Canada | Martha Baillie, Incidents à la bibliothèque publique

la bibliothèque publique (ici Toronto) comme symptôme d’une ville et d’un monde

un autre texte de la revue, au hasard :
Camille Philibert | À la masse (with Clash live)
L’AUTEUR

Martha Baillie vit et travaille à Toronto. Son oeuvre est diffusée au Canada anglophone et aux USA. La découvrir via son site. Une parution initiale de ce texte avec quelques infos supplémentaires sur Tiers Livre.

LE TEXTE

The incident report est une suite de brèves scènes découpées pleine vie à la bibliothèque publique de Toronto. Un lieu important de la vie urbaine, ouvert à toutes les couches sociales. Et c’est la charge des bibliothécaires de consigner sur la main-courante tout ce qui tranche avec la fonction culturelle ou citoyenne de l’établissement. Martha Baillie s’en saisit comme d’une micro-scène de fiction, dans cette haute tradition du narrative non fiction des auteurs nord-américains.

Et j’ai pris l’engagement vis-à-vis d’elle qu’un jour The Incident Report serait disponible en traduction française. Reste à convaincre son agent qu’entre un livre qui n’existe pas, et un livre diffusée par publie.papier, l’intérêt de l’auteur serait peut-être de regarder d’un autre oeil l’expérience numérique ?

Incident Report 1


Il est précisément 14h15. Un adolescent traverse la bibliothèque. Sur son crâne rasé il porte un bonnet de laine gris. Les mots Love et Fuck imprimés en grandes lettres sombres décorent l’arrière de son treillis militaire. Ses rangers noires donnent du poids à son allure. Un jeune type frêle, mince, les yeux aussi bleus qu’un ciel d’été. Des chaînes d’épaisseurs diverses et savamment intriquées, chacune tressée à la main dans du fil de cuivre, pendent de ses épaules et s’entremêlent sur sa poitrine. Il s’installe dans un fauteuil tout près des fenêtres, derrière le présentoir Magazines.
À 16h15 il vient à l’accueil et me demande à emprunter (« S’il vous plaît, si c’est possible... ») un mini aspirateur à main. « J’ai des petites saletés que je dois nettoyer. » Dans les deux heures qu’il est resté assis, il a dénudé des fils de cuivre avec son mini canif. Je lui apporte le petit aspirateur à piles Dust Buster qu’on a dans le placard des vestiaires. Je ne vois rien, dans le Règlement intérieur, qui m’interdise de le lui prêter. Il me remercie, se baisse, et aspire les débris de plastique tombés de son fauteuil sur notre moquette – son territoire de responsabilité.

 

Incident Report 11


À 12h30, une cliente, cheveux blancs et bien habillée, entre à la bibliothèque, poussant dans son fauteuil roulant un client tout aussi respectable. Elle l’emmène directement dans les rayons. Il lui montre les livres qu’il veut, et remplissent le petit sac de toile accroché à l’arrière du fauteuil, puis elle le roule lui et ses livres jusqu’à l’allée centrale.
Alors l’homme et la femme changent de rôle, l’homme se levant du fauteuil roulant. Elle s’y assoit, il décharge le sac de livres, les dépose sur la banque de prêt, les remballe et ils s’en vont vers la sortie, apparemment sans effort. Il la pousse, et elle manifeste un air d’évident bonheur.

 

