibliothèque John Hay pour avoir devant moi les carnets de travail de Lovecraft. En fait je pars plutôt vers 9 heures, et je m’arrête dans un de ces cafés avec tabourets devant vitrine, prends mon gobelet comme les autres. Dans la piaule j’ai la connexion, quand j’en sors fini. Cette heure sur le tabouret, devant la rue, je sors l’ordi mais sans jamais savoir ce que je vais y faire. À cette (...)

À Boston, comme dans tant d’autres villes américaines (Toronto), la bibliothèque est maison ouverte. Certainement une maison des livres : ils sont sur les galeries, dans la hauteur des rayons. On peut retirer ce qu’on souhaite lire, le catalogue est géant. Mais dans les salles de lecture, la plupart de ceux qui sont assis ont apporté leur propre ordi. Les différents postes d’accès au web sont occupés, en particulier dans la grande salle qui leur est réservée. On passe derrière les gens : Facebook, (...)

Étrange paradoxe d’être venu pour 40 jours à Providence pour lire, mais sans livre. Je crois que toujours, par fétichisme, j’en apporte au moins un avec moi. Ça devait être mon vieux Pléiade Edgar Poe, et finalement au dernier moment je l’ai laissé. J’ai tout sur l’ordi et le Kindle, je lis beaucoup directement sur l’ordi, et mon petit Kindle Paperwhite malgré ses bientôt 3 ans est parfait. Ce qui est étrange c’est voir comment les réflexes évoluent : la recherche par occurrences devient un mode permanent (...)

Ce matin j’étais tout seul, de 10h15 à 13h30, dans la grande salle de la bibliothèque John Hay, avec ce carnet de Lovecraft qui me semble n’avoir pas été pris au sérieux dans ses incidences sur l’écriture, Remembrancer. Tout seul non : face à moi, à 2 tables, et se relayant toutes les heures, la personne de la bibliothèque chargée de surveiller les chercheurs à qui on a mis à disposition des archives. Au point que vers midi moins dix, allant pisser et lui ayant signifié (non mais, s’il fallait faire ça (...)

Tout avait commencé le 26 avril 2010, lors d’une halte de quelques heures en voiture à Providence, à cause de Lovecraft, et découvrir combien il était peu honoré dans sa ville, et combien ce que j’apprenais de lui en quelques heures ne correspondait pas aux souvenirs assez gris de la lecture adolescente, parce que je n’avais pas eu accès à la langue, tandis que pour Edgar Poe oui. La photo ci-dessus pour preuve, en cinq ans une ville ça ne change pas tellement. La phrase de Balzac dans Louis Lambert, (...)

Facile pour moi ici de m’en souvenir, c’est lors de cette invitation à l’université de Rhode Island, hébergés à Narragansett, fin avril 2010, venu en voiture de Québec, les murs de Boston étaient recouverts de publicités pour l’iPad, et Jean-Philippe Toussaint, qui arrivait de San Francisco, venait d’en acheter une.
À Québec, les arrivées étaient rationnées, j’ai dû attendre. Quel rêve et quelle curiosité c’était, un ordinateur dont on pouvait se servir allongé, une fonction réseau qui devenait la fonction (...)