Incident Report 15


Il est précisément 10h15. Perruche entre dans la bibliothèque, tête bien haute. Parce qu’il écoute des enregistrements d’oiseaux, parce qu’il vient à bicyclette, parce qu’ici il exige d’être servi, parce qu’il est grand et qu’il lève le poing quand il prétend que Hitler n’a pas fait suffisamment son boulot quand il a voulu nettoyer le monde, parce qu’il me dégoûte et m’effraye, parce qu’il nourrit des perruches, parce que je suis une irréprochable et entraînée employée des Bibliothèques publiques de Toronto, ce matin quand il m’appelle depuis où il est assis, je viens. Je viens, pensant que l’ordinateur qu’on lui a attribué a un problème.
« La prochaine fois que je vous appelle, apportez-moi mes pantoufles », il me sort.
J’ai décidé que je n’obéirai plus jamais à Perruche, quelles que soient mes obligations citoyennes d’employée. C’est un type répugnant, un vachard qui qui voudrait qu’on lui offre sa part de gâteau quand c’est notre fête, et qu’on s’incline et rampe quand il nous insulte. Je lui obéirai plus. Il n’est pas dangereux. Ceux qui sont vraiment dangereux ont moins à dire. Ils sont assis tranquilles.

 

Incident Report 33


A 18h48, un soir de pluie et de froid, une cliente vient à l’accueil et m’informe qu’un homme « s’amuse avec ses parties génitales » au fond de la bibliothèque. Je me faufile au plus vite qu’à la section 970 (Histoire). L’homme en question, qui n’est pas un habitué, vient juste d’arriver à satisfaction et se rhabille. Je lui signifie une exclusion définitive. Les livres dont il s’est servi, même protégés par du plastique transparent, ont été retirés de ce rayon. Parmi eux :
Une histoire qui n’en finit pas : conflits au Moyen-Orient,
Agonie de la Palestine,
Les commencements : conversations entre le rabbin Bernstein et le père O’Sullvan,
L’agonie d’Israë
l.
Il n’y a aucune raison de penser que le client ait trouvé ces titres particulièrement excitants. C’est vrai, par contre, que les livres choyés le plus par les masturbateurs confirmés sont ceux du fond de la bibliothèque. Ils incluent les Beaux Arts, la Poésie, le Théâtre, la Critique littéraire et l’histoire.

 

Incident Report 37


Une jeune femme blonde, petite, vient à l’accueil et me demande des livres sur être enceinte et accoucher. Il est 11h30. Je lui propose de l’accompagner au rayon approprié (cote 618) dans les documentaires adulte. Ensemble on y va. Dans une main elle porte une raquette de tennis. De sa main libre, sous son tee-shirt, elle frotte et gratte la peau sous le nombril. Elle ne s’est pas peignée depuis des jours et ses chaussures n’ont plus de lacets.
« C’est le RCMP », elle dit. « Un stérilet. Ils m’en ont mis un dans l’utérus. Je ne voulais pas qu’ils le fassent. Ils peuvent tout écouter ce qui se passe avec ce truc-là. Ils enregistrent tout. »
« Vous avez tout sur cette étagère », je lui dis. « Tous ces livres, c’est sur être enceinte et accoucher. »
Elle me remercie pour mon aide, pose sa raquette de tennis par terre, s’agenouille et commente à explorer l’étagère que je lui ai montrée, cherchant le livre qui pourrait répondre à ses questions.

 

Incident Report 47


Une cliente à peine trentenaire, la tête penchée et en conversation avec elle-même ou quelqu’un d’invisible pour nous tous, entre à la bibliothèque à 13h45. Mon souci c’est cet enfant qu’elle porte. Je la surveille à distance et me demande ce que peuvent être les conséquences, pour un bébé, d’être enveloppé comme un ballot par une mère qui n’est pas dans son état normal – une jeune femme qui marche sans arrêt, marmottant à voix basse, avec grosses chaussettes tombantes et ses cheveux un fouillis informe.
Je m’approche, et la jeune femme s’écarte. Je passe le coin du rayon, elle se retourne. On entame une sorte de jeu discret de course poursuite, parmi les couvertures de livres. C’est seulement à l’heure de la fermeture que pour la première fois j’arrive à voir le visage de l’enfant. Ce n’est pas un enfant. Juste des vieux vêtements, enveloppés dans un ballot.

 

Incident Report 56


Un client m’informe qu’un homme est allongé par terre dans les documentaires adulte. Il est 18h00. Je trouve l’homme. Même si péniblement capable de répondre, incapable de se relever. Il sent l’alcool, montre des traces de coups et blessures, et porte un bracelet d’hôpital. Quand l’ambulance arrive, les infirmiers le reconnaissent : c’est « Stanley ». L’homme insiste pour dire qu’il n’est pas « Stanley », et déclare que « Stanley » fait « des trucs dégueulasses » en public. Les infirmiers l’aident à se remettre sur ses pieds et l’escortent hors de la bibliothèque.

 

Incident Report 97


Juste un peu avant l’heure de fermeture, un client vient à l’accueil et demande s’il pourrait rester après 20h30, parce que son frère qui devait arriver pour le ramener à la maison n’est pas encore venu le prendre. Je lui explique que non, pas possible.
« La bibliothèque ferme exactement à 20h30, tout le monde doit sortir. »
Il m’implore d’avoir pitié de lui.
« C’est vraiment une catastrophe, plaide-t-il, vous de ne pouvez pas savoir ce qui va m’arriver, si vous me forcez à sortir avant que mon frère arrive. »
« La bibliothèque ferme à 20h30 », je répète.
« Si vous ne voulez pas me laisser rester, alors vous pourriez m’accompagner au commissariat de police, quand la bibliothèque fermera ? »
« Je ne peux pas vous accompagner nulle part, désolée. Je suis à bicyclette. Mais je peux appeler la police, si c’est ce que vous voulez : ils viendront et vous emmèneront ? »
Il accepte, et je compose le numéro. La police répond que oui, ils promettent d’arriver vite et d’aider mon modèle homme. Tout est convenu. Dix minutes plus tard, à 20H35, le frère de l’homme arrive et dit qu’il le ramène à la maison. La police, qui arrive quelques secondes après le frère, trouve satisfaisante sa proposition et repart d’où elle est venue.
Le modèle me remercie de lui avoir sauvé la vie. Il monte dans la voiture de son frère et ils partent.

 

Incident Report 109


Il est 16h15, trois enfants mettent le feu à un tortillon de papier dans le secteur jeunesse. Une très délicate courbe de fumée s’élève derrière les couvertures de livre, révélant la présence des enfants. Ils expliquent qu’ils sont en train de « faire une expérience scientifique » et ne tendent qu’avec beaucoup de réticence le briquet sans lequel il sera probablement difficile de pousser plus loin l’expérience.

 

Incident Report 127


Un client, communément appelé « Le joueur d’échec miteux », auquel ses longs cheveux gris emmêlés et une odeur certaine assurent son quota de solitude, a l’habitude de venir jouer aux échecs sur nos ordinateurs. Il joue alors aussi longtemps qu’il en a l’autorisation. Quand on lui demande d’arrêter, parce que le temps est passé, il s’en va tranquillement lire le journal. Il s’endort fréquemment, et parfois ronfle si fort qu’on doit l’éveiller. Parfois il tente d’entamer la conversation avec de jeunes enfants, leurs mères ou grand-mères, mais – admettons-le – avec peu de succès. Il semble qu’il n’aime pas les plus grands, en leur présence il s’agite. Plus d’une fois j’ai repéré des ados qui se moquaient de lui et j’ai dû intervenir.
Cet après-midi, un gosse de sept ans, le visage couvert de larmes, nous a dit avoir été poussé violemment dans le dos par un homme à longs cheveux. Irène a tout de suite reconnu le Joueur d’échecs miteux comme le coupable. Une lettre de huit semaines d’exclusion lui a été envoyée.
C’est important de respecter les règles. Personne n’est dispensé de suivre les règles. Pousser un enfant dans le dos n’est pas acceptable.

 

© Martha Baillie, The Incident Report, trad FB.



Tiers Livre Éditeur, la revue – mentions légales.
Droits & copyrights réservés à l'auteur du texte, qui reste libre en permanence de son éventuel retrait.
1ère mise en ligne et dernière modification le 15 juin 2013.
Cette page a reçu 685 visites hors robots et flux (compteur à 1 minute).